Raúl de Anda und José Medina Unreasonable México

Le monde a besoin de plus d’idées folles

Photo : Agustín de Jesús Romo Rodríguez

Les Mexicains Raúl de Anda et José Medina tendent la main aux doux-dingues en soutenant leurs projets irréalistes et en nous libérant des dogmes établis.

Pendant des décennies, nous avons été raisonnables. Prenons l’aide au développement : des millions de gens donnent des milliards aux pays pauvres du monde entier, mais bien souvent l’argent s’évapore dans la nature, sans qu’on puisse constater le moindre changement sur place. Raúl de Anda et José Medina ont décidé d’essayer autre chose. Les deux fondateurs de l’organisation Unreasonable Mexico sélectionnent les porteurs d’idées les plus improbables et mettent à leur disposition des mentors rompus au monde des affaires.

The Red Bulletin a sélectionné pour vous les personnes, objets et concepts qui vont changer la donne en 2016.

 

Ceux-ci sont alors en mesure de convaincre les investisseurs de financer leurs audacieux projets. Résultat : à visée sociale, ils se révèlent utiles et efficaces, comme Eneza Education (offre aux régions reculées de l’Afrique un accès à l’éducation par smartphone), Solidarium (permet à des artisans brésiliens de vendre leurs créations en ligne) ou Girl Effect Accelerator (dispense à des jeunes femmes issues de milieux défavorisés une formation à l’autonomie). « On se doit de devenir des superhéros, car le monde a besoin de nous ! », assure Raúl de Anda. 

« Tout progrès dépend de l’homme déraisonnable »
George Bernard Shaw

La pépinière d’entreprise qu’il dirige est en fait une filiale du Unreasonable Institute, une institution internationale active au niveau mondial. Son credo : ce sont toujours les empêcheurs de tourner en rond, les marginaux ou les scientifiques « fous » qui ont changé le monde pour le meilleur. Et pas les bien-pensants, les comptables, les bureaucrates. L’institut tire son nom d’une pensée de l’écrivain irlandais George Bernard Shaw : « Tout progrès dépend de l’homme déraisonnable ». Ou, pour le dire avec les mots de Steve Jobs et sa légendaire campagne Apple Think different : « Vive les fous ! »

Cliquer pour lire la suite
01 2016 The Red Bulletin

Article suivant