Cox

Charlie Cox :
les vrais héros sont cruels

Texte : Rüdiger Sturm
Photo : Phil McCarten

Charlie Cox est le Daredevil aveugle de Marvel transposé en série pour Netflix. Il sait combien d’honnêteté il faut aux héros dignes de ce nom.

THE RED BULLETIN : Qu’est-ce qui caractérise un héros? Se battre contre des canailles alors qu’on est aveugle ?

CHARLIE COX : Non. 

Quoi donc ?

Un vrai héros peut être cruel avec les personnes qui lui tiennent à cœur. Daredevil en est capable.

Cela sonne un peu bizarre, Monsieur Cox.

Si vous voulez. Mais des fois il le faut, à des fins nobles. 

À des fins nobles.

Oui. Lorsque vous avez des enfants, par exemple, vous pouvez leur interdire certaines choses, afin qu’ils -ne se fassent pas mal. Ou bien vous les laissez faire, pour que les gamins puissent tirer des leçons de leurs mauvaises expériences. C’est cruel, d’une certaine manière. Mais justement de manière positive.

Un vrai héros est donc cruel envers les enfants. Intéressant…

Avec les adultes aussi, bien évidemment.

© YouTube // Marvel FR

Je ne sais pas si…
Mais si, écoutez : la plupart d’entre nous entreprend tout pour ne surtout pas blesser les sentiments de leurs prochains. Nous avons peur qu’ils aillent mal si nous sommes trop ­sincères avec eux.

Certains appelleraient cela avoir du tact…

Mais je pense plutôt qu’il vaut mieux ne pas se casser la tête sur ce que pourraient penser les autres. Dites ouvertement ce que vous ressentez.

C’est courageux.

Évidemment ! Que serait un héros sans courage ?

Vous ne risquez pas de ­détruire un certain nombre de choses avec cette ­philosophie ?

Il ne faut pas confondre sincérité et négativité. Bien au contraire. Les personnes qui restent aimables lorsqu’elles sont dans une situation difficile m’impressionnent. Les gens qui ne se laissent pas ­ravir par l’agressivité dans de telles conditions sont des héros à mes yeux.

Ou bien des lâches opportunistes, lorsque l’amabilité ne vient pas du cœur.

Bien sûr qu’il s’agit là de réelles convictions. J’estime que le fait de pardonner en fait également partie.

Comment cela ?

Imaginez que quelqu’un vous a fait beaucoup de mal, à vous et à votre famille, et vous aimeriez réduire cette personne en miettes. Si vous possédez la force de pardonner de tout cœur à cette personne et à continuer à vivre votre vie, ça c’est un des actes les plus ­héroïques qui soient.

Charlie Cox invité de Seth Meyers dans le Late Night.

© Late Night with Seth Meyers // YouTube

Et vous, en êtes-vous ­capable ?
Des fois j’y arrive.

Les situations difficiles forgent donc les héros.

Ouais.

Vous êtes donc un héros à cet égard ?

Oui. J’ai eu des moments où je me suis retrouvé sans travail. C’est très dur, parce que tu ne sais pas combien de temps cela va durer. Là je me suis comporté en héros.

Et en quoi consistait exactement votre exploit ?

Je ne traînais pas au lit en cultivant ma mauvaise humeur. J’ai passé le plus de temps possible avec mes amis et ma famille et l’ai savouré. J’ai gardé un esprit vif en écrivant des pièces et des scénarios, et j’ai travaillé d’autant plus durement pour préparer mes auditions…

On dirait un élève modèle.

… et quand j’allais quand même mal, j’enfourchais ma moto et partais vers le coucher de soleil (rires).

« Les personnes qui restent aimables lorsqu’elles sont dans une situation difficile m’impressionnent. »
Charlie Cox, 33 ans

Sérieusement, c’est un film ou la vérité ?

La réalité. D’ailleurs je suis en train de me rendre compte que j’ai bien trop rarement l’occasion de faire de la moto pour mon plaisir.

C’est mieux que d’être sans boulot, non ?

Vous savez, la plupart de mes meilleurs moments n’avaient rien à voir avec l’argent ou la carrière.

Par exemple ?

Un jour j’ai pris le bus depuis Le Cap pour aller à Nairobi. Je me suis arrêté au lac ­Malawi et ai regardé un match de foot qui avait lieu entre deux localités. Seuls trois ou quatre joueurs avaient des chaussures. Les buts n’avaient pas de filets. Le terrain était en argile. Assis là j’ai compris ce qu’était l’humilité – et la magie qui découle de ces ­moments-là.

Cliquer pour lire la suite
03 2016 The Red Bulletin

Article suivant