Carmen Jordás Erfolgsrezept

Carmen Jordá : la vie hors des circuits 

Photo : ADIDAS BY STELLA McCARTNEY SPRING/SUMMER 2017

L’Espagnole de 28 ans, l’une des quelques femmes pilotes de course en Formule 1, défie et redéfinit en permanence les attentes de son industrie. 

Carmen Jordá, un nom qui monte dans le sport automobile, est désormais le nouveau visage d’adidas by Stella McCartney. L’Espagnole de 28 ans, l’une des quelques femmes pilotes de course en Formule 1, défie et redéfinit en permanence les attentes de son industrie. Son mode de vie dynamique et la discipline de son entraînement la préparent certes à une carrière de pilote de course féminine de renommée mondiale, mais inspirent également les femmes à relever de nouveaux challenges.

Cliquer pour lire la suite

THE RED BULLETIN : Carmen, vous êtes en ce moment pilote de développement. Lorsque vous ne pilotez pas, à quoi ressemble une journée typique dans la vie de Carmen Jordá ?​ 

CARMEN JORDÁ :
Je suis accroc aux entraînements ! Dès que je le peux, je suis à la gym, je cours ou je fais du vélo. Cela m’aide au travail, mais j’adore la sensation de l’entraînement avant tout.

À quoi ressemblent vos entraînements ?

Je m’entraîne deux fois par jour. Le matin, je fais du yoga ou du Pilates puis l’après-midi, je me focalise sur des exercices de musculation et de conditionnement physique. Cela m’aide particulièrement dans le sport automobile. La conduite nécessite un travail très spécifique sur les muscles, donc il est important que je sois forte et que j’aie une solide flexibilité et mobilité. Je conduis aussi souvent que possible des karts et les simulateurs pour améliorer mes réflexes et mon style. 

 

Des exercices ­particuliers ?

J’ai de nombreux exercices conçus pour préparer mon corps aux challenges spécifiques du sport automobile. Par exemple, je fais beaucoup d’exercices pour renforcer le cou. Le niveau de force g qu’il faut supporter combiné au poids de nos casques peut soumettre le cou à d’énormes pressions. Donc j’essaie de faire un mix de différents exercices de stretching pour y remédier.

Dans votre job, vous êtes souvent dans des vitesses extrêmes. En dehors des courses, vous continuez à vivre à cent à l’heure ?

Dans le sport automobile, vous n’avez pas vraiment le choix ! En F1, on bouge toujours d’un pays à l’autre, donc évidemment, le rythme est effréné. Mais j’y suis ­habituée maintenant : je pilote depuis que je suis très jeune, j’ai commencé le karting à 11 ans, donc j’ai appris à aimer cette vie rapide. 

« J’ai appris à aimer cette vie rapide. »
Carmen Jordá, 28 ans, pilote de course

À quel point est-ce important pour vous de prendre du temps pour vous-même ? 

C’est vraiment important, notamment dans une carrière où vous évoluez sous le regard du public. Les voyages et les entraînements me donnent du temps pour moi-même. Le yoga et le Pilates, qui permettent tous les deux de se recentrer sur un état de pleine conscience, m’ont énormément aidée à me détendre. En dehors de cela, lorsque je ne suis pas sur les routes, j’essaie de voir mes amis et ma famille autant que possible. Avec mes entraînements, je peux être des semaines voire des mois sans les voir. Donc j’apprécie les moments où je suis juste ­Carmen, pas Carmen-la-pilote. 

Vous venez d’intégrer l’équipe adidas by Stella McCartney. Que représente cette collaboration pour vous ?

C’est énorme. Avoir l’appui d’une marque aussi incroyable et de personnes aussi talentueuses signifie beaucoup pour moi en tant qu’athlète. Je travaillerai avec eux pour soutenir des opérations marketing et contribuer au design des produits qui seront au cœur de mon entraînement et de ma vie. Et bien sûr, il y a mon rôle d’ambassadrice adidas, tout ce travail au contact du public de cette marque que j’ai toujours trouvée très inspirante.

« J’adore les challenges car quand je réussis, c’est tellement plus valorisant. »
Carmen Jordá, 28 ans, doit constamment faire ses preuves dans l’industrie du sport automobile dominée par les hommes.
Cliquer pour lire la suite

Comment décririez-vous votre style ?

J’adore combiner sport et chic dans toutes les tenues que je porte, étant donné que je travaille dans la F1 et que cela correspond tout à fait à ce sport. Et compte tenu de tous les voyages que je dois faire, j’aime enfiler quelque chose de confortable dans lequel je peux me détendre. Mais je n’ai pas l’impression d’avoir un style bien défini, je porte ce que j’aime, des vêtements dans lesquels je me sens bien. Si d’autres personnes aiment également, c’est encore mieux.

Quelle est votre expérience de femme dans un milieu sportif dominé par les hommes ? 

Globalement positive. Je suis bien soutenue et il y a beaucoup de personnes fantastiques dans la Formule 1. Il y a bien sûr aussi des gens qui vous critiquent et vous remettent en cause, mais cela fait partie du job. Je suis sûre qu’il en est de même pour les pilotes masculins. Je prends les critiques comme une motivation pour prouver aux gens qu’ils ont tort et rester concentrée sur les objectifs. 

Every morning you have two choices: Continue to sleep with your dreams, or wake up and chase them ⚡️

A post shared by Carmen Jorda (@carmenjorda) on

Vous faites partie des quelques femmes renommées dans votre sport. Y a-t-il des femmes que vous prenez en exemple ?

J’ai toujours admiré Danica Patrick et Serena Williams. Plus récemment, quand je regardais les Jeux Olympiques l’an dernier, Nicola Adams m’a beaucoup inspirée, cette boxeuse anglaise qui a gagné deux médailles d’or aux deux JO consécutifs. J’ai beaucoup de respect pour l’empreinte qu’elle a laissée dans la boxe, considérée comme un sport traditionnellement macho, grâce à un travail acharné et une attitude positive.

Vous semblez très occupée en ce moment : qu’est-ce qui attend encore Carmen Jordá ?

Cette année devrait être vraiment excitante, avec beaucoup de projets. Donc surveillez bien tout cela.

Cliquer pour lire la suite
02 2017 The Red Bulletin

Article suivant