Stephen Marley

La playlist de Stephen Marley 

   

Cinq ans après son dernier effort studio, Stephen Marley, fils de Bob, revient avec Revelation Part II: The Fruit of Life, un LP qui combine du reggae roots, du hip-hop, et beaucoup d’invités, de Busta Rhymes à Iggy Azalea.

Le deuxième fils de Bob Marley est un musicien multitalent depuis l’enfance. À 7 ans, il a rejoint le groupe formé par son frère et ses sœurs, The Melody Makers, au chant, à la guitare et à la batterie ; il s’est également produit avec son père lors de festivals.

Aujourd’hui, à 44 ans, il compte six Grammy Awards à son palmarès, plus que tout autre artiste de reggae de l’histoire, grâce à sa fusion des musiques du passé et du présent. Revelation Part II: The Fruit of Life, son dernier LP, combine reggae roots et les raps de Busta Rhymes ou Iggy Azalea. Son guide du son jamaïcain en cinq titres.

stephenmarleymusic.com

Bob Marley – One Love

« Cela ne surprendra personne que mon premier choix soit une chanson de mon père. Vu l’impact mondial que ses compositions ont eu ces 50 dernières années, il est la passerelle ultime vers la musique jamaïcaine. Aucune autre de ses chansons ne capture aussi bien l’ambiance de l’île que One Love. Il l’a composée comme un appel à l’unité pendant les troubles des élections de 1976. Un hymne à la paix intemporel. »

© Reggae Man // YouTube

Toots and the Maytals – Pressure Drop

« Oncle Toots, comme nous l’avons toujours appelé, était un ami de mon père. C’est un gars toujours très dynamique, je l’adore. Ses prestations énergiques en direct lui ont valu la réputation d’être la réponse jamaïcaine à James Brown. Ce titre entraînant figurait sur la bande originale du film The Harder They Come et a permis au monde de découvrir le reggae. L’une des meilleures chansons jamaïcaines de tous les temps. »

© riquemx // YouTube

Alton Ellis – I’m Still In Love With You

« Pour explorer plus profondément la tradition musicale jamaïcaine, je vous suggère cette chanson. La plupart connaissent la reprise de Sean Paul, mais l’originale était d’Alton Ellis, l’un des innovateurs du genre rocksteady. Le rocksteady était un précurseur du reggae : un peu plus rapide et très habité par la soul américaine, ce qui explique les ondes très positives de nombre de ses morceaux. C’est magique, écoutez ! »

Culture – Jah, Jah See Dem A Come

« Le reggae peut parfois être extrêmement politique, comme ce fut le cas dans les années 1970. Poussés par le mouvement pour la défense des droits civils aux USA, des artistes jamaïcains tels que Burning Spear et Culture ont enregistré des titres socialement engagés, qui m’ont ouvert les yeux sur ce qui se passait dans le monde. Quand j’étais adolescent, cette chanson faisait partie intégrale de mon éducation politique. »

© browningbbw // YouTube

Third World – 1865 (96 Degrees In The Shade)

« Ce titre est une leçon de notre histoire. Ses paroles racontent la rébellion de la baie de Morant en 1865 (protestation des Jamaïcains pauvres contre un gouvernement et un système judiciaire injustes, ndlr) de manière magnifiquement poétique. J’avais 9 ans lorsque je l’ai entendue la première fois, mais j’avais le sentiment d’avoir compris le message politique. Un témoignage du pouvoir révolutionnaire de la musique jamaïcaine. »

© Erick Brown // YouTube

Cliquer pour lire la suite
09 2016 The Red Bulletin

Article suivant