Interview with Swedish singer Ängie

Ängie : une chanteuse suédoise pas faite pour l’Eurovision…

Texte : Florian Obkircher
Photos : Alberto Van Stokkum
Styling : Soo-Hi Song

Elle serait le cauchemar de tout télé-crochet pour pop stars : Ängie provoque. Elle adore les contradictions. Elle se fiche des règles. Et c’est exactement pour cela que cette jeune Suédoise monte en flèche. 
Alberto Van Stokkum
Alberto Van Stokkum

« Les femmes jouent un rôle majeur dans mon travail, concède le photographe et réalisateur espagnol, ce sont elles qui m’inspirent le plus. » Pas étonnant que le shooting avec la Suédoise Ängie, l’enfant terrible du hip-hop, lui ait procuré satisfaction. Et réciproquement : Ängie a pris la pose par un matin froid de janvier à Stockholm – en plein air et à peine couverte dans son négligé de velours rose. 

Ängie a des fanclubs au Brésil et en Russie, alors que sa musique ne passe pas à la radio. La presse britannique, de The Sun à The Guardian en parle, alors qu’elle n’a sorti que deux chansons jusqu’à présent. Pourquoi ? La Suédoise de 21 ans fait exactement tout ce qu’il ne faut pas faire en tant que jeune star montante : elle ne répond surtout pas aux attentes – et ne prend pas le business trop au sérieux.

Elle a commencé à faire de la musique il y a deux ans, en se filmant dans sa baignoire, pétée et rappant n’importe comment, pour rire… et a envoyé la vidéo à un producteur local. Peu de temps après, elle enregistrait sa première chanson Smoke Weed Eat Pussy (« Fume de l’herbe et pratique le cunnilingus », ndlr) dans le studio du DJ star Avicii et signait un contrat avec le géant de l’industrie musicale Universal. De nombreuses chaînes de radio ont trouvé le morceau trop graveleux pour le jouer, mais il est malgré tout devenu un tube – via YouTube. Et grâce à la presse britannique qui l’a élue chanson la plus osée de l’année 2016.

Un début de carrière inhabituel. Et pourtant : un lancement bien aux goûts d’Ängie. Car, nous révèle-t-elle lors d’une interview dans son Stockholm natal, pour avoir du succès, il faut mettre son public à l’épreuve.

Le premier single d’Ängie est… prometteur ?

© youtube // ANGIEVEVO

Cliquer pour lire la suite

THE RED BULLETIN : Comment devient-on la pop star la plus controversée de l’année ?

ÄNGIE : Dans mon cas, cela a été très simple. Je chante à propos des choses qui me procurent le plus de plaisir.


Il va falloir que je vous pose d’autres questions alors… 

Allez-y !

Smoke Weed Eat Pussy est donc une déclaration autobiographique ?

Ma copine venait de me quitter. J’avais beaucoup de temps libre et une vie sexuelle très active.

Des chansons sur les drogues et le sexe, ça a toujours existé. Pourquoi pensez-vous que votre tube a tellement échauffé les esprits ? 

Parce que je suis une fille qui aime les fleurs et les fringues roses. Et parce que les nanas qui aiment les fleurs et les fringues roses ne font habituellement pas de chansons sur l’herbe et les relations bucco-génitales.

Vos clips reflètent ce genre de contradictions. Dans une scène, vous jouez à la princesse vêtue de robes couleur guimauve, dans une autre vous montrez vos grands tatouages et fumez un joint. Jouer avec les stéréotypes vous botte ?

Absolument. Il n’y a rien de plus ennuyeux dans la vie que la perfection et les évidences. Pour avoir du succès, il faut surprendre. Créer des contrastes.

Ängie

« Il n’y a rien de plus ennuyeux que la perfection. »

« Mon but est d’aider les jeunes femmes à gagner confiance en elles. Lorsque nous présentons fièrement nos défauts, ils deviennent des atouts. »

Mais ne perturbe-t-on pas son public de cette manière ?

Bien au contraire. Je crois qu’on éveille sa curiosité. Regardez Rihanna. Elle est devenue vraiment cool le jour où elle a montré son côté rebelle. Moi non plus je n’ai pas envie de faire la poupée Barbie. Les gens doivent me voir telle que je suis. Y compris mes vergetures sur les fesses.

Pardon ?

Récemment, j’ai publié une photo de mes vergetures sur Instagram. Une fan m’a tout de suite écrit pour me dire qu’elle admirait mon courage, car elle avait honte des siennes. C’est absurde ! Mon but est d’aider les jeunes femmes à gagner confiance en elles. Lorsque nous présentons fièrement nos défauts, ils deviennent des atouts.

© youtube // ANGIEVEVO

D’où tenez-vous votre confiance en vous, à 21 ans, pour oser faire un bras d’honneur au monde du showbiz et à ses idéaux de beauté ?

Ça vient de lui (elle montre le tatouage sur son bras. Un cœur avec Lou Reed écrit à l’intérieur). C’était un songwriter génial – et le plus cool des types. Il se fichait de tout. Il adorait aussi engueuler les journalistes lors de ses interviews. J’espère qu’il serait fier de moi.

Ängie


Est-ce que vos parents sont fiers de la carrière de leur fille ?

Mon père n’aime pas mes chansons sur la drogue. Mais ma mère est la plus grande de mes fans. Elle est au premier rang lors de mes concerts. Dernièrement, elle s’est même fait faire un T-shirt avec mon logo à la feuille de chanvre rose, sans me le dire. 

Pourquoi vos chansons parlent-elles toujours de la fumette ?

Lorsque j’étais adolescente, je souffrais d’un grave trouble déficitaire de l’attention. Les médecins m’ont prescrit des médicaments, mais ils n’avaient aucun effet. Le fait de fumer des joints m’a aidée à surmonter mes crises d’angoisse et phases dépressives. En plus, cela aide ma créativité. Sans herbe, je n’aurais probablement jamais commencé à écrire des chansons.

Comment cela ?

Cela fait déraper mon cerveau.

Pour la plupart des gens, ce serait une raison pour ne pas fumer.

Alors laissez-moi le formuler différemment : cela ouvre des parties de mon cerveau auxquelles je n’ai pas accès autrement. Je ressens des trucs que je ne veux pas ressentir. Mais que je dois ressentir, pour trouver mon vrai moi.

Et qu’en est-il de l’autre sujet principal des vos chansons ?

Vous voulez dire le sexe oral ? Un sujet très important, largement sous-estimé.

Dans quelle mesure ?

Les hommes se préoccupent trop peu du plaisir de la femme lors des rapports.

Parce que les hommes ne sont pas assez sûrs d’eux ?

Mais non ! Nous manquons tous d’assurance. Et la seule chose qui aide à surmonter le manque d’assurance, c’est de gagner de l’expérience. 

Faves Of Ängie, a playlist by Red Bull Playlists on Spotify

The racy trap-hop singer from Sweden wants people to loosen up a bit. Enjoy her playlist of personal favorites.

« Si tu as un balai dans le cul, il vaut probablement mieux ne pas écouter ma musique ! »
Ängie citant Lou Reed

Permettez-moi de vous demander quels seraient vos conseils ?

C’est très simple : parlez avec votre copine. Éteignez le mode macho. Demandez-lui ce qui lui plaît. Et surtout : ne vous imaginez pas que votre technique fonctionne pour toutes les femmes.

La plupart des jeunes musiciens débutent leur carrière prudemment, ne veulent pas risquer d’irriter les chaînes radio. Vous en revanche, vous publiez des singles dont les textes sont même trop osés pour le programme nocturne.

Aujourd’hui, le public découvre la nouvelle musique sur YouTube. Les chaînes radio ne s’y mettent que lorsqu’un morceau a déjà du succès sur le web. Voilà pourquoi je trouve cela plus important de tourner des vidéos cool et d’atteindre les gens par ce biais. 

Cela dit, même sur votre propre chaîne YouTube, il y a des commentaires de personnes qui trouvent que vous allez trop loin. Que leur répondez-vous ?

Sur ce point je m’en tiens à Lou Reed, qui a dit un jour : « Si tu as un balai dans le cul, il vaut probablement mieux ne pas écouter ma musique ! »

Cliquer pour lire la suite
03 2017 The Red Bulletin

Article suivant