Daniel Craig James Bond

« … en réalité, Bond méprise les femmes »

Texte : Rüdiger Sturm
Photos : Andy Gotts

À l’affiche de Spectre de Sam Mendes aux côtés de Léa Seydoux et Christoph Waltz, le comédien anglais analyse James Bond : ce que vaut 007 comme modèle, et pourquoi il séduit les femmes.

Être James Bond, a fiat du bien. Pour Daniel Craig du moins, c’est manifeste : un sourire rayonnant, le pas léger, une poignée de main ferme. Mais le pouvoir inspirant de la « Bond attitude» a aussi des limites, concède l’acteur anglais de 47 ans. Rencontre à Londres, à l’hôtel Corinthia, à l’issue du tournage de Spectre

THE RED BULLETIN : Que peut nous apprendre James Bond de la vie ? 
DANIEL CRAIG :
(Il réfléchit brièvement.) Rien. 

Mais Daniel Craig, James Bond est un des héros les plus légendaires de tous les temps. Il doit forcément inspirer les gens d’une manière ou d’une autre. 
Ne survendons pas ces films comme s’il s’agissait d’expériences qui allaient révolutionner nos vies. Bond est ce qu’il fait. Bond est imperturbable, Bond est déterminé. C’est simple, et c’est bien.  

Imperturbable, déterminé : ça vaut aussi pour vous ? Quand je tourne un film, oui. Malheureusement, ça veut dire que je dois mettre ma vie privée entre parenthèses. Mais j’ai une famille très compréhensive, qui sait que mon travail accapare toute mon existence.  

Votre genou est en mesure de le confirmer. Vous vous êtes fait une blessure au genou pendant le tournage de Spectre. Je parie que ça vous a rendu vert de rage de ne rien pouvoir faire. 
Un peu, oui, mais ce qu’il faut comprendre, c’est que ça faisait deux ans qu’on travaillait d’arrache-pied sur ce film quand c’est arrivé. En fait, je ne pensais pas à mon genou, mais au temps que nous coûterait ma blessure. Mais après quelques jours, je voyais aussi le côté positif de la situation. C’était l’occasion d’utiliser ce temps pour m’entraîner. Renforcer ma musculature afin de protéger mon genou. Ça a très bien fonctionné. À la fin du tournage, je n’étais pas aussi fatigué que lors du dernier James Bond, où j’avais vraiment fini sur les rotules. Aujourd’hui je me sens vraiment très bien.

YouTube // James Bond 007

Faisons un petit tour dans les coulisses du tournage d’un James Bond. La gestion du temps est-elle vraiment l’aspect le plus important ? 
Le temps en général. Tout doit se dérouler parfaitement, c’est pourquoi on prépare les opérations de tournage plusieurs années avant. Cette fois, je me suis même impliqué dans le script. Et trois mois avant le début du tournage j’ai fréquenté la salle de sport 5-6 jours par semaine. Pendant le tournage, j’ai suivi un régime, pour prévenir les maladies et les blessures. Malgré tout, on n’est jamais à l’abri d’un imprévu, comme on a pu le constater. Mais c’est comme ça, on n’y peut rien. Quand, pendant une scène, tu cours à travers une pièce 30 fois de suite en t’efforçant d’avoir l’air à l’aise, c’est là que tu te blesses bêtement. 

Comme tout le monde sait, vous en imposez physiquement. Votre corps est-il vraiment si important ?
C’est une question d’esthétique. Et mes producteurs se débrouillent pour que je tombe la chemise assez souvent.

« La conscience de soi est l’ennemie de la créativité. Dès que tu te mets à penser à toi, tu cesses de construire quelque chose. ton ego entre en scène. »
Daniel Craig sur la différence entre conscience de soi et conviction

Comment expliquez-vous la fascination James Bond ? 
L’une des principales raisons est sans doute qu’il symbolise l’éternelle lutte du bien contre le mal.  

Il est d’ailleurs utile que le mal soit brillamment incarné dans un film. Vous est-il arrivé de rencontrer des méchants dans la réalité, dont vous pensiez qu’ils pourraient jouer dans un James Bond ?
L
e méchant est sadique. Et j’espère que cette espèce est plutôt rare. Mais j’ai déjà rencontré quelques gens terrifiants dans ma vie. Vraiment terrifiants même. S’ils étaient méchants, ça, c’est difficile à dire. Les gens qui sont particulièrement méchants ne le montrent pas forcément. 

Daniel Craig James Bond Spectre

Daniel Craig alias James Bond dans Spectre : discipline de fer lors du tournage, entraînement et régime. 

Vous voulez bien nous révéler quelles sont les personnes dont vous avez particulièrement peur ? 
Non. Je ne le ferai pas. Ils peuvent me retrouver. Ils savent où j’habite. Je ne plaisante pas. Changeons de sujet.

James Bond est-il un modèle ?  
Mes modèles sont des hommes qui ont une boussole morale. Des gens qui ont des convictions et qui s’y tiennent. Des grands journalistes, des auteurs, des artistes. Vous savez, un des plus grands problèmes de notre temps et de notre culture, c’est la conscience qu’ont les gens d’eux-mêmes. La question est : « qui suis-je ? », et non plus : « qu’est-ce que je fais ? ». Pendant ma jeunesse, seul comptait le travail, les accomplissements. La conscience de soi est l’ennemie de la créativité. Dès que tu te mets à penser à toi et rien qu’à toi, tu cesses de construire quelque chose. Ton ego entre en scène. 

« Ne confondez pas modèle et héros. Mes héros sont mes grands-pères. Ils ont combattu lors de la seconde guerre mondiale, l’un en Allemagne, l’autre avec la Royal Air Force en Sibérie. Mes grands-pères détestaient parler de cette terrible période. »
Daniel Craig

Mais sans conscience de soi, il n’y a plus de volonté ? 
Ce dont je parle, c’est de la différence entre la conscience de soi et la conscience de ce qu’on fait. Tous les grands artistes sont restés fidèles à leurs convictions, toute leur vie, que ce soit Picasso ou Francis Bacon. Ils s’en foutaient de ce que le reste du monde pensait d’eux : ils assumaient ce qu’ils faisaient. J’admire une telle attitude, parce qu’elle demande une vraie force. 

Daniel Craig James Bond Spectre

Craig sur l’impermanence de son ère en tant que titulaire du rôle de 007 : « La question est : qu’est-ce qui est pire ? quitter prématurément la fête ou fêter jusqu’à se retourversous la table, ivre mort ?  »


Picasso et Bacon sont alors les grands héros de l’acteur qui incarne James Bond. Voilà qui sonne bien.  
Ne confondez pas modèle et héros. Mes héros sont mes grands-pères. Ils ont combattu lors la seconde guerre mondiale, l’un en Allemagne, l’autre avec la Royal Air Force en Sibérie. Mais je préfère ne pas m’attarder là-dessus. Mes grands-pères détestaient parler de cette terrible période. Il faut respecter ça. 

Y a-t-il quelque chose qui vous plaise chez Bond ? 
Il peut être un gentleman. Parfois. Quelqu’un de très prévenant, qui ne laisse rien passer, et veille sur son entourage et sa famille. Qui tient la porte aux gens… à tout le monde, et pas qu’aux femmes. 

À propos de femmes… beaucoup d’hommes admirent secrètement Bond pour son art de les séduire. 
Ne l’oublions pas : en réalité, Bond méprise les femmes. C’est avant tout pour cette raison que certaines se sentent attirées par lui, parce qu’il incarne le danger et ne reste jamais longtemps avec elles. 

… et vous ? Lui ressemblez-vous ? 
Eh bien, je suis marié depuis quatre ans. 

Dans les derniers épisodes, Bond s’est pourtant montré assez galant… 
Parce qu’on l’a entouré de personnages féminins suffisamment forts pour le remettre à sa place. 

Cette fois, vous êtes allé encore plus loin : il cède même au charme d’une femme plus âgée. 
Vous voulez dire, une femme de son âge. Au nom du ciel, on parle là de Monica Bellucci. Tu peux vraiment t’estimer heureux quand quelqu’un comme elle accepte de jouer une James Bond girl.

Il y a encore une épreuve qui vous attend, vous personnellement, en tant que titulaire du rôle de James Bond…
C’est-à-dire ? 

Vous devez à James Bond les plus gros succès de votre carrière. Mais vous devez encore décider quand vous passerez le relais à votre successeur. 
En effet. La question est toujours la même : qu’est-ce qui est pire ? Quitter prématurément la fête, ou fêter jusqu’à se retrouver sous la table, ivre mort ? 

Et donc ? 
Je n’ai pas encore la réponse. Mon besoin du moment, c’est d’arrêter de travailler, de me détendre et de revenir à ma vie normale. Mais c’est naturel. C’est tout simplement horrible de ne pas voir sa famille pendant des semaines. Et aujourd’hui, il y a une chose que je trouve bien plus excitante que de jouer James Bond : rentrer à la maison.

TOUS LES SUJETS ACTUELS EN UN CLIN D’ŒIL 

> RECEVEZ LA NEWSLETTER ! 
Cliquer pour lire la suite
11 2015 The Red Bulletin

Article suivant