Clark Duke

Clark Duke démonte le temps

Texte : Geoff Berkshire
Photo ci-contre : Luke Wooden

Connu par le biais de Kiss-Ass et de la série américaine The Office, l’acteur fait son retour avec Rob Corddry et Craig Robinson dans La machine à démonter le temps 2.

Même Clark Duke a été surpris d’apprendre que La machine à démonter le temps 2 serait tourné. En 2010, le sale gosse livrait une prestation lascive dans le 1er opus.

Connu pour son rôle dans Kiss-Ass, et aussi dans la version américaine de la série The Office, l’acteur fait son retour avec Rob Corddry et Craig Robinson. Adam Scott est leur nouveau copain de voyage.


THE RED BULLETIN : Quelle a été votre réaction à l’annonce d’une suite à La machine à démonter le temps ?
CLARK DUKE :
Honnêtement, j’ai été très surpris. Ça n’avait pas été un énorme succès en salles mais ça avait bien marché en vidéo et à la télé, ce qui finalement peut justifier une suite.

Des inconnus vous abordent-ils pour parler du premier film ? 
Oui, pas mal de gens m’ont interpellé dans la rue et m’ont fait comprendre qu’ils avaient vu le film. C’est cool. 

En citant une réplique culte ou en criant « La machine à démonter le temps » en vous voyant ? 
On hurlait le titre du film à 10 mètres de moi. Ou depuis une voiture, vitre baissée. C’est arrivé aussi à mes partenaires du film. Crier un titre, c’est une manière pour les fans de montrer qu’ils vous ont reconnu. 

C’est arrivé avec Kick-Ass ? 
Oui, mais le message dépend de l’âge, de l’endroit, si c’est une femme ou un homme. Les gens n’ont pas tous les mêmes mots. Je suis certain que Christopher Walken voit des  gens lui courir après en hurlant : « Deer Hunter ! » (le titre anglais de Voyage au bout de l’enfer, ndlr)

« Un tournage dans un jacuzzi est un cauchemar ! C’est un coup à tomber malade »

 

Êtes-vous fatigué des clins d’œil que tout le monde fait à La machine à démonter le temps ? 
Lors de la promo du premier volume, tous les journalistes ont cru très intelligent de me proposer une interview dans un jacuzzi. Ils avaient l’air très satisfaits de leur idée…

Vous n’avez jamais dit non ?   
Par contrat, je m’étais engagé avec la MGM à ne rien refuser, c’était le deal (rires).

Comment sont les tournages en jacuzzi sur un plateau ? 
Un cauchemar ! Ce sont les pires journées de tournage, et de loin. D’abord parce que ce ne sont pas des spas, mais des trucs que l’équipe de tournage a créés elle-même pour pouvoir mettre des caméras en dessous. Ça fonctionne avec de grosses turbines qui remuent de l’eau tiède, parce qu’il est impossible de travailler 12 heures dans de l’eau chaude. C’est un coup à tomber malade. Sur le plateau, il fait un froid de gueux. Au bout d’une heure, l’eau est sale. C’est tout sauf glamour…

 

>>> Téléchargez l’appli gratuite du RED BULLETIN <<<

Cliquer pour lire la suite
02 2015 The Red Bulletin

Article suivant