FiA Rally Cross, 3 et 4 septembre 2016

Le FIA Rallycross, c’est quoi ?

Photos : World/Red Bull Content Pool, Flavien Duhamel, Oskar Bakke/Red Bull Content Pool

Les 3 et 4 septembre, le championnat du monde de Rallycross envahira le circuit de Lohéac, en Bretagne. Sébastien Loeb sera au rendez-vous, à bord de sa Peugeot 208 WRX.

FIA RALLYCROSS

Petites, quatre roues motrices, elles se tirent la bourre sur des circuits hybrides.

Roue dans roue. Ou plutôt, porte à porte. Les 3 et 4 septembre, le championnat du monde de Rallycross envahit le circuit de Lohéac, en Bretagne, long de 1 150 mètres et constitué à 60 % de graviers et à 40 % d’asphalte. Lors de chaque manche ­qualificative (5 voitures engagées) comme durant la finale de chaque étape (6 véhicules en action), tout pilote se doit de ­compléter un « tour joker » – genre d’itinéraire bis – et décide à quel moment s’y coller. De quoi attiser une excitation maximum tout du long de la compétition, dans des enceintes accueillant jusqu’à 70 000 spectateurs. Les pilotes sont tous des boss dans leurs disciplines, venus d’horizons variés : du vétéran WRC Petter Solberg à des pros du drift bien connus sur YouTube, jeunes et souvent venus de Scandinavie, en passant par l’autorité Mattias Ekström. Cerise sur le turbo, le plus titré des pilotes de rallye de tous les temps, le neuf fois champion du monde Sébastien Loeb, est présent au top du général pour sa première saison.

« Tu sais que ça va friter ­d’entrée ! C’est très intense. »
Seb Loeb
Cockpit de la Peugeot 2008 WRX pilotée par Seb Loeb

Le bureau du pro : Loeb à bord de sa 208 WRX. À sa droite, le frein à main.

RESPECT ET SAVOIR-FAIRE

Soutenu, disputé, le format du Rallycross a séduit Seb Loeb.

THE RED BULLETIN : En quoi le Rallycross est unique et motivant pour M. Loeb ?
SÉBASTIEN LOEB : Tout d’abord parce que tu as plusieurs départs lors d’une manche chaque week-end, avec toute cette adrénaline. Tout est remis en question à chaque fois, tu pars en ligne, il y a une certaine tension… Beaucoup de choses se jouent au départ, dès le premier virage. Tu sais que ça va friter d’entrée ! C’est très intense.

Sébastien Loeb FIA Rally Cross

Sébastien Loeb, membre du team Peugeot Hansen.

 Se tirer la bourre, le côté baston, ça vous a plu direct ?
Tu peux être offensif, mais fais-le intelligemment. Un minimum de respect et de savoir-faire. Certains pilotes sont capables de se battre de façon assez propre, mais tu as aussi deux ou trois bourrins, dont tu sais qu’ils vont te mettre des coups de porte pour rien. Il y a forcément du contact, car on roule sur des routes sinueuses et peu larges, mais le but est d’aller vite.  

Quelles sont les spécificités de votre voiture en Rallycross ?
Elle est proche d’une voiture de WRC sur pas mal de points.Poids, quatre roues motrices, un équilibre similaire… ça se conduit de la même façon, avec plus de chevaux. Et des pneus différents, qui tolèrent la dérive, le drift, sans perdre trop de temps. Tu as un frein à main, tu peux la mettre en tête à queue, tu as la puissance pour faire des 360, des dérives avec 40 ° d’angle. C’est amusant.

Quelle est votre stratégie avec le fameux « joker lap » ?
Cela varie selon les courses et les opportunités… il n’y a pas de stratégie préétablie. Le joker, ça sert à ne pas avoir d’autres mecs dans les pattes, pour pouvoir aller le plus vite possible.

l’agenda 2016

Championnat du monde de Rallycross.
fiaworldrallycross.com

16-17 avril Montalegre, Portugal
7-8 mai Hockenheim, Allemagne
14-15 mai Mettet, Belgique
28-29 mai Lydden Hill, Grande-Bretagne
11-12 juin Hell, Norvège
2-3 juillet Höljes, Suède
6-7 août Trois-Rivières, Canada
3-4 septembre Lohéac, France
17-18 septembre Barcelone, Espagne
1-2 octobre Riga, Lettonie
15-16 octobre Estering, Allemagne
26-27 novembre Rosário, Argentine

LE CASTING

Le tenant du titre est Petter Solberg, sur une Citroën DS3. Tout proche en 2015, on trouvait le jeune Suédois Timmy Hansen (actuel partenaire de Loeb, sur Peugeot 208), son compatriote Johan Kristoffersson (VW Polo) et le Norvégien Andreas Bakkerud (Ford Focus RS). Aussi au casting, Mattias Ekström (Audi) et le roi du drift, Ken Block (Ford). De la folie. 

La Peugeot 208 WRX
Peugeot 208 WRX

Une bête déguisée en petite auto.

  • MOTEUR : Près de 560 chevaux. Et 850 Nm de couple. Soit 8 fois plus que l’entrée de gamme de la 208 dans votre garage.
  • PNEUS : Chaque voiture a des pneus Cooper de 17’’. Pour les ajuster, jouez avec la pression.
  • COMMANDES : Boîte six rapports à commande séquentielle manuelle, une direction assistée et un frein à main hydraulique.
  • CARROSSERIE : Seuls le toit, le pare-brise et la porte passager sont d’origine. Poids minimum autorisé : 1 300 kilos.
  • AÉRODYNAMIQUE : Un aileron arrière en carbone est autorisé, du moment qu’il est conforme aux règles sur son format. 
  • SUSPENSIONS : Nécessaires au contrôle sur les sauts, elles offrent un ressenti super précis sur les zones en asphalte.
  • PERFORMANCE : L’accélération épate plus que la vitesse de pointe de 200 km/h :  de zéro à 100 en 1,9 seconde.
  • COFFRE : Il n’y en a pas, car il est occupé par le système de refroidissement moteur,  à l’abri des collisions.
Cliquer pour lire la suite
08 2016 The Red Bulletin

Article suivant