Johan Cruyff WM 1974

Honorables perdants

Au-delà des titres et des trophées, certains héros sont rentrés bredouilles d’une Coupe du monde, mais ont laissé un souvenir impérissable.

Qui a oublié le tir malheureux de Roberto Baggio ? En 1994, en finale de Coupe du monde face au Brésil, l’Italien rate un penalty pour la première fois de sa carrière. Après un match serré et des prolongations, le score affiche toujours 0-0. Baggio se prépare, tire… et envoie le ballon dans les nuages de Californie.
 

En 1974, le triste héros s’appelle Johan Cruyff. Il joue aux côtés de son compatriote Johnny Rep. Les Pays-Bas appliquent leur tactique du « football total » et se fraient un chemin jusqu’en finale, écrasant au passage les nations sud-américaines, l’argentine d’abord, 4 à 0, puis le Brésil, 2 à 0. Avant de s’incliner devant la RFA, pays organisateur, 2 à 1. 

Les héros du football sont nombreux. Ils ont porté leur équipe jusqu’en Coupe du monde. Et sont rentrés les mains vides. Nous avons dressé la liste en image des joueurs les plus marquants, ces hommes qui mériteraient bien un lot de consolation. Découvrez notre trombinoscope des perdants les plus honorables de Coupe du monde.

Cliquer pour lire la suite
06/2014 The Red Bulletin France

Article suivant