Helicopter Pilot John D. Hess

À bord avec les nageurs-sauveteurs

Photos : Justin Bastien

Le pilote d’hélicoptère John D. Hess et le mécanicien Jayson Merrero parlent au Red Bulletin des vols au-dessus de la mer de Béring, et du travail d’équipe en situation d’urgence.

CHEF À BORD : Le pilote JOHN D. HESS

THE RED BULLETIN : M. Hess, comment faites-vous pour rester zen quand l’hélico est pris dans une tempête ? 

JOHN D. HESS : Voler pour l’Air Station ­Kodiak, ce sont au moins 4 ans d’expérience en tant que pilote-sauveteur. L’expérience aide.

Mais encore ? 

J’appuie sur mon ­chronomètre intérieur et je compte jusqu’à 5, si le temps me le permet. Ce geste m’aide à me calmer. 

Comment l’équipage se prépare-t-il à des interventions périlleuses ? 

Nous nous ­critiquons ­mutuellement. Même après des manœuvres simples. Celui qui refuse la critique met les autres en danger. 

Dans votre métier, peut-on réellement évaluer le danger ? 

Nous utilisons le principe « risque vs. gain » : quand des vies sont en danger, tu peux ­risquer plus. 

C’est-à-dire ? 

Embarquer plus de personnes, par ex. Le record pour l’hélico de la garde côtière s’élève à 26.

Incursion dans la vie d’un nageur-sauveteur.

© The Red Bulletin 

L’ŒIL : JAYSON MARRERO, MÉCANICIEN

Mechanic Jayson Marrero

THE RED BULLETIN : M. Marrero, que fait un mécanicien aéronautique ? 

JAYSON MARRERO : Il est l’ingénieur de l’hélicoptère et l’œil du pilote sur le lieu de l’accident. Nous assistons les sauveteurs dans la descente avec le treuil. 

Pour quelles ­raisons votre zone d’intervention est-elle aussi difficile ?  

L’isolement, la météo extrême. En Floride, un vent soufflant à 90 km/h est une tempête tropicale. En Alaska, c’est une journée de travail normale.  

Qu’implique la météo extrême pour le travail d’équipe à bord ?
 
Chaque entraînement est vital. Nous déposons des sauveteurs sur des bateaux qui tanguent sur des vagues de 10 m de haut.
 
Les sauveteurs veulent-ils toujours se jeter à l’eau ? 

Ce sont des accros d’adrénaline. Ils se cassent le cul pendant des semaines en ­training pour être en forme le moment venu. 

Le dernier épisode de Coast Guard Alaska.

© Coast Guard Alaska TV // Youtube

Cliquer pour lire la suite
08 2016 The Red Bulletin

Article suivant