Le blog de Seb Loeb #8

9 janvier

Photo d’ouverture : Flavien Duhamel

Deuxième semaine du Dakar amorcée, première des deux étapes marathon bouclée, un tracé remanié par les organisateurs au dernier moment vu l’état des pistes après les averses en Bolivie. Le Team Peugeot fait fort : Sébastien Loeb n’est pas loin derrière Stéphane Peterhansel.

Lundi 9 janvier 2017,
Uyuni (Bolivie)

Après deux jours à la cool, les choses sérieuses reprennent. On commence cette deuxième semaine de Dakar par une étape marathon ! Habituellement, c’est plutôt le genre de programme que l’on redoute. Enchaîner deux étapes sans assistance n’est pas idéal mais, compte-tenu des circonstances climatiques, cette étape marathon s’annonce finalement moins éprouvante que prévue. Vu l’état des pistes, les organisateurs ont été obligés de remanier l’étape du jour.

En fait, la première partie est une portion que nous devions faire samedi mais qui avait été annulée. Elle rattrape une partie de la spéciale qui était programmée pour aujourd’hui. Au final, le kilométrage de spéciale est divisé par deux. Pareil pour la spéciale de demain, elle va aussi être réduite. Du coup, les mécaniques seront moins sollicitées dans la durée. C’est plutôt une bonne chose pour nous.

Le blog de Seb Loeb #8

« L’ambiance sur une étape marathon est assez atypique car nous sommes un peu seuls au monde. »

© Marcelo Maragni

Cette première partie était plutôt un terrain pour Stéphane Peterhansel. Il est bon dans ce genre de tracé. En ce qui nous concerne, on s’en est bien sorti. La navigation au début était difficile dans les dunes, il y avait des waypoints pas faciles à trouver. Mais on a fait du bon boulot. On ne s’est jamais beaucoup éloigné de la trace et en tout cas, on l’a vite retrouvée à chaque fois. Au final c’est une bonne étape. Je ne sais pas encore ce qu’ont fait les autres, mais au moins on ne s’est pas fait doubler et c’est plutôt bon signe. On n’a pas à se plaindre.

« L’ambiance sur une étape marathon est assez atypique car nous sommes un peu seuls au monde. »

Bon, étant donné que l’assistance est interdite ce soir, il va falloir que Danos et moi intervenions. On a un petit problème électrique à régler ce soir. Nous avons effectué un petit stage de mécanique de deux jours à Vélizy pour savoir comment intervenir sur les principaux organes de la voiture.

L’ambiance sur une étape marathon est assez atypique car nous sommes un peu seuls au monde. Cela dit, je ne me plains pas : j’ai droit à une chambre d’hôtel, vu que nos camping-car n’ont pas le droit de venir. Je ne perds pas au change, question confort.

Cliquer pour lire la suite
01 2017 The Red Bulletin

Article suivant