Is the Cannes Film Festival still cool?

La nuit fait son festival

Texte : Hans Hammer et Rüdiger Sturm
Photos : Keffer

3 nuits à Cannes pour voir si la fête y est toujours folle. C’était La mission du photographe Keffer.

Tous les ans, en mai, il est de bon ton d’être sur la French Riviera. Pour les onze jours intenses du Festival de Cannes. Une période de lâchage pour l’industrie du cinéma, et des stars et branchés par avions entiers.

Un festival de ciné, donc, et beaucoup de fêtes, très bien fréquentées. Mais depuis l’édition 2015, on dit les nuits de Cannes moins folles, et les stars se cacheraient. Keffer, le photographe ami de nos pages clubbing, est descendu à Cannes pour le constater, et y capturer la nuit locale.

« Rick Ross au Gotha ce soir, je te gère un accès VIP. » À peine débarqué de Paris, Cannes lui fait des promesses. Rick, c’est un poids lourd (une fortune de 35 millions de dollars) du rap US. Et le Gotha est LE club sélect de Cannes. 

Cannes Film Festival

Vue sur le Gumball 2016, une Porsche 918 Spyder, dont la plaque est dubaïote, libère une créature de rêve devant le très sélect club Gotha. Rien de plus normal, à Cannes. 

 Ici, on se met bien sur trois niveaux : le dancefloor, éventuellement accessible si vous connaissez quelqu’un et êtes bien accompagné.

Au premier étage, le VIP, où pour s’installer autour d’une table et d’une bouteille, il faut être fortuné. « Je viens ici depuis que je suis ado, avec mon père, qui était armateur, dit Karl, venu du Liban, une fille à chaque bras. J’ai repris le business, et je viens encore. Mais je paie la note désormais ! », conclut-il, hilare. (Celle de ce soir avoisinera le prix d’une Lotus Elise.)

Côté ultra VIP (la table à 50 000 €), genre d’ONU de la jet set, l’accès est ultraaaa limité. Et si un curieux s’y aventurait, en en sortant, deux « Men in Black » se proposeraient courtoisement de jeter un œil aux photos de son smartphone. Paparazzi 2.0, passez votre chemin, s’il vous plaît.

« Le téléphone a changé la donne à Cannes, explique Keffer. Les stars flippent d’être prises en photo en bien mauvaise posture. S’ils viennent en club, ils sont planqués derrière un mur de bodyguards. » Keffer devra s’y résoudre.

« Les stars flippent d’être prises en photo avec des smartphones, en bien mauvaise posture… »
Cannes Film Festival - Lilly and the Prick

Depuis la terrasse UGC, les Lilly Wood and The Prick gèrent leur soundcheck. Pour backstage, des euros  flottants, par millions. 

Lendemain, plein air, sur la terrasse UGC, QG festif et hype du distributeur de films du même nom. Notre photographe y rejoint les Lilly Wood and The Prick, venus donner un concert avec vue : sur la baie de Cannes, et ses yachts, jusqu’à l’horizon. Il est 16 heures, horaire décent pour commencer la fête.

Backstage, on rencontre Nubia, DJ et danseuse de profession, et la fille de la chanteuse Lio, icône de la pop-synthétique des années 80, qu’elle suit sur ses tournées scéniques. Amie des Lilly Wood, elle danse sur un canapé. Aux murs, des originaux de Basquiat. Normal.

Noubia recommande le club de l’hôtel 3.14 (celui dont vous voyez la piscine d’altitude sur Instagram, toujours bien garnie), que Keffer rejoindra dans la soirée. Certaines arrivent au club Gotha en Porsche Spyder, Clara et Philippe, sont venu(e)s au 3.14 en camping-car. Pour cette quinzaine, il sera le palace de ces performeurs. Ou performeuses ? Philippe n’est en fait pas une femme, mais un travesti. Il est à Cannes avec Clara pour y assurer des shows burlesques. L’électro et les filles (dont une belle délégation de Parisiennes) font monter le thermomètre. La fête est nature, loin des VIP. Et l’aube s’y invite.

La soirée suivante sera une incursion au Nikki Beach, club de la plage du Carlton, célèbre palace cannois. Robert De Niro y célèbre son film Hands of Stone. Mais De Niro est pour l’instant tapi dans un couloir. Le staff du Nikki Beach sécurise son accès.

Clara et philippe sont venu(e)s en camping-car, il est leur hôtel à Cannes  

 Il file vers sa table, gardes du corps au corps, et y appréciera sa soirée en toute discrétion, avec son cercle d’intimes. Pas de selfie avec Robert, donc. Alors, on saluera Willy Cartier : cheveux longs et noirs, vous l’avez vu dans des campagnes Givenchy, Chanel, Diesel, les clips de Woodkid ou Frank Ocean.

Pour lui et d’autres égéries, Cannes est un rendez-vous de choix : du fun et du réseau. Cannes la nuit, c’est aussi du business. Et un ballet de berlines, entre clubs et yachts. Le plus fou de ces bateaux-villas est au large : 126 m de long, terrain de basket, 3 hélicoptères et un sous-marin intégrés. Propriétaire de l’Octopus, Paul Allen (cofondateur de Microsoft) y organise tous les ans la plus prisée des soirées du festival, pour un équipage 100 % célèbre, loin des objectifs. Cannes s’amuse toujours, mais se fait discrète.

Keffer

Depuis le carré Ultra VIP du Gotha, durant le set du DJ Luciano.  

Cliquer pour lire la suite
08 2016 The Red Bulletin 

Article suivant