No rastro dos incas

Take 5 : La voie des Incas

Texte : Werner Jessner
Photos : John Wellburn  

Les cyclistes de freeride Darren Berrecloth et Chris Van Dine sont partis à la découverte du Pérou.

1 BIENVENUE AU PÉROU

Darren Berrecloth et Chris Van Dine, freeriders de classe internationale, ont un rêve en commun : parcourir à vélo la route empruntée par le dernier empereur inca Atahualpa pour échapper aux conquistadors espagnols. Une route secrète à travers la montagne censée mener à Choquequirao, une cité inca perchée à 3 085 mètres d’altitude. Cette route traversait jadis de nombreuses cités comme Vitcos, ici en photo, dont le palais principal mesurait plus de 60 mètres de diamètre.

No rastro dos incas

2 PARADISIAQUE

« Ce jour-là, nous devons longtemps pousser nos vélos en cherchant notre route, raconte Darren Berrecloth. La piste est impraticable. Toute la journée, il fait une chaleur caniculaire. Des petites descentes comme celles-ci arrivent alors à point nommé, c’est une bouffée de fraîcheur. Les anciens chemins incas sillonnent le Pérou, un véritable paradis pour vététistes. À l’époque, les rails ne leur étaient pas venus à l’esprit. » 

No rastro dos incas

3 DÉVIATION

« Le mauvais temps et l’impossibilité pour nos chevaux de bât de traverser le col nous contraignent à dévier de l’itinéraire initial et à emprunter une autre route pour rallier Choquequirao. Celle historique menant à Machu Picchu est bien plus belle. » Mais le Pérou ne manque pas de trajectoires spectaculaires. Chris van Dine la joue modeste. 

No rastro dos incas

4 LA TRAVERSÉE

« Dernier obstacle nous séparant de notre destination,  Choquequirao, ville inca partiellement exhumée et redécouverte seulement au XIXe siècle. Ici, les habitants respirent la sérénité : à l’aide de cette caisse, ils transportent tout visiteur au-dessus des eaux vives, avec ou sans VTT. Une drôle d’expérience tout de même que de se balancer au-dessus de la gorge suspendu à un simple câble. » 

No rastro dos incas

5 UN RÉGAL

« Après neuf jours et 12 200 mètres de dénivellation, voici la récompense : des pistes comme celle-ci à perte de vue, et un horizon semblable à celui dont ont dû jouir les enfants du soleil. Nous nous régalons de la découverte de contrées sauvages et de ruines incas. Bien que nous n’ayons pas pu suivre l’itinéraire prévu au départ, ce voyage au Pérou restera à jamais dans nos mémoires. »

No rastro dos incas
Cliquer pour lire la suite
05 2015 THE RED BULLETIN

Article suivant