Diese Lebensmittel können dich umbringen

Des plats succulents… mais fatals !

Photo : Getty Images

Dans certains pays, il vaut mieux vérifier le contenu de son assiette avant d’avaler, si du moins vous tenez à la vie. Ces mets comptent parmi les plus dangereux au monde.

Les testicules de kangourou ou les pattes de tarentule n’excitent guère l’appétit et ne s’apprécient que si l’on est initié, mais ne constituent pas pour autant des aliments nuisibles à l’homme. Si beaucoup de prétendus aventuriers rechignent à y goûter, il existe à travers le monde des plats considérés comme succulents  mais dont le danger mortel est pour le coup bien réel.

Vous êtes amateur de sensations culinaires et friand de menus de guerrier ? Alors ces spécialités classées par le magazine Condé Nast Traveler comme étant les plus dangereuses qui soient, vous séduiront peut-être. Mais à vos risques et périls !

LA RACINE DE MANIOC

Originaire d’Amérique du Sud, cette racine connue aussi sous le nom de cassave est consommée sous forme de chips, soupe ou gâteau. Mais ce que l’on sait moins, c’est que la racine de manioc contient de la linamarine en grande quantité. Mangée crue, celle-ci se transforme en cyanure. Assurez-vous donc de sa bonne cuisson avant dégustation.

LES PALOURDES DE SANG

Cette gourmandise prospère dans un environnement pauvre en oxygène et abondant en eau ce qui explique pourquoi le mollusque concentre un grand nombre de virus et de bactéries. Si vous ingurgitez un individu contaminé vous risquez une hépatite A, le typhus ou encore la dysenterie. Cette dernière est une grave infection du côlon dont nous vous épargnerons ici la description des symptômes. Si malgré tout vous tenez encore à y goûter, évitez de le faire en Chine où le temps de cuisson est souvent trop court pour éliminer tous les virus et autres bactéries.

Market fun #clams#seafood#bloodclams

A post shared by Smiths Bar (@smiths_bar) on

LE CASU MARZU

En Sardaigne, ce fromage est un mets délicat, mais pour le reste du monde il fait surtout remonter le petit-déjeuner. Il  est infesté de larves de mouche vivantes qui lui donnent, en s’en nourrissant, sa consistance et son goût particuliers. Si l’asticot survit à votre appétit, il peut endommager sérieusement vos intestins. Ce n’est pas pour rien que l’UE interdit formellement l’importation de cette spécialité transalpine. Une interdiction qui cependant ne décourage pas le marché noir, bien au contraire.

Cliquer pour lire la suite

LA « GRENOUILLE TAUREAU » D’AFRIQUE

Originaire d’Afrique australe, la grenouille taureau concentre sous sa peau de nombreuses substances toxiques. En Namibie, l’amphibien est un plat festif qui selon les autochtones est plus dangereux jeune qu’adulte. Mais même en dégustant les entrailles d’un individu parvenu à maturité, le risque d’une déficience rénale reste élevé.

Frogs are badass. #africanbullfrog #pyxiefrog #pyxicephalus #eatingmachine

A post shared by Priscilla Horta (@priscilla_jocelynh) on

LE HAKARI

Certains y voient le pire plat de la planète. Même le chef Gordon Ramsay n’a pas tenu le choc. En Islande, cette viande utilisée pour un plat viking traditionnel provient d’un requin de Groenland dont l’urine se répand dans sa chair faute de posséder des voies urinaires. Pour la rendre comestible, la chair est traité et séchée durant de long mois.

LE AKI

Le fruit emblématique de la Jamaïque ne se contente pas de causer des nausées mais peut aussi vous plonger dans un coma ou vous liquider s’il est consommé avant d’être complètement mûr. Ses graines noires sont toujours toxiques, et l’enveloppe jaune devient comestible uniquement lorsque le fruit s’ouvre de lui-même. Et jusque-là, le mieux est de ne pas y toucher.

#ackee #love #my #Jamaica #run a #boat @chefricardoimage

A post shared by chefricardoimage (@chefricardoimage) on

LE SANNAKJI

Un bébé poulpe qui se mange cru et vivant. On bascule dans le glauque avant même de parler de poison. Le pire, c’est que même après l’avoir découpé en morceau, la bête bouge encore ! Les tentacules zombies de la créature marine conservent leur propriété de ventouse et c’est là que réside le danger car une fois avalés, les morceaux peuvent se fixer à votre gorge et finir pas vous étouffer. La solution consiste à ne pas en manger du tout ou à les mâcher jusqu’à vous arracher les mâchoires.

Seriously, I bo Ji to eat my Wife just become more man then me.. #sannakji #liveoctopus

A post shared by Shannon Soh (@shannon_soh_ss) on

Cliquer pour lire la suite
02 2017 The Red Bulletin

Article suivant