Where would Bond be without his girls?

James Bond girls 
1962-1974

Texte : Florian Wörgötter 
Photo ci-contre : Corbis  

Sans les femmes, 007 ne serait qu’un numéro dans un costume sur mesure. Ce sont ses compagnes de jeu qui l’animent et l’occupent. mais il n’est fidèle qu’à la Reine. 

La première – Honey Ryder 

Ursula Andress (photo d’ouverture) sort des vagues en 1962 dans le tout premier 007 (James Bond 007 contre Dr No) où elle incarne la magnifique Honey Ryder. Ses armes les plus affûtées : un couteau, un bikini blanc et cette outrageuse tendance à ignorer les règles. Vénus, déesse de l’amour, est personnifiée sous les formes de l’immortelle James Bond girl : ingénieuse, émancipée et tellement sexy.

La judoka – Pussy Galore 

Honor Blackman as Pussy Galore

© Corbis 

L’inventeur de James Bond, Ian Fleming, aimait donner des noms ludiques aux girls. Le plus sonore est porté par Honor Blackman dans Goldfinger (1964) : Pussy Galore. La pilote du méchant est la première rivale féminine qui met James Bond au tapis – à l’aide d’une prise de judo. Malgré sa soi-disant préférence pour les femmes, elle aussi, est évidemment impuissante au charme de Bond.

L’épouse – Teresa Bond 

Diana Rigg as Teresa Bond

© Corbis 

« Mon nom est Bond, Teresa Bond » – une seule aura pu le dire. Dans Au service secret de Sa Majesté (1969), Diana Rigg conduit George Lazenby jusqu’à l’autel. Alors que l’heureux couple part en lune de miel, il est victime de la circulation à gauche : la mauvaise Irma Bunt, l’assistante du méchant Blofeld, ignore que le conducteur d’une Aston Martin anglaise est toujours assis à droite. Sa balle touche la mauvaise tête.

L’ingénue - Mary Goodnight

Britt Ekland as Mary Goodnight

© Allstar Picture Library/United Artists

Dans L’Homme au pistolet d’or (1974), Britt Ekland se plaît en bikini. Et même si la blonde à la moue boudeuse s’appelle Mary Goodnight, les nuits avec Roger Moore ne lui appartiennent pas toutes. Peu avant un acte d’amour, 007 enferme Mary dans sa garde-robe, car Maud Adams, la James Bond girl numéro 2, frappe à la porte. Tandis que l’une s’assoupit entre les vestons, Bond passe du bon temps avec l’autre. Mary Goodnight manque également de chance lorsque son postérieur appuie par mégarde sur un bouton rouge. Une île du Pacifique saute.

La retournée – Octavia Charlotte Smythe

where would Bond be without his girls?

© The Kobal Collection

Maud Adams joue la James Bond girl numéro 2 dans L’Homme au pistolet d’or (1974) et, plus tard, en tant que numéro 1, la directrice du cirque et contrebandière de l’œuf Fabergé Octopussy dans le film éponyme (1983). Elle doit son surnom à son père qui étudie les poulpes. Comme tant d’autres vilaines filles dans l’univers de James Bond, 007 sauve son âme et la fait passer du côté des bons à la fin – ce qui se termine toujours au lit, d’une manière ou d’une autre.

TOUS LES SUJETS ACTUELS EN UN CLIN D’ŒIL 

> RECEVEZ LA NEWSLETTER ! <
Cliquer pour lire la suite
11/2015 The Red Bulletin 

Article suivant