Robin Arzon

« Il n’y a pas de limites »

Texte : Richard Jordan
Photo : Ja Tecson  

Robin Arzón, l’icône en ligne du running, a changé de vie en adoptant le fitness. Elle incite désormais le monde à suivre son exemple.  

Ambassadrice de la sueur, l’Américaine  Robin Arzón abandonne une carrière juridique prometteuse pour vivre sa passion, le fitness. Étudiante, elle découvre les bienfaits de la course à pied suite à une expérience de prise d’otages traumatisante. Arzón est aujourd’hui l’un des coaches et adeptes de l’ultra marathon parmi les plus respectés au monde. Elle confie à The Red Bulletin comment une paire de baskets a changé sa vie. 


THE RED BULLETIN : Vous avez vécu une expérience difficile alors que vous étiez étudiante. Est-ce que le running a été une thérapie ?

Robin Arzón : J’ai commencé à courir à la fac, entre deux cours, par besoin physique et sans la moindre notion de distance. C’est dur au début, mais j’ai vite réalisé que courir est un moyen efficace pour faire le vide. C’est un sas de décompression, une expérience cathartique physique et mentale. Je pouvais extérioriser mes émotions et en vivre d’autres dont je ne soupçonnais même pas l’existence. C’est devenu pour moi une sorte de thérapie en mouvement, oui. 

Robin Arzon

Pour Robin Arzón, 33 ans, « faire des choses dingues », et courir la planète est un quotidien. 

© Instagram  


En quoi le fitness et le running vous ont-ils séduit ? 

La plus importante de nos aptitudes est notre capacité à déplacer et soulever notre corps pour trouver notre place sur terre. Le fitness est le meilleur moyen pour cela.

Quelle est votre plus grande réalisation depuis votre reconversion ?

Je n’ai jamais eu autant de succès que depuis que j’ai arrêté le droit. Je viens de signer un contrat pour un livre et une émission télé est en préparation. Ma plus grande réalisation est d’avoir créer cette vie que je mène à présent. Je n’étais pas épanouie. Je suis passée à autre chose. Je ne savais pas ce que cela serait. Il fallait la déterminer. J’invite chacun à ne pas laisser les autres définir qui ils doivent être mais à découvrir eux-mêmes qui ils sont. 

Pour cela vous êtes très active sur les réseaux sociaux…

L’idée que l’on soit une communauté mondiale de sportifs s’entraînant virtuellement ensemble est très forte. Les réseaux sociaux, c’est génial pour motiver les gens mais leur utilisation n’a de sens que si les actes concrets suivent. C’est facile de regarder Instagram et d’être inspiré, mais après, que faites vous de cette inspiration ?

Quel est selon vous le plus grand frein à l’adoption d’un mode de vie plus sain ?

Je pense que les gens vivent plus en fonction de leurs limites que de leur potentiel. J’ai vu des personnes avec toutes sortes de handicaps accomplir d’incroyables choses. J’incite tout un chacun à ne pas se trouver d’excuses. Pour moi, il n’y a pas de limite.

TOUS LES SUJETS ACTUELS EN UN CLIN D’ŒIL
> RECEVEZ LA NEWSLETTER ! <
Cliquer pour lire la suite
01 2016 The Red Bulletin

Article suivant