BMW's self-balancing motorcycle

BMW Vision Next 100 : la moto du futur

Texte : Eddy Lawrence
Illustration : HERI IRAWAN

Edgar Heinrich, responsable du design chez BMW Moto, s’interroge sur la forme que prendra notre plaisir de conduire dans trois décennies.
Edgar Heinrich, 58
Edgar Heinrich, 58 ans

Responsable conception chez BMW Motorrad, il a supervisé le design de la S 1000 RR superbike 2009.

Cet homme en connaît un bout sur la moto. À l’occasion du centenaire de la marque BMW, son équipe a décidé de réinventer la moto. La Vision Next 100 se caractérise par ce bolide électrique qui ne peut ni tomber, ni se renverser ou ni même entrer en collision.

« Vous pourrez survoler le bitume en toute sécurité et sentir le vent, les vibrations, les accélérations et l’angle d’inclinaison », nous promet Heinrich. L’avenir de la moto tient à ces sensations élémentaires. 

bmw-motorrad.com

Cliquer pour lire la suite

THE RED BULLETIN : Comment réinvente-on la moto ?
EDGAR HEINRICH : Dans trente ans, le monde sera sans doute entièrement connecté et géré par l’intelligence artificielle. Les machines effectueront pour nous de nombreuses tâches. Alors, quelle forme notre plaisir peut-il prendre ? questionne Edgar Heinrich, responsable du design chez BMW Moto. Nous pensons que ça doit ressembler à l’équitation, être synonyme de liberté, éliminer l’obligation de porter un casque ou d’avoir des jauges à surveiller. Et plus important encore, la possibilité de faire de la moto en jean et T-shirt.

Les capteurs gyroscopiques et systèmes d’aide active empêchent le pilote de tomber et augmentent ses capacités.

© youtube // eGear TV

Que cache cette visière ?
L’intelligence collective (du comportement de groupe, les nuées d’oiseaux par exemple) – le motard interagit avec la moto, le Cloud et les appareils qui gèrent pour lui le flux de données, il peut ainsi se concentrer sur la conduite et prendre uniquement l’info dont il a besoin. La visière en est une source mais pas la seule. En vibrant, la manche de ma veste m’annonce un virage imminent.

Le concept est-il sûr, même à haute vitesse ? 
C’est déjà le cas avec la S 1000 RR équipée du contrôle de traction DTC avec détecteur de prise d’angle. La sécurité est renforcée et le plaisir augmenté. La nouvelle R 1200 GS intègre un système antipatinage. Ici, je peux accélérer sur du gravier en sachant que le dérapage n’excédera pas l’angle de virage. Je peux explorer mes sensations et vivre une expérience réelle sans danger grâce à l’intelligence artificielle. 

La visière connectée affiche les infos selon la direction du regard : en haut le rétro, en bas l’itinéraire, la vitesse ou l’angle d’inclinaison.

La moto est encore conceptuelle. À quand une version réelle ?
Le fossé technologique n’est pas si grand. Le gyroscope s’est banalisé, le Cloud intelligent est en plein essor. Le FlexFrame – muscle pneumatique artificiel – fait ses preuves sur d’autres machines et peut s’adapter à la moto. Les technologies requises sont déjà disponibles, en éclosion ou à portée de vue. Ce n’est plus de la science-fiction.

La moto ne tourne pas avec l’association guidon/fourche, mais par une inclinaison du cadre. Comme si vous chevauchiez un dragon.

Pourtant tout dans son allure évoque la science-fiction…
Certains y voient la moto de Tron, mais nous n’avons pas cherché à lui donner une forme insolite mais plutôt à garder un lien avec notre histoire. L’ADN de BMW est indéniable même si on ne peut pas l’expliquer. La R32 (la première moto de 1923, ndlr) était très épurée comparée aux modèles de l’époque. Il en va de même avec ce cadre. La sémantique des moteurs boxer est bien sûr au cœur de sa conception.

Cliquer pour lire la suite
02 2017 The Red Bulletin

Article suivant