vendée Globe Yacht Racing - The Route

Vendée Globe : la route

Texte : Alexander Macheck, Arkadiusz Piatek et Justin Hynes
Photo : B. Stichelbaut

Quels sont les passages les plus redoutés de la course à la voile en solitaire et sans assistance autour du monde ?

C’est aux Sables d’Olonne que cette course de 44 000 kilomètres commence et se termine. Avec un concept simple : réaliser un tour du monde d’ouest en est, en passant près des trois grands caps (Bonne-Espérance, Leeuwin et Horn) et de l’Antarctique. 

  • Le Golfe de Gascogne
  • Le Pot au Noir 
  • L’Océan Indien 
  • Le Pacifique
  • L’Atlantique Sud
  • L’Atlantique Nord 

Vendée Globe : le tour du monde en 78 jours

L'Everest des mers, le Vendée Globe est la seule course à la voile autour du monde, en solitaire, sans escale et sans assistance. avec pour seule arbitre impitoyable : la mer. The Red Bulletin, le magazine des hommes d'action !

Vendée Globe, la route

1 LE GOLFE DE GASCOGNE
Le cimetière marin

Ça commence fort ! La houle et les vents nord-ouest qui sévissent au large de la côte basque comptent parmi les plus violents du monde, et le brouillard persistant n’arrange pas les manœuvres des navigateurs. Mais si par chance, l’on réussit à accrocher un vent porteur, c’est l’autoroute assurée vers le sud, tout droit jusqu’au Cap-Vert.

2 LE PORT AU NOIR
Le cauchemar des skippers

Une zone de calme plat… extrêmement instable et souvent balayée par des vents violents soufflant dans toutes les directions. Un côté « pochette surprise » où les marins n’osent s’aventurer qu’après avoir analysé scrupuleusement leurs fichiers météo, histoire de ne pas se retrouver coincé sur une mer d’huile…

Le 6 novembre 2016, 30 des meilleurs navigateurs prendront le départ de la 8e édition du Vendée Globe aux Sables d’Olonne. 

© youtube // Sailing News

3 L’OCÉAN INDIEN
Le pays de l’ombre

Surnommée ainsi par Titouan Lamazou, vainqueur du premier Vendée Globe, la zone qui s’étend entre le Cap de Bonne-Espérance et la Tasmanie met le moral des navigateurs à rude épreuve. Sur la route la plus courte longeant la zone de glace, il faudra affronter une mer cassante et anarchique, des vents violents, une atmosphère froide et humide, et la crainte de percuter un iceberg ou un growler.

4 LE PACIFIQUE
Un jeu de slalom

La route qui mène au Cap Horn sera l’ultime test de vigilance pour les marins qui devront frôler la mer de glace, sous la menace omniprésente de percuter un growler. Si petits soient-ils, percuter un de ces blocs de glace à la dérive peut signer l’arrêt de la course : un mètre au-dessus de la surface, c’est 40 tonnes sous l’eau.

5 L’ATLANTIQUE SUD
Les pamperos de plein fouet

À peine le Cap Horn franchi, le marin non expérimenté se croit tiré d’affaire : c’est sans compter les surprises que réserve la côte argentine et ses célèbres « pamperos », des vents nord-est d’une extrême violence qui peuvent faire coucher les embarcations déjà fortement éprouvées.

6 L’ATLANTIQUE NORD
La voie express

Après le deuxième passage du redouté Pot au Noir, c’est la dernière ligne droite : les marins ressortent les polaires et guettent le bon vent qui va les ramener tout droit dans leurs pénates. Mais il faudra accrocher un de ces vents d’ouest qui soufflent au large des Açores pour s’assurer un retour tranquille au port.

Cliquer pour lire la suite
10 2016 The Red Bulletin

Article suivant