Olivier Hay aka Luffy

Luffy, un Français
dans la cage du Red Bull Kumite

Entretien : PH Camy
Photos : Katya Mokolo / Red Bull Content Pool 

Olivier Hay aka Luffy, 29 ans, est prêt pour le grand tournoi : le Red Bull Kumite, qui verra l’élite mondiale du jeu vidéo de combat Street Fighter s’affronter le 24 avril à Paris, Salle Wagram.

Avec une nouvelle édition du jeu Street Fighter au cœur de l’événement, le challenge n’en sera que plus délicat pour les adversaires venus du Japon, des USA, ou encore du Brésil. La parole est à l’e-athlète français, à quelques jours de son entrée dans la cage du Red Bull Kumite.


THE RED BULLETIN : Luffy, pourquoi le Red Bull Kumite est-il un rendez-vous d’e-sports exceptionnel ?


LUFFY : Son cadre, la Salle Wagram à Paris, ses 16 joueurs d’exception représentant 5 nationalités, et son caractère spectaculaire : le Kumite est fait par les joueurs pour les joueurs.

Quelles sont les sensations quand on s’affronte à Street Fighter dans une cage ?

C’est impressionnant ! Jouer un premier tour au Kumite s’apparente à une finale de l’EVO (« Coupe du Monde » de jeux vidéo de combat, ndlr), car l’intégralité des spectateurs ont les yeux rivés sur toi. Ce public autour, ça me booste !

Olivier Hay aka Luffy

Un seul en sortira : le Red Bull Kumite met en cage l’élite de Street Fighter.

Comment comptes-tu aborder l’événement ? Tu te concentres sur une préparation particulière ? Des « coups inédits » en prévision ?

Le Red Bull Kumite se déroule sur Street Fighter V, qui n’aura alors que 2 mois. Il n’y a pas de secret, pour être prêt, il faudra s’entraîner à fond pour avoir le plus de connaissances possibles sur les différents « matchups » du jeu, les stratégies et techniques de chacun des personnages par rapport au sien. J’espère être prêt à ce niveau, afin de ne pas être surpris par tel ou tel personnage le moment venu.

À propos du nouveau Street Fighter, cinquième édition, justement, quels sont les changements majeurs, et quels challenges impliqueront-ils sur Kumite ?

Les changements majeurs sont le V-system, qui est un tout nouveau mode conçu pour SFV. Chacun des personnages a un V-system différent, ce qui rend chacun d’eux aussi différents les uns des autres. Ensuite, les combos et coups sont différents par rapport à SFIV, votre personnage favori n’aura pas les mêmes atouts même si son « character design » (sa silhouette, ndlr) dit le contraire : un Ryu SFV n’a rien de semblable à un Ryu SFIV. Comme dit précédemment, le challenge du Kumite sera surtout la connaissance du jeu en lui-même.

« Le challenge du Red Bull Kumite sera surtout la connaissance du jeu en lui-même. »
Luffy

Sur quoi le spectateur novice doit-il se concentrer pour apprécier les combats ?

Concentrez-vous sur les mouvements des personnages, quand les deux adversaires se cherchent, afin de créer l’ouverture. Sinon, appréciez les combos. (Sourire.)

Pour tous nos lecteurs qui ont un jour joué à Street Fighter, super contents d’envoyer des « boules de feu » ou de rendre Blanka « électrifié », mais n’ont jamais persévéré, comment devient-on un patron d’un jeu vidéo de ce genre, un champion du monde !?

Investissement, persévérance, analyse et concentration sont les maîtres mots pour devenir un bon joueur en jeux vidéo. Les amateurs diront qu’il suffit d’appuyer sur tous les boutons en secouant la manette pour être fort… cependant, rien n’est laissé au hasard. Comprendre toutes les situations possibles et déterminer le meilleur comportement à avoir, tout cela en quelques dixièmes de secondes. Visionner ses défaites pour comprendre pourquoi l’on a perdu, et trouver les remèdes, c’est cela qui fait un bon joueur.

Olivier Hay aka Luffy

« Investissement, persévérance, analyse et concentration sont les maîtres mots pour devenir un bon joueur en jeux vidéo. » Luffy

Te souviens-tu de la première fois que tu as allumé une console de jeu vidéo ? Quel souvenir en gardes-tu ?

C’était une Gameboy, avec le jeu Tetris, j’étais trop petit pour me rappeler de ma réaction à ce moment !

Quand t’es-tu rendu compte que tu devenais un excellent joueur, comprendre par là : bien meilleur que tes potes qui eux ne sont pas devenus e-athlètes ?

Jamais, j’ai toujours été dans une optique de progression et de satisfaction vis-à-vis de ma performance en compétition. Je sais que mes amis et partenaires d’entraînement ont joué un énorme rôle sur mon niveau de jeu atteint, je ne suis pas meilleur qu’eux, nous sommes complémentaires. (Sourire.)

Pourquoi Street Fighter ? Une anecdote particulière sur ta « mise en relation » avec ce jeu mythique ?

J’ai acheté Street Fighter IV en même temps que la Playstation 3… Pourquoi Street Fighter ? Tout simplement car c’était le seul jeu que je connaissais dans le rayon !

Rose est ton personnage de prédilection : elle a fait le style Luffy ou Luffy s’est approprié ses caractéristiques à sa manière ?

Je dirais que c’est Luffy qui a fait Rose. Je ne suis évidemment pas le premier joueur de Rose sur Street Fighter, mais j’ai le style de jeu le plus optimal avec Rose. Du moins, c’est ce que je pense, au vu du nombre de personnes qui me disent qu’ils s’inspirent de moi pour apprendre et jouer Rose.

« J’ai déjà joué en compétition contre des joueurs avec des claviers ! »
Luffy
Olivier Hay aka Luffy

« Tout repose sur les réflexes et la concentration. » Luffy

Tu es connu pour jouer avec une manette de PlayStation, contrairement aux sticks arcade utilisés par les autres joueurs, cela a-t-il déjà déstabilisé tes adversaires ? 

Pas vraiment, chacun vient avec son matériel, tant qu’il peut jouer convenablement avec, tant mieux pour lui ! J’ai déjà joué en compétition contre des joueurs avec des claviers ! (Rires.)

Combien de manettes de ce type possèdes-tu ? Tu as toujours celle avec laquelle tu es devenu champion du monde à l’EVO ?

J’ai une vingtaine de manette PS1, toutes différentes les unes des autres. La sensibilité de chacune des touches est différente du fait de son aspect trop neuf ou trop usé par le temps. J’ai toujours celle de l’EVO, c’est d’ailleurs celle que j’utilise aujourd’hui.

Jusqu’à présent, tu menais deux carrières de front, tes activités de gamer et ton job « classique », désormais, tu te dédies à 100% au gaming de manière professionnelle, qu’est-ce que cela implique ? Quel est le plus gros challenge dans cette nouvelle vie ?

Mon challenge dans cette nouvelle vie est bien évidemment d’arriver au même niveau que j’avais sur le 4e opus de Street Fighter. Mes revenus seront en grande partie liés à mes gains de tournois. Je dois vraiment être à fond sur le jeu !

Qu’est ce qu’il ne faut surtout pas faire juste avant un tournoi de Street Fighter ?

Manquer de repos, le repos est le meilleur ami du joueur de jeu vidéo, étant donné que tout repose sur les réflexes et la concentration.

Un jour « off » de Luffy, sans toucher à la manette, ça ressemble à quoi ?

Haha, ça touche au clavier ! Je joue également à League of Legends, à Dota 2, et à des jeux d’aventure… pour me détendre.

Cliquer pour lire la suite
04 2016 The Red Bulletin

Article suivant