Tom Pagès

Sa Pagèsté Tom

Photos : Dan Vojtec
Texte : Christophe Couvrat et Tom Pagès

Au cœur des tricks de Tom « Flying » Pagès. The Red Bulletin a shooté le tenant du titre du Red Bull X-Fighters World Tour 2013.

Dans le milieu, c’est l’extraterrestre, l’empêcheur de tourner en rond. Depuis son apparition sur le circuit en 2006, Tom Pagès porte régulièrement l’estocade, élevant sa discipline, le motocross freestyle (dit FMX), à un niveau orbital. Le Français de 28 ans est une sorte de derviche tourneur sur deux-roues, amoureux de sa cavalerie motorisée, capable des figures les plus osées.

L’an dernier, sa personnalité s’est affirmée. Point de superflu. Finalement, Pagès est comme une bonne bouteille de vin… Ce n’est pas que sa folie et son art du second degré ont subitement disparu, mais la métamorphose est visible tant dans son attitude à l’entraînement qu’au niveau de son visage, expressif à souhait. La malice de son regard en témoigne. Le natif de Nantes est devenu un homme, un vrai, réfléchi et sûr de son fait. Sa vision de la vie change. Désormais, il n’y a pas que le FMX, il y a aussi… la moto sur circuit. Dans la foulée de son sacre à l’issue de la saison 2013 du Red Bull X-Fighters World Tour, Tom Pagès s’y essaie.

TOM Pagès

GRAND ANGLE

10 heures. À Saint-Vincent-de-Tyrosse (Landes), le soleil brille de mille feux au centre d’entraînement de Tom Pagès. Le vainqueur du Red Bull X-Fighters World Tour 2013 décroche un flair en guise d’échauffement.

Tom Pagès

Cette force impalpable ressentie à ses côtés reste l’apanage des cadors de leur discipline. Il y a du Lavillenie chez Pagès.


L’homme est facile. Cette force impalpable ressentie à ses côtés reste l’apanage des cadors de leur discipline. Il y a par exemple du Lavillenie chez Pagès. Leur point commun ? Cet extraordinaire pourvoir de décollage, issu de longues heures de BMX, de trampoline et d’entraînement dans le bac à mousse.

Sa marque de fabrique en somme : « Aujourd’hui, pour moi, monter sur la moto c’est comme me brosser les dents, reconnaît-il, sourire Ultra Brite en coin. Je ne m’en rends même plus compte. Le matin, je peux sauter sans être réveillé. Il y a trop d’heures derrière ! Je passe mon temps dessus, tous les jours, depuis huit ans. Cette année, j’ai installé un compteur sur la moto. Quinze à vingt heures par semaine, c’est ma dose d’entraînement. »
 

« Aujourd’hui, pour moi, monter sur la moto c’est comme me brosser les dents. Je ne m’en rends même plus compte »
Tom Pagès
Tom Pagès

Pagès a du flair

Cette figure fait partie de celles que le Français a littéralement « apportées » sur le circuit. L’an dernier, il sort même des variantes, jambes croisées, comme le tsunami ou l’indy.

1. J’attaque la rampe par son côté droit puis j’essaie de sortir côté gauche pour marquer une courbe dans la rampe et avoir la distance idéale. C’est très important quand on tente un flair.

2. C’est là que ça se complique. Je ne dois pas me laisser glisser à l’intérieur mais plutôt vers le côté droit. Si j’engage trop vers l’intérieur, ce n’est pas bon, j’atterris en arrière. Si c’est bien engagé, mon corps part vers l’extérieur.

3. Ici, le plus dur est fait. Je n’ai plus qu’à me figer, à serrer les bottes contre la moto pour absorber au mieux cette inertie (il s’agit de la photo intitulée Grand Angle, cf. plus haut, prise sous un autre angle, ndlr).

4. Si je gaine, mon corps va se poser correctement. Tout le monde avait oublié cette figure. Il existe pas mal de variantes, histoire de la compliquer un peu. Les gens voient que le flair est accessible. Donc on va en voir arriver. Il y a très peu de volt et de special flip.

Cliffhanger

Pour le grand public, Cliffhanger est un film d’action sorti en 1993 avec Sylvester Stallone en tête d’affiche. Dans le jargon du FMX, c’est une figure très impressionnante qui permet, bien souvent, de rafler la mise.

1. Dès mon arrivée dans la rampe, je me positionne beaucoup plus sur l’avant de la moto. Il faut la faire plonger un peu, le corps vers l’avant. Quand ça va bien vers l’avant, je vais alors pouvoir déclencher la figure.

2. C’est le moment où je ramène les pieds vers le haut et tire le guidon. Ça relève l’ensemble, tout en permettant de ramener le corps sur la moto. Il est très important de rattraper avec les deux pieds au même moment.

3. Juste avant ce passage, je me cale et jette mon corps afin de placer les pieds sur les tubes de fourche sur les côtés, la botte quasiment vers l’intérieur. Il faut garder le guidon bien droit. Puis, je tire dessus pour revenir à une position normale.

4. Ici, c’est un cliff no hand landing. C’est-à-dire que je ne remets pas les mains sur le guidon. Cette figure est très prisée du public et des juges du Red Bull X-Fighters World Tour. En général, l’amplitude qui en ressort permet de dominer ses adversaires.

Holly grab

« C’est une figure qui a de l’âge. Il ne faut pas avoir le menton collé à la selle. Pour les juges, elle est basique. Tout le monde peut la faire. » Sacré Tom.


Soit en additionnant tout cela, une trentaine de jours d’affilée à faire des ronds dans l’air ! Petit Tom est donc devenu grand (téléchargez The Red Bulletin d’octobre 2012 sur votre tablette et retrouvez notre portrait des frères Pagès, ndlr). Comme en cette soirée brûlante du 19 juillet dernier, dans le cadre magique de la Plaza de Toros de Las Ventas à Madrid, inaugurée en 1931. Pagès se mue en bête de scène, capable de « tuer » un concours, en claquant LA figure au bon endroit, au bon moment.

S’il avoue « avoir peur de la chute » et, parfois, « être déçu de [lui]-même », Pagès sait que ses potes du circuit ne lui font plus de cadeaux. Ce qui ne l’empêche pas de les « bader » : « Par exemple, à Taka (Higashino, ndlr), je lui prendrai son éducation et sa folie. Les Japonais n’ont pas le même rapport à la vie que nous. C’est unique », s’exclame-t-il. Et les autres ? « Josh (Sheehan, ndlr) est une boule de muscles et un sacré athlète. L’Australien n’a pas de cerveau non plus (rires). Il travaille énormément. Quant à Dany (Torres, ndlr), c’est le plus talentueux et le plus expérimenté. Il est présent sur Red Bull XFighters World Tour depuis 2004 (soit 36 épreuves, ndlr). Il détient le plus grand nombre de victoires sur le Tour (7, ndlr). Avec ce brelan d’as, tu crées un vrai super héros. » À commencer par Tom…

​>>> L’UNIVERS DU RED BULLETIN     
L’appli à télécharger gratuitement : des sujets d’action, de sport, d’aventure, d’art de vivre et de musique à couper le souffle     
Le magazine qui donne des ailes : abonnez-vous… dans la langue de votre choix <<<

 

Cliquer pour lire la suite
03 2014 The Red Bulletin

Article suivant