James Hetfield

James Hetfield : la voie du succès

Photo : Getty Images

Après plus de 30 ans à sortir des tubes, James Hatfield, cofondateur de Metallica, avoue que si le groupe est toujours au sommet, c’est parce qu’ils aiment passionnément ce qu’ils font.

1963

James Alan ­Hetfield naît en Californie le 3 août de ­parents de confession ­chrétienne. Quand il a 16 ans, sa mère meurt des suites d’un cancer, ayant préféré la foi plutôt que la médecine. « Je sais où se ­situent les ­limites du tout-puissant », exprime-t-il dans la chanson The God Has Failed.

1981

« Un batteur recherche d’autres joueurs de metal pour jouer du Tygers of Pan Tang, Diamond Head et Iron Maiden. » Voilà l’annonce que Hetfield a vue dans le journal de L.A. The Recycler. Ayant appris le piano, la batterie et la guitare, il répond au batteur, Lars Ulrich. Les graines de Metallica sont semées.

Cliquer pour lire la suite

1983

Les démos de Metallica et des ­petits concerts attirent l’attention, mais aucune compagnie de disques ne les produit. Leur promoteur emprunte de l’argent, monte un label en mai et ils entrent au studio. Le guitariste Dave Mustaine, addict à la drogue, est remplacé par Kirk Hammett. Le titre de l’album aussi : Metal Up Your Ass ­devient Kill ’Em All.

1986

Avec Hetfield à la guitare et au chant, Ulrich à la batterie, Hammett à la guitare rythmique et Cliff Burton à la basse, Metallica trace sa voie et celle du heavy metal, particulièrement avec leur 3e album, Master of Puppets. Mais leur bus est impliqué dans un accident pendant leur tournée en Suède et Burton meurt. « J’ai vu le bus se coucher sur lui, expliquera Hetfield plus tard. Je voulais tuer [le chauffeur]. » 

© Youtube // TheMetallicaFreaks

1992

La malchance grandit pour Hetfield. Il est brûlé au troisième degré par des flammes lors d’un effet pyrotechnique pendant un concert à Montréal. « J’ai baissé les yeux et vu ma peau s’enflammer », se souvient-il. Metallica est en tournée pour promouvoir leur cinquième LP, Metallica, connu également sous le nom de Black Album, qui se révèlera la meilleure vente d’albums aux États-Unis sur la période de 1991 à 2014.

1999

Hetfield est marié et père de famille ; son groupe est l’un des plus reconnus et adulés au monde. Metallica enregistre un album live filmé avec l’Orchestre symphonique de San Francisco. S&M essuie quelques critiques, mais les 8 millions de disques et de films vendus prouvent que Metallica ne se trompe jamais.

© Youtube // CaptainPorky Gonka

Cliquer pour lire la suite

2004

Attendez… ceci montre que Metallica peut se planter. Le documentaire Some Kind Of Monster présente le groupe entre 2001 et 2003, quand Burton est remplacé, Jason Newsted part et Hetfield passe 7 mois en désintox pour dépendance à l’alcool. Les déboires de Hetfield et Ulrich sont mis à nu.

2009

“CAN I GET A HELL YEAH?” L’amorce du discours de Hetfield lorsque Metallica entre au Rock’n Roll Hall of Fame. (Il obtient ce qu’il veut.) Newsted retourne sur scène pour une nuit à la soirée d’ouverture, aux côtés du nouveau bassiste Robert Trujillo. Hetfield continue en remerciant sa femme « de lui avoir sauvé la vie de nombreuses fois » et sa plus grande force, « le cadeau de la musique… elle est ma thérapie et j’ai besoin d’elle ».

 

© Youtube // Rock & Roll Hall of Fame

2016

Dans les bacs le 18 novembre 2016, Hardwire… To Self-Destructed est le 10e album studio de Metallica, 8 ans après Death Magnetic. Hetfield et Ulrich sont uniques en leur genre ; Hammett a perdu son iPhone contenant plus d’une centaine d’impros pour l’album, et il ne les avait pas sauvegardées. Après 35 ans dans cet univers, Hetfield continue à dire : « Nous voulons juste écrire la musique qu’on aime écouter… et pas mal de gens pensent la même chose que nous, pour pas mal de raisons. »

Cliquer pour lire la suite
12 2016 The Red Bulletin

Article suivant