Max Verstappen

Max Verstappen,
17 ans, pilote de F1

Entretien : Werner Jessner
Photos : Philip Platzer/Red Bull Content Pool

Pour ses débuts en Formule 1, le Néerlandais va établir un premier record… Et ce ne sera pas le dernier, nous assure-t-il.



THE RED BULLETIN : À l’âge où d’autres révisent leur bac, toi, tu démarres en Formule 1. Es-tu bien certain de ta décision ? 
MAX VERSTAPPEN : Oh oui. J’en ai les capacités, et la volonté. Je veux être pilote de F1 depuis mes 4 ans, alors quand l’occasion s’est présentée, je l’ai saisie. 

Le président de la FIA (Fédération internationale de l’automobile, ndlr), Jean Todt, te trouve trop jeune. On va d’ailleurs exiger, à l’avenir, l’âge minimum de 18 ans pour entrer en F1. Une « Loi Verstappen », en somme ?

Max Verstappen

Max suit un programme de fitness rigoureux pour être au top pour la F1.

 Et alors ? Bon, ça fait de moi le plus jeune pilote de l’Histoire de la F1, voilà. Ça sera mon premier record, et pas le dernier, j’espère !

Qu’aurais-tu fait si tu n’avais pas pu aller en F1 cette année ?
J’aurais fait un an en GP2 ou en Formule Renault 3,5. Mais pour moi, cela aurait représenté une perte de temps. 

Comment est venue cette offre ?

J’étais à Graz, en Autriche, dans le bureau d’Helmut Marko (ancien pilote en charge du recrutement des jeunes pilotes pour Red Bull, ndlr). Il m’a proposé de m’engager, et j’ai dit oui. Je le voyais un peu venir, mais ça a quand même été le choc. 

À qui as-tu annoncé en premier la bonne nouvelle ?
J’ai appelé ma mère. Mon père se trouvait déjà à côté de moi.

Ton père, Jos Verstappen, est connu dans le milieu de la F1 pour ses quelques 108 départs de GP. Mais c’est toute la famille Verstappen qui semble avoir le gène de la course auto.
Ma mère était une excellente pilote de karting, ma sœur de 15 ans fait aussi de la course. Et moi, depuis mon plus jeune âge, je n’ai qu’une idée en tête : devenir pilote de course.

Pour suivre les traces de ton père ?
Ça faisait partie de mon plan de carrière : profiter de son expérience pour progresser plus rapidement. Au début, je suivais ma scolarité dans le public, normalement, puis on a dû passer à l’école à domicile, car j’étais souvent en voyage. En fait, je suis professionnel depuis mes 12 ans, ce qui a ses bons et ses mauvais côtés. 

Ça ne t’a pas manqué, d’avoir une enfance « normale » ?

Mon père était sévère et me répétait toujours qu’on n’atteint jamais la perfection, qu’il y a toujours moyen de s’améliorer. C’est ce qui m’a poussé à tout faire pour passer en F1, et devenir un jour champion du monde.

« Je n’ai aucun problème de sommeil, mes batteries sont toujours à bloc »
Max Verstappen

Ton père t’a-t-il déjà dit qu’il était content de toi ?
Oui, quand j’ai remporté les championnats du monde de karting. À ce stade-là, plus aucune critique n’était possible !

Tu étais courtisé par les plus grandes écuries. Pourquoi avoir choisi Toro Rosso ?
Chez Red Bull, grâce au programme junior, on a prouvé qu’on savait vraiment prendre les jeunes pilotes en charge et les porter vers le succès sur le long terme. Je pense évidemment à Sebastian Vettel, -Daniel Ricciardo, Daniil Kvyat.

Lors de tes premiers essais, tu avais l’air confiant et détendu. Ou était-ce juste une apparence ?
Pourquoi stresser ? Je me trouvais là où je rêve d’être depuis toujours : assis au volant d’une voiture de F1.

Aucune pression ?
Non, j’étais bien préparé. La rude école paternelle a porté ses fruits. 

Ça fait quoi d’être au volant d’une voiture de F1 ?

C’est le pied !

Qu’est-ce qui te fascine, dans ce sport ?
L’équilibre entre montées d’adrénaline et travail de précision. Entre agressivité et mesure. 

Ta victoire, tu la vois comment ?

Doubler tout le monde. Et gagner. 

Ton style de conduite ?
Ça dépend du moment : agressif quand je dépasse, et tout en souplesse quand il s’agit d’épargner la pneumatique. Je ne m’enferme pas dans un seul style.

Comment fais-tu pour faire redescendre l’adrénaline ?
Je dors beaucoup. Je me suis même endormi dans les hangars de Toro Rosso, lors des tests de siège. C’est ma chance : je n’ai aucun problème de sommeil, du coup, mes batteries sont toujours chargées à bloc. 

Comptes-tu déménager à Monaco ?
Non, nous restons en Belgique. Je suis encore mineur, après tout : même si je voulais, je ne pourrais pas.

Plus d’infos

Identité
Max Emilian Verstappen

Naissance
Le 30 septembre 1997 à Hasselt (Belgique)
Nationalité : Pays-Bas

Palmarès
Karting : Champion du monde 2013
Double champion d’Europe 3e place en F3 Europe
(10 victoires – Record)

Numéro
33

L’UNIVERS DU   RED BULLETIN  
L’appli : des sujets d’action, de sport, d’aventure, d’art de vivre et de musique à couper le souffle  
Le magazine qui donne des ailes : abonnez-vous… dans la langue de votre choix

Cliquer pour lire la suite
04 2015 The Red Bulletin

Article suivant