Foals

La playlist des Foals

Photo d’ouverture : Nabil Elderkin

À l’occasion de la sortie de What Went Down, nouvel album des Foals, le frontman du groupe britannique, Yannis Philippakis, revient sur les cinq chansons qui ont façonné leur style musical. 

Ce quintette anglais est l’un des rares groupes actuels à supporter la comparaison avec les mythiques Talking Heads. Tout comme le groupe légendaire de David Byrne, les 5 jeunes Britanniques ajoutent un mélange subtil de post-punk, disco funk et math rock à de l’électro minimaliste et des mélodies indie-pop.

Après le succès de Holy Fire en 2013, n° 2 en Grande-Bretagne et au top des charts en Australie, cette tête d’affiche de la scène rock revient avec What Went Down, portée par un nouveau son explosif. Son leader, Yannis Philippakis, 29 ans, révèle les titres qui ont influencé son écriture.

Majical Cloudz : Bugs Don’t Buzz

« J’ai écouté cette chanson, de l’album Impersonator, pour la première fois l’an dernier, au lendemain du réveillon. Ça m’aidait à éliminer ma gueule de bois. Le son est clairsemé, surtout les voix. Vous avez l’impression bizarre d’assister à une réunion des alcooliques anonymes, avec quelqu’un qui vous chuchote ses angoisses les plus intimes. Un album sombre et profond. Je l’adore. »

© Majical Cloudz // YouTube

Iggy Pop : The Passenger

« J’ai découvert cette chanson quand j’avais 15 ans. Une fille, dont j’étais amoureux, m’avait refilé une cassette avec ce titre. Mes parents n’écoutaient pas de rock. Pour la première fois, je comprenais pourquoi les tubes rock sont des classiques de la musique. Ce titre incroyable est intemporel parce que c’est une chanson simple, sans trucages. C’est ce que je recherche quand je compose. »

© yurksemesh // YouTube

Darkside : Golden Arrow

« J’adore ce duo, ils font l’opposé de la musique que je ferais. Prenez ce morceau de leur album Psychic, sorti en 2013 : il y a tellement de moments où on s’attend à se faire secouer, et ils font l’inverse en créant une ambiance encore plus sombre. L’univers psychédélique de Darkside est vaste, et pourtant ça reste naturel, c’est ce que j’apprécie par-dessus tout. »

© Tune Safari // YouTube

B. B. & Group : Old Alabama

« Ce titre figure sur l’album Prison Songs Volume One: Murderous Hom, une compil’ de titres des années 40. La façon dont ces détenus chantent est très émouvante. C’est comme s’ils laissaient parler leur âme, au rythme des coups de pioche. C’est obsédant, et ça vous rappelle que la voix et le rythme suffisent à faire la musique la plus puissante. Vous n’avez besoin de rien d’autre. »

© monQsurlaKomod // YouTube

Dean Blunt : War Report

« Ce producteur fantasque booste Londres comme personne. Avec sa voix et ses textes, il ressuscite tout un pan disparu de l’esprit anglais. War Report, sur son dernier EP, Babyfather, est une chanson étrangement envoûtante qui sonne comme elle a été écrite : en 90 minutes dans une chambre d’hôtel ! Elle est douce et épurée, ce qui lui donne un son très humain. Je suis fan. »

© Selectop! // YouTube

TOUS LES SUJETS ACTUELS EN UN CLIN D’ŒIL
 
> RECEVEZ LA NEWSLETTER ! <
Cliquer pour lire la suite
10 2015 The Red Bulletin

Article suivant