Travel Botswana

Rencontre en eaux troubles

Photos : Amos Photography, Graeme Duane (2), Getty Images (2)

Côtoyer de près un prédateur des plus dangereux, ça le fait. Pratiquer les sports nautiques dans des eaux infestées de crocodiles est pour le moins incongru. Et avec cette expédition de plongée, vous devenez carrément un appât…

« Dès l’enfance, on nous assène que les crocodiles sont d’horribles bêtes, lance le photographe animalier Amos Nachoum. Et qu’ils nous croqueraient si on avait le malheur de s’en approcher. » La réputation est justifiée. Deux millions et demi d’années d’évolution ont fait du crocodile du Nil un redoutable prédateur qui ne dédaigne aucune proie potentielle, y compris le requin. Bref, l’animal à ne croiser sous aucun prétexte sauf si vous prenez part aux excursions proposées par l’agence de Nachoum. 

La formule est celle d’une expédition de plongée classique : six nuits dans un lodge en pension complète et cinq jours de plongée dans le delta d’Okavango, au Botswana, équipement inclus. La prestation comprend également la présence d’un médecin et des photos de vous au fond de la rivière nez à museau avec un dangereux spécimen de la préhistoire dans son habitat naturel et sans la protection d’une cage. 

Travel Botswana

Sur le lit de la rivière, homme et croco font bon ménage.

« Sous l’eau, le crocodile adopte un comportement différent, explique Nachoum. Il est calme et quasi inoffensif. » C’est que dans les eaux du Nil, riches en sédiment, ce formidable chasseur voit mal. Une faiblesse qui n’a pas échappé aux plongeurs expérimentés. Tapi au fond de la rivière, il guette des silhouettes contrastant avec la lumière en surface – un gnou, un zèbre ou un plongeur imprudent. L’astuce est de ne pas s’attarder sur sa zone d’attaque, une tactique introduite par le photographe Graeme Duane lorsqu’il réalisait des documentaires pour National Geographic.

« Nous avions remarqué que le fait de s’agiter à la surface de l’eau excitait leur curiosité et leur appétit, explique Duane. Mais en plongeant directement au fond de la rivière, la donne changeait totalement. Ils ont du mal à vous identifier et ne savent plus s’ils doivent fuir ou attaquer. » En hiver, les approcher est encore plus facile. La baisse des températures réduit le niveau de testostérone chez les mâles les rendant moins territoriaux. L’eau à 16 °C ralentit leur métabolisme. Ils mangent moins et économisent leur énergie au point de considérer que vous croquer n’en vaut pas la peine. « Quand vous êtes près d’un crocodile, explique Duane, vous voyez bien qu’il analyse la situation. Il entre en contact pour vous jauger. Mais si rien n’effraie un crocodile, il possède néanmoins un instinct de survie très développé. »

« Sous l’eau, le crocodile adopte un comportement différent. Il est calme et quasi inoffensif. »
Nachoum
Travel Botswana

Plongez en hiver quand l’appétit du crocodile est en berne.

Le crocodile est un animal terrestre et non un amphibien, il ne peut pas se nourrir sous l’eau, il avalerait trop d’eau et finirait par se noyer, mais il n’est pas sans défense pour autant. Un aspect que Nachoum prend en considération en exigeant des plongeurs participant à ses expéditions qu’ils aient au minimum cent heures de plongée à leur actif, une parfaite maîtrise de la flottabilité étant essentielle. Dans un environnement claustrophobe où les courants sont forts, la moindre erreur peut vous placer à portée des crocs du reptile dont des mâchoires recouvertes d’organes sensoriels sont capables de mesurer la pression exercée. 

« Mieux vaut ne pas le pousser à s’en servir, conseille Nachoum. Leur cou épais les empêche d’ouvrir leur gueule de face mais ils peuvent mordre tout ce qui passe sur les côtés. » Duane possède une expérience directe de ces risques. Lors d’une plongée, il s’est retrouvé coincé dans une grotte sous-marine avec un crocodile passablement agressif. Le spécimen de trois mètres remuait les sédiments avec sa queue pour priver Duane de visibilité, et a foncé droit sur son plexus solaire. « Par chance, il ne m’a pas mordu, il voulait simplement me faire peur. Il s’est contenté de me secouer dans tous les sens avant de déguerpir. »

Mal barré ?

Pas trop près du croco ! Richard Boltar, ami de Duane, utilise un pique pour le repousser. « Et ce boîtier de caméra m’a servi de bouclier. Tant qu’un objet peut servir d’écran entre vous et lui, vous êtes à l’abri. »

Instinct sauvage : Libérez donc votre côté le plus animal

Cliquer pour lire la suite
05 2016 The Red Bulletin

Article suivant