Aaron Eckhart

La vie simple selon Aaron Eckhart

Texte : Nora O’Donnell
Photo : David Yellen

Tout en sagesse, l’acteur américain Aaron Eckhart nous explique pourquoi une vie simple rime avec une meilleure estime de soi.

À 48 ans, Aaron Eckhart a construit sa carrière en endossant des rôles d’hommes bons flirtant avec les ténèbres. À la fin de cette année, ce natif de Californie partagera l’affiche de deux biopics : dans Sully, réalisé par Clint Eastwood (au ciné en décembre), il joue Jeffrey Skiles, le copilote qui a assisté le capitaine Chesley Sullenberger (Tom Hanks) lors de l’atterrissage d’urgence du vol US Airways 1549 en 2009.

Dans Bleed For This, réalisé par Ben Younger (aux USA le 4 novembre), il interprète Kevin Rooney, l’entraîneur du boxeur professionnel Vinny Pazienza (Miles Teller) qui est retourné sur le ring 13 mois après s’être brisé le cou dans un accident de voiture.

Deux rôles exigeants dans lesquels Eckhart a la lourde tâche de jouer des hommes ayant le destin d’autres personnes entre leurs mains. Dans la réalité, il est zen. Il attribue ce trait de caractère à sa maturité et à la vie calme qu’il mène loin des spotlights.

THE RED BULLETIN : Pourquoi affirmez-vous que plus votre vie est simple, mieux vous vous sentez ?
AARON ECKHART : Car je ne mène pas la grande vie. Quand on prend de l’âge, se connaître soi-même, c’est indispensable. Avant, dans ma carrière, j’essayais de faire plaisir à tout le monde. Plus maintenant. Mon ranch dans le Montana m’aide beaucoup dans ce sens. 

Comment cela ?
Là-bas, je peux passer des heures à regarder le ruisseau. Je déplace des cailloux, je débroussaille, je fais du feu, je regarde les nuages. Ça a vraiment un effet apaisant, et on ne pense plus à toutes ces conneries.

© BanA BandeAnnonce // Youtube

Êtes-vous satisfait de ce que vous avez accompli ? Non. J’ai l’impression d’avoir encore des tas de choses à dire, mais il faut que je trouve une nouvelle manière de le faire. J’ai beaucoup de chance d’avoir eu une telle carrière, mais ça ne me suffit pas. Il faut que je prenne un meilleur contrôle de qui je suis et de ce que j’ai à dire. 

Qui admirez-vous ? 
Sean Penn. Il est courageux, a des convictions et sait joindre le geste à la parole. 

© Movieclips Trailers // Youtube

C’est un activiste. Avez-vous un message politique ?
Je regarde les choses dans leur ensemble. Quand je fais un film, ce que je veux voir, c’est ce qui nous rassemble, pas ce qui nous sépare. C’est là que je mets toute mon énergie, qu’il s’agisse de races, de religion ou de politique. Je n’aime pas les conflits. S’il y a un message qui me parle, c’est que nous sommes tous égaux.  

Avez-vous déjà joué un rôle dans ce sens ? 
(Long silence.) Non. (Rires.)  

Vous avez encore le temps ! 
Ouais, je ne suis pas encore mort. Il doit bien me rester encore au moins deux ans à vivre après cette interview.

Cliquer pour lire la suite
08 2016 The Red Bulletin

Article suivant