Emmy Rossum about seizing the day

« La vanité, votre pire ennemie »

Words: Rüdiger Sturm
Photography: John Russo/Corbis Outline

Emmy Rossum,  la jolie New-Yorkaise antihéroïne du petit écran, éblouissante dans la série Shameless, l’est tout autant en interview.

La comédienne américaine Emmy Rossum évolue souplement entre le grand (Sublimes créatures, 2013, ou You’re Not You, 2014, aux côtés d’Hilary Swank) et le petit écran, où elle incarne Fiona dans la série Shameless. 

THE RED BULLETIN : Vous me connaissez.

EMMY ROSSUM : 
Ah bon ? 

Dans un entretien, vous avez dit : « Un homme n’a besoin que de deux choses pour être heureux : de sexe et d’un croque-monsieur. »

C’était une blague.

Shameless, la saison 6 débutera le 17 janvier 2016.

© YouTube // Shameless

Mais figurez-vous que vous n’aviez pas tout à fait tort. 

C’est vrai que d’un point de vue biologique, les hommes ont un fonctionnement assez primaire. En général, ils pensent soit bouffe, soit cul. 

Et les femmes ? 

Je vais peut-être faire une généralisation un peu ridicule, là, mais les femmes sont bien plus compliquées. Surtout sur le plan émotionnel. Il faut nous dire les bonnes choses au bon moment.  

Croque-monsieur et mots doux, c’est vraiment tout ce dont on a besoin pour être heureux ? 

Bien sûr. J’essaie de vivre selon le principe Carpe Diem. Profiter du jour présent, vivre sans penser au lendemain. Parce qu’on ne sait pas combien de temps il nous reste. Pour le tournage du film Le second souffle, j’ai rencontré pas mal de personnes atteintes de la maladie de Charcot. Le genre de truc qui te fait redescendre sur terre d’un coup. 

Et qu’est-ce que vous en avez retiré concrètement ? 

La maladie me fait moins peur qu’avant. Et j’essaie de m’investir encore plus pour les gens qui ont des problèmes. Quand je vois quelqu’un en galère, je suis la première à me lever et proposer mon aide. C’est tellement facile d’ignorer les personnes malades ou simplement différentes. Alors qu’il ne faut pas grand-chose pour démarrer une conversation : « Qu’est-ce qui ne va pas ? » Et on en parle. 

« Efforcez-vous de devenir la meilleure version de vous-mêmes »
Emmy Rossum

Mais votre vie ne se résume quand même pas à ce genre de rencontres. Que faites-vous quand personne ne souffre autour de vous ? 

Mais c’est une attitude fondamentale dans ma vie, vous comprenez ? Un autre exemple : dans la série Shameless, je joue une femme qui fait vivre ses cinq frères et sœurs avec le SMIC. Rien de très glamour là-dedans, mais grâce à ce rôle, j’ai appris à mettre toute vanité de côté. La vanité, c’est notre pire ennemie. À la seconde où on se demande de quoi on a l’air, on ferme notre esprit à tout le reste. 

Vous avez dit que vos origines juives ont influencé votre vision de la vie… 

Je m’identifie plus à la culture qu’à la religion. Je ne parle pas hébreu, je ne mange pas casher. Mais ce n’est pas du tout de ça dont il s’agit. Les principes du judaïsme sont au cœur de la plupart des religions : être honnête, être bon avec son prochain, travailler dur, aider ceux qui en ont besoin. Être la meilleure version de soi-même, en somme.

TOUS LES SUJETS ACTUELS EN UN CLIN D’ŒIL 

> RECEVEZ LA NEWSLETTER ! <
Cliquer pour lire la suite
10 2015 The Red Bulletin

Article suivant