Little Simz

« Je veux m’adresser à une nation »

Texte : Florian Obkircher
Photos : Athena Anastasiou

Notre nouvelle rubrique « Révélation du mois » présente de jeunes artistes plein de ressources et bientôt sur toutes les plateformes. La série commence avec ce portrait consacré à Little Simz, perle rare de la scène du rap londonien. 



La Londonienne de 21 ans, avec déjà huit mixtapes à son actif, a gagné le respect de Jay-Z et de Snoop Dogg. The Red Bulletin s’est installé avec elle pour discuter de superpouvoirs, de l’art de faire des rimes et du conseil le plus précieux que lui ait donné Kendrick Lamar.

Bars Simzson par Little Simz

THE RED BULLETIN : La musique et toi, c’est une histoire qui dure depuis longtemps ?

LITTLE SIMZ : J’ai commencé à jouer à l’âge de neuf ans. J’ai toujours été attiré par les arts vivants. Qu’il s’agisse de danse, de musique, de théâtre, je suis à l’aise dans la performance, c’est mon rayon ! Vers 14 ans, j’ai décidé que je ferais une carrière musicale. Et voilà, depuis, j’ai simplement continué dans cette direction, en me donnant les moyens de réussir.   

Est-ce que le rap était déjà ta préférence ?

Je ne me considère pas comme une chanteuse. Je penchais plutôt pour la poésie quand j’étais enfant. Je voulais trouver ma voix, une voie, pour parler à une génération, pour m’adresser à une nation. Voilà le type de personne que je suis. J’aime les discussions. Je peux passer des heures à écouter des gens raconter leurs histoires. J’ai pénétré pour la première fois dans un studio avec des producteurs à mes côtés quand j’avais 14 ans. C’est là que j’ai vraiment appris à comprendre ma musique, son rendu et les enchaînements. J’ai adoré faire tout ça. Et j’ai commencé à rapper tout naturellement.

À cette époque, tu débutais aussi dans le théâtre. Tu jouais le rôle de Vicky dans Spirit Warriors, une série télévisée produite par la BBC. On y parle de mondes parallèles et de super-pouvoirs. Quel était ton pouvoir magique dans cette émission ?

Il me suffisait de toucher mon interlocuteur pour qu’il se mette à croire tout ce que je pourrais lui dire.

Excellent ! Ce serait super pratique au quotidien…

Oui, mais si je pouvais choisir une faculté pour m’accompagner dans la vie réelle, je préférerais avoir la capacité de me télétransporter. En un claquement de doigts, je pourrais être chez moi, ou au studio. Ce sera d’ailleurs sûrement possible d’ici quelques années. 

« Je voulais trouver ma voix, une voie, pour parler à une génération, pour m’adresser à une nation »
Little Simz

Une chanson comme Bars Simzson est la preuve la plus flagrante de tes qualités exceptionnelles pour le rythme et les rimes. Comment fais-tu pour rapper à une telle vitesse ? 

Je m’entraîne depuis des années. L’important, c’est de parler vite et bien afin que chaque mot soit reconnaissable lorsqu’il est est prononcé. Quand j’étais plus jeune, je travaillais ma diction en tenant un stylo entre mes dents pendant que je rappais. 

Et cette technique t’a aidée ?

Imagine, tu as un objet dans la bouche qui t’oblige à articuler exagérément. Ça t’empêche de marmonner. Ça a aussi été très bénéfique pour ma respiration.

Little Simz

Question d’éducation : Little Simz souhaite fonder une école quand elle en aura terminé avec la musique.

Il y a deux ans, Jay Z diffusait en avant-première sur son site ta mix-tape Blank Canvas. Est-ce que ça t’a ouvert des portes ?

Absolument. C’est grâce à son soutien que j’ai pu jouer dans tous les coins de la planète, et même dernièrement au festival SXSW. On a pu lire mon nom partout. Snoop Dogg m’a donné un coup de main. J. Cole et Kendrick Lamar sont fans.

Quel est le meilleur conseil que tu aies reçu de tes fans VIP ?

Kendrick Lamar m’a dit que je ne devais pas avoir la sensation de préserver ou de mettre de côté le meilleur de ma musique, car d’une façon ou d’une autre, on finirait par l’entendre. Et on ne siat jamais qui est en train d’écouter notre musique. C’est un conseil que j’ai fait mien depuis longtemps.

Mon passage favori dans ton single actuel Intervention est : “I say to the olders maybe you’ll be this good when you get to this age”  (« Je dis à mes aînés, peut-être que vous serez aussi bons quand vous aurez atteint mon âge », ndlr), l’ironie étant que tu n’as que 21 ans. Où te vois-tu dans dix ans ?

Je n’en sais rien. Tant de choses peuvent changer en l’espace d’un an seulement. Mais ma priorité dans la vie, c’est de bâtir une école, un jour. Parce que parfois je m’interroge. Après que j’aurai réalisé tout ce que je voudrais dans la musique, quelle sera la suite ? Je me suis rendue compte que ce qui me fait me sentir entière, c’est d’aider les autres. C’est dans ma nature de tendre une main quand je le peux, surtout si ça concerne des enfants.

Little Simz

À seulement 21 ans, Little Simz a déjà le monde à ses pieds.

Qu’enseignerais-tu dans ton école ?

La musique et l’anglais. Je m’intéresse beaucoup à la langue anglaise.

« il y a très peu de gens qui me comprennent » 
Little Simz


Quel est ton mot fétiche en anglais ?

C’est le mot « esoteric » (ésotérique, ndlr). Parce que je me sens ésotérique, il y a très peu de gens qui me comprennent. 

J’ai relevé un autre passage dans Intervention : «Simz got an album coming, everybody start to panic when that shit drops» (« Simz va bientôt sortir un album, et quand cette merde tombera tout le monde paniquera »). Que peux-tu nous dire là-dessus ? 

Que c’est un roman musical. C’est structuré comme un livre. Il faut l’écouter dans sa totalité pour comprendre l’histoire. C’est tout ce que je peux en dire au point où j’en suis.

Intervention par Little Simz

Cliquer pour lire la suite
04 2015 Redbulletin.com

Article suivant