Flea

Flea : « Trouvez-vous un emmerdeur ! »

Texte : Marcel Anders
Photo : Jay L. Clendenin / Contour by Getty Images  

Flea est un dieu du rock. Le bassiste des Red Hot Chili Peppers explique comment les conflits au sein d’un groupe peuvent booster la créativité.

À l’image de Mick Jagger et Keith Richards, ils forment l’un des duos les plus infernaux du monde du rock : Anthony Kiedis (chant) et Michael Peter Balzary alias Flea (basse). Avec les Red Hot Chili Peppers, ils ont vendu 80 millions de disques ces 33 dernières années et se sont taillé une place au Rock and Roll Hall of Fame. Pourtant, l’histoire du groupe a été marquée par un important turn-over et – jusqu’à la fin des années 90 – de très gros problèmes de drogue. Alors, comment rester créatif dans une ambiance aussi trouble ? « Grâce aux conflits », révèle Flea.

THE RED BULLETIN : Avec Kiedis, vous êtes liés par 40 ans d’amitié et 33 ans de carrière. Et d’engueulades ? 

FLEA : Tout le temps ! à propos de tout et n’importe quoi. La vraie question, ce serait plutôt : quand est-ce qu’on ne s’engueule pas…  

Vous nous faites marcher. 

Pas du tout ! Après, c’est vrai que nos engueulades d’aujourd’hui n’ont plus rien à voir avec celles d’avant. Quand on avait la vingtaine, il nous arrivait souvent d’être tellement énervés l’un contre l’autre qu’on ne se parlait pas pendant des jours. Aujourd’hui, on a pris du plomb dans la tête. On ne prend plus les choses aussi à cœur. Parce qu’on sait qu’on est là l’un pour l’autre quand ça se gâte.

Le clip de Dark Necessities.

© Red Hot Chili Peppers // Youtube

Ces tensions, ce n’est pas idéal pour bosser ensemble ? 

Au contraire. Depuis toujours, quand on fait de la musique ensemble, on ressent un plaisir indescriptible. Et je pense que c’est justement à la frustration et à la colère qu’on le doit. 

Comment cela ? 

Facile de dire quelque chose à quelqu’un quand tu sais que ça va lui faire plaisir. Critiquer un ami n’est pas agréable – mais c’est ainsi qu’on avance.

Quel est le secret d’une relation créative fructueuse ?

Il faut que ça pète et il faut que ça fume. Prenez les grands rock : Lennon et McCartney, Jagger et Richards – tous des personnalités fortes, mais ensemble, ils faisaient de la musique géniale !

Alors, pour réussir, il faut se trouver un rival, c’est ça ? 

Exactement. Il faut se trouver un emmerdeur ! Et surtout, jouer à fond sur ses différences. Parce que pour tirer le meilleur de soi-même et de son acolyte, il ne faut pas qu’il y en ait un qui s’adapte ou qui se soumette à l’autre. Sinon, ça devient vite chiant. Comme dans un couple, finalement. 

D’accord, mais on le trouve où, cet emmerdeur ? 

Ce n’est pas quelque chose qui se décide. Vous voulez savoir comment Anthony et moi, on s’est rencontrés ? 

When Eddie, Stewart, and i threw ...

When Eddie, Stewart, and i threw down instagram.com/sllollaryee

Bien sûr ! 

C’était pendant une bagarre. J’avais 14 ans et je flanquais une raclée à un type de l’école qui me prenait la tête. Anthony a débarqué et m’a hurlé : « Laisse-le tranquille ! » Ça a tourné en grosse baston entre nous deux et on a fini morts de rire dans les bras l’un de l’autre. On est potes depuis.

Dans son autobiographie, Kiedis vous décrit même comme son frère de cœur. Vous en dites quoi ? 

C’est vrai. On a vécu tellement de premières fois ensemble : piquer des trucs, peloter des filles, prendre de l’acide. Quand on est ensemble, ça nous donne une énergie qui fait que rien n’est impossible. Mais pour être honnête, son bouquin, je ne l’ai jamais lu. Parce que ça me fait peur…

« Comment j’ai rencontré mon partenaire des red hoT chili peppers, Anthony Kiedis ? En me bagarrant avec lui… »
Flea

Expliquez-nous ça… 

Je l’ai feuilleté une ou deux fois. Certains des passages m’ont fait plaisir. Mais d’autres m’ont carrément mis en rogne ? Je sais bien qu’on retient tous les choses différemment. Mais je ne voulais pas que notre amitié en pâtisse.  

Vous êtes tombé sur le passage qui parle de votre sœur ? ​

Vous parlez du fait qu’ils ont couché ensemble ? J’étais au courant. J’étais dans la chambre à côté cette nuit-là… Des amitiés entre hommes se sont déjà effondrées pour moins que ça. Si ma sœur doit s’envoyer en l’air avec quelqu’un, autant que ce soit avec mon meilleur pote. Ça m’a même fait plaisir d’une certaine manière qu’elle le trouve aussi génial que moi. 

Cliquer pour lire la suite
08 2016 The Red Bulletin

Article suivant