Se faire accepter au sein d'une meute de loups

Se faire accepter au sein d’une meute de loups

Illustration : Mark Thomas

En Europe, le loup souffre d’une réputation de prédateur féroce. Pourtant, il est possible de se faire apprivoiser par eux, comme l’explique Shaun Ellis, chercheur et spécialiste des loups.

En 2012, le film Le territoire des loups montrait que notre peur primitive du loup nous faisait voir ce dernier tel un prédateur impitoyable. Pourtant, avec moins d’arrogance et un mode de vie repensé, les compagnons de Liam Neeson auraient connu un meilleur sort.

« Nous nous croyons supérieurs, capables d’envahir son territoire et de le dominer, dit Shaun Ellis, fondateur du Wolf and Dog Research and Education Centre situé dans le sud de l’Angleterre. Mais son attitude sociale et ses émotions sont proches des nôtres : loyauté, peur, anxiété… Communiquer avec un loup, c’est devenir loup. »

Ellis l’a fait, en vivant deux ans dans une meute de l’Idaho. Comment forcer leur respect ?

© Youtube // monkeyinc’s channel

1 Gagnez leur confiance

« Même si cela semble insensé, soumettez-vous et offrez votre gorge au loup. La plupart des gens croient que lorsqu’un loup roule sur le dos, il se soumet. En vérité, il sollicite la confiance de l’autre lequel la lui accorde en claquant les dents au-dessus de son cou sans le mordre. Le mâle bêta chargé de maintenir la discipline a un jour pris toute ma tête dans sa gueule. Une morsure de loup exerce une pression de 150 kg au cm2, deux fois plus qu’un berger allemand. Au moment où l’on pense que le crâne va craquer, le loup lâche prise. Il sait parfaitement maîtriser sa force. »

2 Apprenez leur langage

« Le loup communique avec toutes les parties de son corps. Prêtez attention à celle qui se trouve la plus proche de vous. Le loup peut communiquer avec deux différents congénères en même temps. La position des oreilles est capitale. Si elles sont à plat telles des ailes protectrices, le loup signale qu’il est en mode défensif. Plus je parvenais à les imiter, plus j’avais de chance de manger mon dû. Mais avec une flexibilité des oreilles limitée je me retrouvais comme un enfant à la cantine, appuyé sur les coudes, courbé sur ma nourriture. »

© YouTube // Barcroft TV

3 Restez à votre place

« Un jour, poussé par la soif je m’approche du lac pour boire, le mâle bêta abaisse ses oreilles, gronde, me barre le passage et m’oblige à battre retraite vers un arbre évidé. Je me dis que j’ai commis l’irréparable, et que la meute ne tardera pas à me liquider. Mais au bout d’une heure, il lâche un gémissement aigu. Je m’approche plein de crainte. Il me conduit vers l’eau et nous buvons côte à côte. Puis, il jette un regard vers un arbre où je distingue d’énormes marques de griffes et des excréments au sol. Un ours affamé était passé par là. Précieuse leçon, les loups prennent soin les uns des autres et savent quand bouger et quand rester immobile. »

4 Rendez-vous utile

« L’organisation sociale des loups est plus horizontale que verticale. Chaque individu est respecté pour sa fonction. Acceptez le rôle qu’ils vous attribuent. J’en ai tenu trois différents : animal de soutien ; diffuseur – un rôle spécial chargé d’apaiser les autres et dont la compétence est censée s’acquérir pendant le jeune âge. Ma plus noble fonction fut d’aider à élever une portée de petits. La plus haute position est restée hors de portée et je sentais qu’il en serait toujours ainsi. »

5 Allez à l’école des loups

« Au cours d’un hiver, la meute revient bredouille de la chasse. Après quelques semaines, la femelle dominante se met à manger de la neige et de la glace, tout le groupe l’imite, conscient qu’une leçon lui est donnée. Un ou deux jours plus tard, la chasse est cette fois fructueuse. Un mystère. Par un matin froid, je comprends : manger de la glace empêche la vapeur de sortir de leurs gueules et rend les loups moins visibles aux proies. » 

Cliquer pour lire la suite
07 2016 The Red Bulletin 

Article suivant