Nightlife Vienna: Tips and insiders

Les héros de la nuit à Vienne

Texte : Andreas Rottenschlager   
Photos : Lukas Gansterer

Balkan beats, punk, champagne et baraques à saucisses. La capitale autrichienne sait faire la fête jusqu’au bout de la nuit. Bienvenue dans la nuit viennoise ! 
« DANSER SUR DU TURBO-FOLK »
L'initié : Frederika Ferková

Chroniqueuse de la nuit pour le magazine Vice, elle organise des pyjama raves.

« Sur la Ottakringer Straße (XVIe arrondissement), à l’Insomnia, on fait la fête comme dans les Balkans. Une Balkan party, c’est la garantie d’avoir une ambiance de folie et du turbo-folk, un mélange de musique de mariage, rythmes tsiganes et beats électro des années 90. Certes, les Viennois sont moins fans de cette musique que les jeunes d’ex-Yougoslavie : pourtant, il faut voir l’ambiance qui règne les vendredis et samedis soir dans des clubs tels que l’Insomnia. La vodka coule à flots, les filles se déhanchent dans des robes tra-courtes et les mecs jouent les machos. Un conseil ? -Apprenez cette phrase en serbe : “Šta piješ?” (prononcez chta pi-èche). Traduction : qu’est-ce que tu bois ? » 

Cliquer pour lire la suite
« MANGE DONC DES KÄSEKRAINER ET BOIS DU CHAMPAGNE ! »
WOLFRAM, le producteur

« Tous les DJ’s connaissent les meilleures adresses pour calmer une fringale entre minuit et quatre heures du matin. À Vienne, toutes les soirées clubbing se terminent obligatoirement devant un Würstelstand, une baraque à saucisses. Comment savoir si c’est une bonne adresse ? Checkez la qualité du pain et de la moutarde ! Pour ma part, je recommande Bitzinger, derrière l’Opéra national. Vous pouvez y déguster une Käsekrainer, une saucisse fourrée au fromage dégoulinante de graisse, accompagnée d’un verre de champagne. Oubliez votre régime, aucun Würstelstand ne propose de nourriture saine. » 

© youtube // The Dining Traveler

« LA VRAIE STAR DE LA MUSIQUE VIENNOISE ? »
Peter Balon, l’organisateur

« Okay, tout le monde connaît Falco, le chanteur pop rock et rappeur, mais pour moi, la vraie star de la musique viennoise, c’est Philipp Quehenberger. C’est un musicien de génie qui a étudié le jazz et compose des morceaux de toute beauté au piano. C’est aussi un touche-à-tout qui marie tous les genres, de la noise à la techno intello en passant par le jazz. Cela fait des années que “Quehe” expérimente avec bonheur, rejetant toutes les normes de l’industrie musicale. Pour découvrir son univers, commencez par regarder Uff Uff sur YouTube, un morceau de dark techno, idéal pour une petite promenade nocturne le long du canal du Danube, avec le reflet de la lune dans l’eau. » 

Wolfram and Peter Balon

Wolfram et Peter Balon

Wolfram est l’un des producteurs de musique électro et disco les plus connus du pays, il a travaillé pour Moby et Lady Gaga. Peter Balon est le proprio de la Grelle Forelle (« La truite acidulée », en bon français), le club techno le plus en vue de la capitale. 

Une ville, des chiffres
Map of Vienna showing the best locations

Les incontournables de Vienne en un coup d’œil.

La capitale de l’ancien Empire austro-hongrois a vu naître la psychanalyse et Falco, qui a secoué les années 80 avec son Rock Me Amadeus. Classée depuis 5 ans consécutifs comme la capitale la plus agréable à vivre par l’agence Mercer, la métropole de près de 2 millions d’habitants a su prouver qu’elle n’était pas qu’une tranquille belle de jour.

Alors, qu’attendez-vous ?

  • ​En avion, vous arrivez à l’aéroport international de Vienne 
  • Utilisez les transpors en communs. Le métro circule 24h/24 les week-ends : wienerlinien.at 
Cliquer pour lire la suite
« ON PEUT FAIRE DURER LA FÊTE JUSQU’À 11 HEURES DU MATIN »
Anna Ullrich
Anna Ullrich

La DJ house

Photographe et DJ, Anna Ullrich aime la deep house et mixe partout en Europe. 

« Si vous êtes à Vienne pour le week-end, voici votre programme clubbing : vendredi soir, je vous conseille le Volksgarten (près de la Hofburg, l’ancienne résidence impériale, dans le centre-ville). On y passe de la bonne house, plutôt mainstream, idéale pour danser, et le public est international. J’ai beaucoup d’amis qui y vont pour rencontrer du monde. C’est bondé entre 2 et 4 heures du matin. Le samedi soir, allez faire un tour au SASS, à Karlsplatz, un club convivial dans lequel je mixe souvent. Comme les proprios aiment donner leur chance aux jeunes DJ’s, c’est là qu’il faut aller pour écouter les derniers courants de techno et tech house. C’est aussi un des rares clubs officiels connus pour ses afters : on peut y danser jusqu’à 11 heures du matin. » 

« ÊTRE LE CHANTEUR D’UN GROUPE DE PUNK LE TEMPS D’UNE NUIT »
WILD EVEL
Wild Evel

La rock star

Un grand nom de la scène nocturne viennoise depuis 15 ans. Les concerts de son groupe de garage punk The Trashbones sont connus pour leur ambiance survoltée.   

« Pour assister à des concerts rock de qualité et de grande envergure, choisissez la salle de l’Arena (IIIe arrondissement) : aménagé dans des anciens abattoirs, cet immense complexe est le centre de la contre-culture viennoise depuis les années soixante-dix, et est encore aujourd’hui la référence en matière de rock. Mais pour sortir des sentiers battus, j’ai une adresse secrète : dasBach, dans le quartier d’Ottakring (XVIe arrondissement), l’endroit parfait pour des concerts intimistes. Le public est si proche de la scène qu’on peut aller renifler les aisselles du chanteur. J’adore y jouer en live avec mon groupe The Trashbones, trinquer avec le public et boire la bière que je me fais verser dans mes bottes Chelsea. Les murs sont tapissés de souvenirs laissés par les musiciens qui y sont passés, et lorsqu’un groupe reprend des chansons des Ramones ou de Black Flag, on peut sauter sur scène et hurler dans le micro avec le chanteur. »

Cliquer pour lire la suite
12 2016 The Red Bulletin

Article suivant