J. Coste

Une forte tête

Texte : Pierre-Henri Camy 
Photo : Dimitri Coste

Jérôme Coste est un esthète de la propulsion. Il coiffe les motards de ses casques Ruby, joyaux de protection et de style. 

Le 1er octobre, les Ateliers Ruby auront sept ans. Symbole de chance. Un de plus dans la galaxie Ruby, marque représentée par une « Lady Luck » qui rappelle à chacun que son casque de la maison parisienne veille sur lui. Derrière ce pur produit d’élégance urbaine, on trouve Jérôme Coste, frais quarantenaire qualifiable d’homme pluriel. Notre première rencontre avec ce modèle unique d’humain a lieu au début des années 90.

Invités dans la demeure familiale des Coste par son frère cadet Dimitri, nous découvrons un grand ado, sapé des dernières marques de skate et BMX en vogue aux US, et scotché avec une bande de potes sur la dernière vidéo de la Bones Brigade (mythique crew de skateurs incluant Tony Hawk, Tommy Guerrero et autres Mike Vallely). La VHS du classique Ban This sera rembobinée des centaines de fois. Le background est posé, Jérôme baigne très tôt dans un univers fait de glisse, et aiguise sa vision créative sur l’esthétique pure autant que copieuse qui lui est liée.

UNE DÉMARCHE SÉRIEUSE

Il est déjà, alors, un graphiste et illustrateur super doué, inspiré par les Californiens Robert Williams et Jim Phillips, la Custom Culture et celle propre à l’élite des pilotes et riders internationaux. Élève singulier de l’école Estienne, Jérôme se professionnalise et lance son agence Cactus Design dans les Yvelines. Il la rebaptise Deep en s’installant à Paris, où il devient un artiste super connecté, associant sa patte à tous supports, en collaboration avec des magazines, maisons de disques et marques. Jérôme lance en parallèle une ligne de vêtements, Hold-Up, incluant des planches de skate et un team de virtuoses du street.

« LE PROPOS ­PREMIER DES ATELIERS RUBY EST L’EXCELLENCE DE LEURS CASQUES »

Souvent à deux roues, toujours casqué, un projet trotte dans sa forte tête de BMXer, skateur et pilote généreux, touché à ce jour par huit traumatismes crâniens. « J’avais la volonté de créer ma propre marque de casque. Un crossover légitime entre le monde de la moto et celui du luxe », explique-t-il alors qu’il nous reçoit dans la superbe boutique Ruby de la rue Hérold à Paris. S’y presse une clientèle de goût. « Nous avons d’abord été adoptés par les branchés parisiens et les cadres supérieurs. Et c’est par la suite l’ensemble des motards avertis qui a réalisé que Ruby n’était pas qu’un effet de style ou un phénomène de mode. Que notre démarche était sérieuse », précise Jérôme Coste.

SURVIVRE AVEC STYLE

Passionné intense, il compte bien des héros parmi ses carburants créatifs, dont le cascadeur Evel Knievel, figure de la pop cultureUS. Le motard aux 433 fractures (source : Le livre Guinness des records), auquel les Ateliers Ruby vont dédier une édition limitée de casques et accessoires en octobre. « Sans être un champion, Evel Knievel est l’une des figures les plus fortes du monde de la moto. Son casque a été au centre des mes inspirations pour créer le Castel, mon intégral. Pour cette série limitée, je propose un casque très simple, une version spéciale au plus proche des modèles que portait Knievel à l’époque. Il était un ambassadeur de la protection casqué, et “Survivre avec style” est l’un de nos adages… Avant toute considération esthétique, le gros de notre travail est technique. Le propos premier des Ateliers Ruby est l’excellence de leurs casques. » Protection, et style, toujours, pour monsieur Coste, qui nous annonce une collaboration avec la maison de souliers J.M.Weston, et que vous découvrez ici avec la première moto Ruby, toute de cuir vêtue, et développée avec les Anglais de Co-Built.

« L’un des deux fondateurs de Co-Built organise le championnat anglais de dirt track, le DTR (Dirt Track Riders Association, ndlr). Le dirt track est une discipline exotique, qui n’existait qu’auxUSA à l’époque, avec des motos magnifiques, super dépouillées et dédiées à la maîtrise du dérapage. Trois pilotes Ruby s’y illustrent, les seuls Français engagés : mon frère Dimitri, le préparateur Franck Chathokine et l’urgentiste Hubert Bastide, soit l’équipe de France de Flat Track ! », plaisante Jérôme dont le troisième enfant naîtra quelques heures après notre entretien. La dynastie Coste n’a pas fini de rouler.




LES ATELIERS RUBY X WHEELS AND WAVES
Pour célébrer en juin dernier la troisième édition du WHEELS and WAVES, fameux rassemblement moto sur les côtes françaises et espagnoles du Pays Basque, les Ateliers Ruby ont réalisé un « Programme Court » dédié à l’événement : un modèle Pavillon et un Castel dessinés par Steven Burke, artiste à qui l’on doit l’identité visuelle en noir et blanc de Wheels and Waves depuis ses débuts. Les deux casques ont été édités à 30 exemplaires numérotés.

En bref

Identité
Jérôme Coste, Paris


Savoir-faire
Designer, illustrateur, « brand father » des Ateliers Ruby


Une affaire de famille
Didier Coste, le père de Jérôme, est un acteur historique de la presse deux roues. Pilote auto et moto audacieux, il a naturellement transmis à ses fils le goût du pilotage et de l’élégance sur engins propulsés. Dimitri, le frère de Jérôme, est un photographe et réalisateur accompli, qui s’investit avec fougue dans le pilotage de motos anciennes.

Cliquer pour lire la suite
10/2014 The Red Bulletin France

Article suivant