Microleve

L’Afrique du Sud à vos pieds

Photos : jhbflying.co.za

Apprivoisez l’ULM et  vous décrocherez votre brevet de pilote dans le ciel de Johannesburg.

La première fois que l’on décolle en ULM, il faut du courage, mais une fois dans les airs, l’expérience est follement grisante. « C’est comme faire de la moto entre les nuages, on a la sensation d’être assis dans un fauteuil en plein ciel, lance Roy Gregson, à la tête de la Johannesburg Flying Academy (JFA).

« La météo est favorable presque toute l’année, l’Afrique du Sud est l’endroit rêvé pour apprendre à voler. Une fois que vous serez plus aguerris, essayez-vous au pilotage dans des conditions plus difficiles »
Luis Ramos

 Ce qui est génial avec un ULM, c’est que l’on peut décoller et atterrir sur de petits terrains. Et grâce au moteur, pas besoin de grimper au sommet des montagnes comme le font les parapentistes. » Gregson et la JFA proposent à leurs clients une formation au brevet de pilote, pour prendre sans risque les airs en solo. « Après 25 heures de vol et une fois l’examen théorique réussi, on peut voler à 1 600 mètres au-dessus du niveau de la mer. N’importe où dans le monde. On peut même traverser tout un pays aux manettes d’un ULM. »

Luis Ramos, consultant informatique de 39 ans, a obtenu son brevet de pilote il y a six mois avec la JFA. « Je n’avais jamais fait une chose pareille. Au début quand l’ULM décolle, c’est effrayant. On dirait une chauve-souris tout droit sortie des enfers, raconte-t-il. Mais dès que j’ai commencé ma formation, je suis devenu accro. » Le premier vol en solo ? « C’est comme se jeter d’un avion sans parachute. J’avais la trouille, mais quelle sensation indescriptible ensuite. Dès que j’ai eu mon brevet, tout ce que je voulais, c’était faire voler mes amis avec moi pour qu’ils découvrent cet univers incroyable. »

Les tarifs débutent à 4 215 € et comprennent le logement, la formation et les transferts jusqu’à la piste, sur la base d’un séjour de 30 jours.

Le truc du pro

Vigilance et adresse
« Pour piloter un ULM, pas besoin d’avoir la condition physique d’un sportif de haut niveau, mais il faut être en bonne forme, explique Gregson. C’est une activité exigeante, les ULM sont facilement pris dans les turbulences et il faut manœuvrer habilement pour changer de direction et de hauteur. »

Microleve

Panorama

En Afrique du Sud, les conditions de vol sont idéales toute l’année.

Après le vol

Que faire sur la terre ferme, aux alentours de Johannesburg ?

Le grand saut 
Essayez la chute libre, un saut perché à 70 mètres de haut, à l’intérieur de la tour de refroidissement d’une centrale électrique désaffectée
orlandotowers.co.za

Paradis pour casse-cou
Glissades, sauts, descentes en rappel et nage en eaux vives, le canyoning, ou kloofing comme on l’appelle ici, vous mènera au pied des imposantes montagnes du Magaliesberg. 
mountainguide.co.za

La nature, quad mieux ?
Explorez le paysage sauvage du Daytona Adventure Park, en quad, en traversant les forêts, les terrains rocailleux et les pistes boueuses de la province de Gauteng. 
gauteng.net

Cliquer pour lire la suite
11 2014 THE RED BULLETIN

Article suivant