Kayane : Née pour gagner

Texte : Alex Nassar
Photos : Olivier Metzger

« On me surnomme “le pitbull” »

Ce qui frappe le plus lorsqu’on rencontre Kayane pour la première fois, c’est sa douceur et sa gentillesse. Qui pourrait imaginer que cette jolie jeune fille de 22 ans, au visage poupin, est une tueuse sans pitié qui a déjà fait des milliers de victimes sur écran ? 

Star internationale du jeu vidéo, celle que l’on appelle Marie-Laure dans le civil bénéficie d’une réputation et d’une notoriété qui dépassent largement les frontières de l’Hexagone : « Ça fait toujours bizarre d’arriver à Las Vegas pour un tournoi et de signer des autographes. Internet me permet de toucher un public très vaste. » 

« Lorsque mon nom a été appelé pour mon premier combat, toute la salle s’est tue et m’a regardée comme une bête curieuse. “Qui est cette gamine qui ose nous défier ?” »
Kayane

Il est loin le temps où la petite fille -originaire d’Argenteuil (banlieue ouest de Paris) commence à s’intéresser aux jeux de combats (Street Fighter, Soul Calibur, Dead or Alive…) Elle n’a alors que 8 ans, et ce sont ses deux frères, de 7 et 11 ans ses aînés, qui décèlent chez elle un don pour la manette et les combats virtuels. Rapidement, ils l’inscrivent à un tournoi : « Les organisateurs ne voulaient pas que je participe. Ils pensaient que j’étais la petite sœur d’une copine qui m’accompagnait ce jour-là. Et lorsque mon nom a été appelé pour mon premier combat, toute la salle s’est tue et m’a regardée comme une bête curieuse. “Qui est cette gamine qui ose nous défier ?” Le premier type que j’ai affronté avait trois fois mon âge. Il était mort de rire quand il m’a vue… Je l’ai sorti sans qu’il ne me prenne un seul round. » 

Alors âgée de 9 ans, Kayane se hisse jusqu’en en finale et devient ainsi vice-championne de France sur le jeu Dead or Alive 2. Pas mal pour une gamine ! Depuis, Kayane a fait plusieurs fois le tour du monde pour affronter les meilleurs joueurs de la planète, inscrivant au passage son nom dans le Livre Guinness 2012 : elle y détient le record mondial féminin du nombre de podiums (42 !) au cours de compétitions de jeux de combats. 

« Quand je joue, je suis habitée d’une haine de la défaite qui me permet de me surpasser et de prendre le dessus sur mes adversaires. La technique est importante, mais le mental l’est tout autant. On me surnomme “le pitbull”… ce n’est pas
pour rien ! » 

Un pitbull d’une gentillesse rare qui travaille continuellement pour progresser, encore et toujours : « Récemment, j’ai passé un mois au Japon. Les meilleurs joueurs du monde sont là-bas et la mentalité nipponne m’inspire beaucoup. Les Japonais ont cette faculté de repousser constamment leurs limites. C’est dans leur culture, dans leur éducation, et c’est pour cela qu’ils sont si forts. » Comme pour tous les sports, il n’y a donc pas de secret dans les compétitions de jeux vidéo : le talent ne suffit pas, et c’est à l’entraînement que se forgent les victoires futures. « Je m’entraîne une à deux heures par jour minimum. Et lorsqu’un tournoi approche, j’étudie les techniques de combat de mes adversaires potentiels. J’essaie d’entrer dans leur tête pour anticiper ce qu’ils vont faire. Parfois, ça se rapproche un peu du poker. Il y a beaucoup de bluff dans les tournois de jeux vidéo. »

« Lorsqu’un tournoi approche, j’étudie les techniques de combat de mes adversaires potentiels »
Kayane

Aujourd’hui, Kayane est une jeune femme épanouie qui multiplie les activités. En parallèle des compétitions auxquelles elle continue de participer, elle pratique la boxe, anime chaque semaine une émission sur la chaîne de télévision Game One et participe à des événements autour des jeux vidéo. Mais son ambition la pousse déjà vers d’autres objectifs : « Mon rêve serait de produire mon propre jeu de combat. J’ai beaucoup d’idées, et je pense qu’un jour, je passerais de l’autre côté du miroir. »

«Le milieu du jeu ­vidéo est très ­macho mais aujourd’hui, je sais que je suis crainte et respectée »
Kayane

En attendant, la championne tenace a encore quelques combats à remporter, et quelques bouches à clouer, dans un milieu qui a encore un peu de mal avec les filles – surtout quand elles sont jeunes et talentueuses. « Le milieu du jeu vidéo est très macho mais aujourd’hui, je sais que je suis crainte et respectée. En treize ans de carrière, j’ai au moins accompli ça, et c’est déjà pas mal. » 

D’ailleurs, qu’est devenu le premier gamer à avoir affronté Kayane lors de son tout premier tournoi en 2001 ? « Je pense qu’il a changé de nom et de pays. C’est mieux pour lui de toute façon… »

Éléments biographiques

Nom
Marie-Laure Norindr

Date et lieu de naissance
17 juin 1991 à Paris

Activités
L’une des rares e-athlètes au monde, Kayane anime l’émission hebdomadaire Game One e-sports et organise les Kayane Sessions à travers la France. La pratique du piano est sa deuxième passion.

Postérité
Kayane figure dans le Livre Guinness des records en 2012, lequel lui attribue le record féminin mondial du nombre de podiums (top 3) au cours de compétitions de jeux de combats.

Cliquer pour lire la suite
08 2014 The Red Bulletin France

Article suivant