Vendée Globe Yacht Racing - The Boat Construction

Vendée Globe : le bateau

Texte : Alexander Macheck, Arkadiusz Piatek et Justin Hynes
Photo: VINCENT CURUTCHET/DARK FRAME 

Les règles de la course sont simples et brutales. Le Vendée Globe se fait « sans escale » : il est strictement interdit de mettre pied à terre. Et les voiliers doivent respecter un certain nombre de critères. 

Les voiliers en course dans le Vendée Globe sont des monocoques Open 60 : 60 pieds de longueur (c’est-à-dire 18,28 mètres) pour 5 à 6 mètres de largeur. S’ils doivent obéir à des standards de mât et de quille, ils restent cependant open parce qu’une certaine latitude est laissée quant au choix des voiles et du gréement. 

Affichant un tirant d’eau de 4,5 mètres et une vitesse pouvant atteindre les 30 nœuds au portant (soit 55 km/h), ces Formule 1 des mers sont reconnues pour être les monocoques les plus puissants de la planète.

Nouveauté de cette édition : certains voiliers seront équipés de foils, des appendices porteurs qui font décoller la coque à vive allure et limitent les frottements  d’eau. Pour encore plus de vitesse. 

Vendée Globe : le tour du monde en 78 jours

L'Everest des mers, le Vendée Globe est la seule course à la voile autour du monde, en solitaire, sans escale et sans assistance. avec pour seule arbitre impitoyable : la mer. The Red Bulletin, le magazine des hommes d'action !

Vendée Globe Yacht Racing - The Boat Construction

© Oliver Michon/Gitana SA

SON ADN : ÊTRE MANŒUVRÉ EN SOLITAIRE 

Les cordages sont stockés à l’arrière de la cabine, permettant au marin de ne pas avoir à quitter son poste de commande pour les manœuvres courantes.

Pour atteindre les voiles qui sont entreposées à l’avant, d’un bord à l’autre du bateau, on doit quitter le cockpit et mettre en marche le pilote automatique. 

Vendée Globe Yacht Racing - It's one person per boat

« En solitaire » : le skipper est l’unique personne autorisée à bord. Seule exception, le sauvetage par un autre concurrent, en attendant l’arrivée des secours. Interminable.

© B. Carlin/SMAO

L’espace de vie est réduit au strict minimum : deux mètres de longueur, un siège inclinable pour faire ses micro-siestes (quatre à cinq heures par jour maximum, en fractionné), un petit réchaud pour faire réchauffer des plats lyophilisés, le reste étant réservé à la partie technique. 

Cet espace est, avec le moteur, le seul endroit directement accessible par le skipper. Le reste du bateau est divisé en compartiments étanches, pour empêcher au bateau de couler en cas de chavirage ou de voie d’eau.

Alessandro Di Benedetto sleeping

Vendée Globe 2012 : Alessandro Di Benedetto (ITA) s’allonge pour une micro-sieste de 10 à 30 minutes.

© OLIVIER BLANCHET/DPPI

La construction

Talon d’Achille
Merveilles de technologie, les monocoques du Vendée Globe restent faillibles. Parmi les accidents les plus fréquents : démâtage, avaries de matériel et collision avec des « Objets Flottants Non Identifiés ».

Pas de tricherie
Les bateaux sont certes équipés de moteur, mais pas question de l’actionner : les arbres d’hélices sont plombés et vérifiés à l’arrivée !

Record à battre
Les bateaux dernière génération seront équipés de foils, afin de limiter les frottements d’eau et d’augmenter la vitesse. Le record du Vendée Globe qui est de 78 jours est donc menacé. 

Cliquer pour lire la suite
10 2016 The Red Bulletin

Article suivant