Laura Poitras

Laura Poitras, dossier classé X

Photo : Malte Jaeger/laif  

Après the Oath et My country, My country sur les conflits au Moyen-Orient, la réalisatrice américaine a déclenché un scandale planétaire avec son nouveau documentaire sur Edward Snowden : Citizenfour, oscarisé en 2015.

Extrait de casier (Top secret) 

«  Épiée depuis dix ans par les autorités, la réalisatrice estime que cette surveillance va s’intensifier à l’avenir. Sa dernière œuvre subversive, le film Citizenfour sur le traître Edward Snowden (cf. dossier XXX*), a reçu la plus haute distinction du monde du cinéma en remportant l’Oscar du meilleur documentaire en 2015. Cela pourrait inciter Poitras à entreprendre encore plus d’activités illégales. Pour échapper à cette surveillance, elle vit à Berlin depuis plus de deux ans. »

La bande annonce de Citizenfour, Oscar du meilleur documentaire en 2015. 

 « Poitras a commencé ses activités suspectes en 2004 lorsqu’elle s’est rendue en Irak pour suivre l’intervention militaire américaine. De ce séjour, on sait qu’elle s’est notamment rendue à la prison d’Abou Ghraib (cf. dossier XXX) et qu’elle a filmé les forces d’intervention des unités XXX et XXX en action. »

les faits

DOSSIER
Mention U282WE998 16 juin 2015, Washington D.C.

IDENTITÉ
Laura Poitras, née en 1964 à Boston (MA), États-Unis

AUTORITÉS ACTIVES
FBI, NSA, Joint Terrorism Task Force (US Dept. of Justice), MI6, etc.


« Dans ses films My Country, My Country (2006) et The Oath (2010), elle s’attaque à la politique étrangère américaine. Elle n’hésite pas à rendre publiques les affaires internes les plus délicates (PRISM). Dans les interviews qu’elle a accordées aux médias internationaux ces dernières années, elle a insisté à plusieurs reprises sur le fait que la vie privée devait rester un “droit fondamental” et une “nécessité” pour l’être humain. »

« De nombreuses mesures ont déjà été prises à l’initiative de XXX. Mais elles n’ont pas pu empêcher la “cible” de poursuivre ses activités subversives. Depuis juin 2006, ses billets d’avions portent la marque “SSSS” (Secondary Security Screening Selection) afin qu’elle soit soumise à un contrôle renforcé pendant ses voyages. Depuis, les forces de sécurité sont intervenues plus de 40 fois, notamment dans les aéroports de XXX, XXX et XXX. On lui a refusé la présence d’un avocat lors de ces contrôles. Outre des notes écrites et des factures, son téléphone portable et son ordinateur lui ont également été confisqués à plusieurs reprises pour être examinés de manière approfondie. Ces mesures n’ont cependant donné aucun résultat probant pour l’instant et n’ont pas eu l’effet dissuasif escompté. »

« Poitras transmet ses communications numériques de manière exclusivement cryptée. Elle fait preuve d’une maîtrise grandissante dans la gestion de la surveillance exercée par les autorités. En outre, on veille soigneusement à la protection des données dérobées à la NSA de XXX à XXX, auxquelles Poitras a accès de par sa collaboration avec Edward Snowden. »




* Nous ne pouvons pas communiquer ces informations à cause du droit de la protection des données.

TOUS LES SUJETS ACTUELS EN UN CLIN D’ŒIL  

> RECEVEZ LA NEWSLETTER ! <
Cliquer pour lire la suite
07 2015 The Red Bulletin

Article suivant