Julien Dupont

Un exploit, cinq photos

Texte : Wookie Williams
Photos : Fabio Piva/Red Bull Content Pool

Les montagnes russes, le Français Julien Dupont ne les pratique que sur sa moto trial.

1 ANTICIPER

« La première fois que j’ai vu les photos ces montagnes russes, j’ai eu très peur pour ma moto, s’exclame Julien Dupont, le rider de moto trial freestyle français. Je ne savais pas si elle aurait assez de puissance pour monter. » En découvrant la Feria de Chapultepec de Mexico, il comprend que le défi ne sera pas aisé à relever. 

Julien Dupont

1. « C’était beaucoup plus impressionnant que sur les photos. »

2 LE DÉFI

« Quand Red Bull Mexique m’a contacté avec l’idée insensée de rouler sur une montagne russe, j’ai tout de suite pensé que c’était de la folie pure. C’est l’un des projets d’action les plus dingues qui m’ait été proposé. » Le Millenium Bridge de Londres, auquel Julien s’est mesuré, était moins angoissant. 

Julien Dupont

2. « Ici, c’est différent, il faut rester au milieu, c’est immense, on sent la hauteur. La concentration est au maximum. »

3 LE GRAND MOMENT

« Le matin, j’ai pensé que je n’allais pas y arriver, se remémore Julien. Je n’aime pas beaucoup la hauteur, ce n’est pas mon élément. Je me sens mieux sur le sol, mais ça fait partie de mon travail. » La première descente était cruciale pour relever le défi. « Il faut mettre le cerveau en stand-by, se concentrer sur la roue avant, et c’est tout. Je me dis que je peux le faire. Je m’applique, ou je rentre à la maison. »

Julien Dupont

3. « Comme je n’ai pas la possibilité de tester la piste, je n’ai qu’une seule chance. »

4 SE PRENDRE AU JEU

L’inclinaison des montées et des descentes était terrible. L’angoisse dominée, c’est devenu une promenade de santé. « Avec mon expérience, je peux mesurer le danger. J’essaie de faire tout parfaitement, car les espaces sont très réduits. Toute erreur peut être fatale à cette hauteur. Je vais lentement quand il le faut, et vite le reste du temps. » Où s’arrête la peur et où commence le plaisir ? 

Julien Dupont

4. « Après le premier passage, ça a marché, c’est devenu génial. Au second, je me suis bien amusé. »

5 LA PASSION

« Mon activité devient difficile en cas de blessure, mais quand je pense qu’il y a très peu de gens qui peuvent vivre de leur passion, ça me motive pour supporter la douleur et continuer. J’ai fait des acrobaties dans 28 pays différents. Je veux faire quelque chose dans tous les pays du monde, mais il me faudra peut-être plus d’une vie pour y parvenir. »  Retrouvez la vidéo de Julien Dupont sur youtube.com/redbull

 

Julien Dupont

5. Le porte-bonheur de Julien ? « Une pierre précieuse que je garde dans ma poche, un caillou rose, la pierre de l’amour. On a toujours besoin d’amour. »

Cliquer pour lire la suite
03 2015 The Red Bulletin

Article suivant