johnnyrandom

« Chaque vélo a sa propre musique »

Texte : AR Sánchez
Photo : Rick Rodney 

Johnnyrandom, un compositeur new-yorkais, s’est fait un nom dans la musique grâce à son vélo. Son prochain objectif ? Faire chanter des ustensiles de cuisine.

En écoutant Bespoken pour la première fois, on a l’impression de découvrir un morceau de musique tout à fait normal. On se dit aussi que ce morceau est très bon. Ce n’est pas dans sa mélodie ou ses rythmes que Bespoken tient sa particularité, mais bien dans son instrumentation. Car les différents sons ont tous été produits avec un seul et même instrument de musique, un vélo. Oui, vous avez bien lu, un vélo. Le New Yorkais Johnnyrandom, installé en Californie, transforme les rayons d’une roue en guitare, et les pneus en percussions.

« Quand ils sont bien accordés, les rayons d’une roue de vélo produisent un son magnifique »
Johnnyrandom


THE RED BULLETIN : Comment vous est venue l’idée de transformer un vélo en instrument de musique ?

JOHNNYRANDOM : J’ai eu l’idée à quatre ans, quand j’ai reçu mon premier vélo, un Huffy. Tout de suite, j’ai commencé à jouer avec les rayons, à chercher des moyens d’en sortir des sons.  

Pas vraiment le comportement habituel d’un enfant de 4 ans qui reçoit son premier vélo…

J’étais un peu un solitaire. Et surtout, j’adorais écouter. Je peux même dire que c’est par les sons que j’ai découvert le monde. Bon, c’est vrai, ça ne fait pas de moi un aventurier (il se marre).

Au contraire…

Mais ce temps passé tout seul a été une chance, j’ai pu laisser libre cours à ma curiosité. Et puis nous n’avions pas la télévision, ce qui me permettait de me consacrer à la lecture ou à mes expérimentations sur la musique, que ce soit à partir d’instruments ou d’autres objets que je cherchais à détourner.   

Comment arrivez-vous à définir la partition que jouera chaque élément du vélo dans votre musique ? 

Chaque vélo possède sa propre empreinte acoustique. Par exemple, certains éléments mécaniques des vélos de route peuvent, de par leur délicatesse, remplacer à merveille les instruments de percussions. De même, le frottement d’un médiator sur le profil sculpté d’un pneu, à vitesse constante, rappelle le son d’un effet de distorsion sur une guitare basse. On peut jouer d’un E-Bow sur un dérailleur, et puis il y aussi les freins à disque qui produisent un son d’une incroyable texture, comparable à celui d’un gong chinois. Sans compter qu’on peut le faire durer plus de 60 secondes ! 

Parmi toutes vos expérimentations sonores, quelle a été votre plus belle découverte ?

Le son le plus beau, et qui est en même temps le plus difficile à obtenir, est celui que produisent les rayons d’une roue de vélo. Pour chaque note obtenue, j’ai dû accorder à chaque fois tous les rayons de la roue très précisément sur la même fréquence. Quand ils sont bien accordés, les rayons d’une roue de vélo produisent un son magnifique. À condition qu’ils soient alignés, et non croisés. La première fois que j’ai essayé, il m’a fallu une heure entière pour faire sortir une seule note, et une semaine pour une octave complète. 

Avez-vous pensé à donner un concert ? 

Avec des musiciens, non, ce ne serait pas possible. Il en faudrait trop sur scène pour pouvoir travailler l’extrême précision, indispensable à ce genre de musique. Si je prenais 20 bicyclettes accompagnées de robots hyper performants et commandés par des logiciels créés à cet effet, alors oui, je pourrais produire Bespoken en live. Mais ça coûterait beaucoup trop cher.

johnnyrandom

© Marc Bertel

Bespoken est-elle votre première œuvre musicale avec des vélos ?

J’avais déjà créé en 2006 un court arrangement sur vélos de la Danse de la Fée Dragée de Tchaïkovski. C’était une -commande d’un fabricant, Specialized, une chouette petite carte électronique pour Noël ! 

Cette question va peut-être vous sembler idiote mais est-ce que ça vous -arrive d’utiliser votre vélo de manière plus conventionnelle ?

Bien sûr que je roule à vélo, c’est même ça qui m’aide à me ressourcer. J’adore faire du VTT dans les Red Woods, autour de la baie de San Francisco où je vis. Mon vélo préféré est un Stumpjumper FSR, de la marque Specialized. On l’entend d’ailleurs dans Bespoken, il a fourni quelques sons magnifiques. 

Votre chanson favorite sur le vélo ?

En ce moment, Bicycle de St. Vincent. Je m’intéresse à toute l’histoire du vélo dans la musique, de Samuel Goss, qui a inventé le vélo musical en 1899, à Queen, en passant par Zappa et Kraftwerk. 

Vous créez également de la musique avec des ustensiles de cuisine…

Dans ma prochaine création, qui s’intitule Clarify, je déconstruis une cuisine, mais d’une façon très inattendue. J’ai même découvert qu’un broyeur à déchets pouvait aussi produire de belles sonorités.

JOHNNYRANDOM

Âge, lieu de naissance
40 ans, New York 

Formation
Études au California Institute of Arts. A étudié la musique de film et de télévision au Berklee College of Music de Boston.

Nom d’artiste
« J’avais des soucis avec un synthétiseur. Je me suis mis à appuyer sur des touches, au hasard (random, en anglais) et il a remarché. Mon nom est là pour me rappeler que la meilleure méthode est parfois la plus inattendue. »

Musique
Bespoken, Bespoken (Inverted MTB Remix), Clarify et de nombreux autres morceaux pour des spots télévisés.

Cliquer pour lire la suite
12 2014 The Red Bulletin

Article suivant