De l’homme au singe

Texte : Paul Wilson
Photos : John Russo / Fox Films 

Qui remportera le combat pour devenir le primate en chef ? Des stars de chaque camp de la super­production La planète des singes : l’affrontement vous dévoilent tout.

 

Cette année, au cinéma, les humains doivent affronter l’attaque de robots transformateurs et de lézards géants, et assister au combat entre des protecteurs superpuissants et des méchants diaboliques. Mais la bataille la plus fascinante, et la plus proche de chez nous, opposera l’humanité aux singes. Dans La planète des singes : l’affrontement, qui se joue dix ans après le soulèvement simien et la pandémie virale qui a éclaté à la fin de l’excellent La planète des singes : les origines sorti en 2011, un groupe de survivants tombe sur la communauté des singes qui s’est agrandie alors que les hommes chétifs ont presque disparu. Andy Serkis, qui reprend le rôle de César, chef des singes, réalisé par capture de mouvements, et Keri Russell, femme leader parmi les rescapés, racontent leurs versions de l’histoire.

 

THE RED BULLETIN : Comment se passe La planète des singes du point de vue de votre espèce ? 

ANDY SERKIS : Nous vivons dans une société utopique plutôt idyllique créée par César, dans laquelle les humains ne tardent pas à arriver. En tant que leader, César a mis de l’ordre entre les tribus de gorilles, chimpanzés et orangs-outans. Les primates ont vu les humains s’éteindre ; ils croient que les hommes ont disparu jusqu’à ce que ceux-ci s’introduisent dans leur royaume. Cela déclenche chez César une chaîne très compliquée de réactions : comment trouver un accord avec les humains plutôt que de les combattre ? 

Keri Russell

C’est une survivante : Keri Russell joue Ellie, l’une des seules humaines rescapées affrontant les singes après la pandémie virale.



KERI RUSSELL : Les humains ont vu le pire et les survivants sont très mal en point. Ils ont tant perdu et sont unis par une sorte de paix fragile qu’ils ont créée pour eux-mêmes. Et, pour diverses raisons, ils doivent se rendre dans la forêt, où ils tombent sur les singes. Les deux camps ont ce besoin inné de protéger leur famille. Au début, aucun d’eux n’est vraiment conscient de la situation de l’autre.

 

Qu’en est-il de la relation de vos deux personnages ?

AS : César est marié et père d’un ado et d’un bébé. Il apprend à connaître certains humains et essaye de trouver un moyen pacifique de s’entendre avec eux. Parmi eux, il y a Malcolm, veuf et père d’un ado, un scientifique qui tente de réactiver une centrale électrique, et une femme prénommée Ellie. Une relation étroite naît entre elle et César.

KR : Ellie était infirmière et a lutté contre le virus pendant des années. À présent, les rescapés ont réalisé qu’ils étaient immunisés. Le virus était une grippe simienne, ce qui explique ses craintes, mais, avec son passé médical, Ellie sait qu’il a été créé par des scientifiques. Elle est moins effrayée par les singes que stupéfaite par leur apparence et par les événements survenus. Elle tient vraiment à César et réalise très vite qu’il n’est pas un singe comme les autres.
 

Quels sont les défis qu’ont impliqués ces rôles ?

KR : Nous, les humains, nous sommes juste là, à demi-nus, dans le royaume des singes. Andy est très impliqué dans son jeu, et je me devais de l’être au moins autant à ses -côtés. Il en va de même pour tous les autres acteurs qui jouent des singes. Des traceurs réalisaient les cascades. C’était renversant.

AS : Près de 95 % du film ont été tournés dans la forêt tropicale à Vancouver, entre la fin de l’hiver et le début du printemps. Il faisait un temps glacial. Puis nous sommes descendus à la Nouvelle-Orléans en été et nous avons tourné en pleine humidité. Croyez-moi, ce n’est pas le rêve d’être à côté de quelqu’un qui porte une combinaison de capture de mouvements en plein cœur de l’été. C’est un travail très physique, car tu utilises des muscles que tu n’utilises pas pour jouer un humain. 

Quels sont les défis qu’ont impliqués ces rôles ?

KR : Nous, les humains, nous sommes juste là, à demi-nus, dans le royaume des singes. Andy est très impliqué dans son jeu, et je me devais de l’être au moins autant à ses -côtés. Il en va de même pour tous les autres acteurs qui jouent des singes. Des traceurs réalisaient les cascades. C’était renversant.

AS : Près de 95 % du film ont été tournés dans la forêt tropicale à Vancouver, entre la fin de l’hiver et le début du printemps. Il faisait un temps glacial. Puis nous sommes descendus à la Nouvelle-Orléans en été et nous avons tourné en pleine humidité. Croyez-moi, ce n’est pas le rêve d’être à côté de quelqu’un qui porte une combinaison de capture de mouvements en plein cœur de l’été. C’est un travail très physique, car tu utilises des muscles que tu n’utilises pas pour jouer un humain. 

Dawn Of The Planet Of The Apes

Roi César : Andy Serkis reprend son rôle de leader, à la tête d’une nation de singes évolués de plus en plus nombreux.




Voudriez-vous être dans l’autre camp ?

AS : Mon dieu, non.  

KR : J’aimerais être un singe femelle. Il est toujours intéressant de disséquer la bataille du côté des singes, c’est moins glauque que ce que nous pouvons être dans nos vies compliquées. De plus, le travail des acteurs qui jouent les singes est vraiment incroyable. 
 

Lors du tournage de La planète des singes en 1968, les acteurs jouant les singes déjeunaient entre eux. C’était tribal. Cela s’est-il reproduit ?

KR : C’était un peu ça. Lescomédiens impliqués dans l’apprentissage des singes ont travaillé ensemble pendant des mois avant que les acteurs qui jouent les humains ne les rejoignent, donc c’était un peu chacun dans son camp, c’est sûr. Ce sont tes semblables.


Quel camp gagnerait si un véritable conflit opposait les humains aux singes ?

AS : Les humains ont perdu leur capacité à subvenir à leur besoin de manière autonome. Je miserais donc sérieusement sur les singes.

KR : Ces films s’appellent La planète des singes, pas La planète des humains.

MONNAIE DE SINGE
Petite incursion dans la planète hollywoodienne, côté production

LA PLANÈTE DES SINGES (titre original : Planet Of The Apes) (1968) de Franklin J. Schaffner 
L’original. Un film culte pour les adeptes de science-fiction sur grand-écran, et l’un des plus beaux happy-end de l’histoire du cinéma.
Budget : 5,8 millions de dollars
Recettes : 32,6 millions de dolars*

LE SECRET DE LA PLANÈTE DES SINGES (titre original : Beneath The Planet Of The Apes) (1970) de Ted Post
La suite du premier opus, sous forme de parabole anti-nucléaire. 
Budget : 4,7 millions de dollars 
Recettes : 19 millions de dollars*

LES ÉVADÉS DE LA PLANÈTE DES SINGES (titre original : Escape From Of The Planet Of The Apes) (1971) de Don Taylor
Les singes prennent la fuite avant de débarquer sur Terre… dans le futur. Ce troisième volet est un succès commercial.
Budget : 2,1 millions de dollars 
Recettes : 12,3 millions de dollars*

LA CONQUÊTE DE LA PLANÈTE DES SINGES (titre original : Conquest Of The Planet Of The Apes) (1972) de J. Lee Thompson
« Les primates se révoltent ! » Effectivement. Ce n’est pas le film le plus réussi de la série.
Budget : 1,7 millions de dollars 
Recettes : 9,7 milions de dollars*

LA BATAILLE DE LA PLANÈTE DES SINGES (titre original : Battle For The Planet Of The Apes) (1973) de J. Lee Thompson
Un équilibre a été trouvé entre les singes et les hommes, bientôt perturbé par un personnage malveillant…
Budget : 1,7 millions de dollars
Recettes : 8,8 millions de dollars*

LA PLANÈTE DES SINGES (titre original : Planet Of The Apes) (2001) de Tim Burton
Valeur ajoutée : Tim Burton, Mark Wahlberg, et un maquillage à couper le souffle
Budget : 100 millions de dollars 
Recettes : 362,2 millions de dollars**

LA PLANÈTE DES SINGES : LES ORIGINES (titre original : Rise Of The Planet Of The Apes) (2011) de Rupert Wyatt
Ce nouveau volet de la saga est extrêmement bien reçu par la critique, contrairement à toute attente.
Budget : 93 millions de dollars 
Recettes : 481,8 millions de dollars**

 

Dollars = dollars américains
*Recettes aux USA
**Recettes à l’internationale

Cliquer pour lire la suite
08 2014 The Red Bulletin

Article suivant