Matt Damon as Jason Bourne

Matt Damon dans la peau de Jason Bourne pour la 4e fois

Texte : Rüdiger Sturm
Photos : Nino Muñoz/universal pictures

Matt Damon est Jason Bourne. Pas seulement sur les écrans, où il joue ce célèbre rôle pour la quatrième fois. Comme l’agent secret en quête de son identité, lui aussi est difficile à saisir.

Ce n’est qu’après des mois de négociations, pendant lesquels il se trouvait de par le monde, après de vagues réponses positives, de déplacements de rendez-vous et de désistements qu’il rencontre The Red Bulletin.

C’est là qu’il s’avère que Matt Damon, à strictement parler, n’est finalement pas un héros de grand écran à la Jason Bourne.

Dans cet article, on évoque : 

  • les ressemblances entre Matt Damon et Jason Bourne
  • sa préparation avant le tournage d’un film Bourne 
  • comment trouver un équilibre émotionnel
  • les relations entre Matt Damon et son grand frère
  • sa manière de gérer les échecs et la colère 

La bande-annonce de Jason Bourne (2016), réalisé par Paul Greengrass.

© YouTube // FilmsActu

THE RED BULLETIN : Vous êtes de retour dans votre rôle phare en tant qu’agent Jason Bourne. Cet homme a beaucoup de rage en lui. Et vous ? 

MATT DAMON : Disons que j’investis une grande part de moi-même dans un tel rôle. Ma vie aussi peut être très frustrante.

Quand par exemple ?

Dans le passé, cela me frustrait énormément – en tant qu’ami – lorsque toutes sortes de gens déblatéraient contre Ben Affleck. Heureusement que personne ne lève plus les yeux au ciel maintenant, quand j’affirme qu’il a beaucoup de talent. Et puis il y a mes enfants – ils peuvent terriblement me frustrer.

Matt Damon boxing for emotional balance

« J’ai toujours été fier de mes films, même ceux qui n’ont pas marché. »

Pourquoi eux en particulier ?

C’est toujours comme cela, lorsqu’on éprouve un amour fort et profond pour quelqu’un. On court le risque d’être blessé par cette personne et fortement déconcerté. 

Mais avec eux vous ne piquez pas des crises comme le ferait Jason Bourne ?

Pas en public, car ça se retrouverait vite sur YouTube. (Rires.)

Non, mais sérieusement…

J’ai la chance de ne pas me cramponner à mes émotions négatives. Comme pour tout le monde, les conflits s’accumulent en moi, mais contrairement à la plupart des gens, ils se dissolvent plus vite.

Car vous êtes un homme meilleur ?

Parce que je peux travailler sur une grande part de mes émotions dans mon métier. Il y a peu de temps, j’étais à un mariage avec un ami. Il y a eu un moment émouvant et soudain, il a fondu en larmes. Il m’a dit que c’était la première fois depuis vingt ans qu’il pleurait. Moi, en revanche, je pleure dans presque chacun de mes films. Je vis mes sentiments à fond, dans les conflits d’autres personnes.

« LA BOXE, C’EST BIEN : SI TU ES EN FORME DE CE CÔTÉ-LÀ,TU BOUGES COMPLÈTEMENT DIFFÉREMMENT. » 
Matt Damon

Et qu’y a-t-il d’autre de bon pour ­l’équilibre émotionnel ?

Ce qui m’aide beaucoup, c’est de transpirer un bon coup tous les jours. Le passage quotidien à la salle de fitness en fait ­partie. C’est bien pour vider le trop-plein d’énergie et d’émotions.  

Quel entraînement nous conseilleriez-vous ? ​

Pour la préparation aux films de Jason Bourne, j’ai commencé la boxe. Si tu es en forme de ce côté-là, tu te déplaces différemment dans l’espace et tu as une nouvelle conscience de ta propre personne. En ce qui me concerne, je suis beaucoup plus actif – au lieu de galérer et de me contenir.

Vous pratiquez la boxe au quotidien ?

Non, non. En ce moment je tourne un film pour lequel le réalisateur m’a ­explicitement demandé de ne pas faire de sport. Je remarque nettement la différence.

Vous ne donnez pourtant pas l’impression de ne pas avoir le moral.

Heureusement que je peux compenser – car en ce moment, je peux manger tout ce que je veux. Ça améliore mon humeur.

#JasonBourne on Twitter

He remembers everything. #JasonBournepic.twitter.com/X8Hnhfb1Z3

Avez-vous déjà essayé le yoga ou la méditation ?

J’ai beaucoup d’amis qui ne jurent que par cela. J’ai moi-même essayé le yoga et sais que je devrais en faire, car à chaque fois que je me vois à l’écran, je me rends compte à quel point je suis tendu, en fait. Ce serait bien pour mon boulot et aussi pour ma vie. Pareil pour la méditation. Mais bon sang, je n’y arrive pas.

Matt Damon doing pull-ups


Pourquoi ?

Je n’en trouve pas le temps. C’est aussi la raison pour laquelle je n’ai pas de loisirs. Mais lorsque je passerai la cinquantaine, j’espère que je reverrai mes priorités et que je me mettrai aux deux. Votre femme et vous avez quatre filles.

Pensez-vous qu’autant de féminité joue en faveur de votre sérénité ? 

Peut-être. J’ai grandi avec un frère plus âgé, il y avait donc beaucoup plus d’énergie masculine. Et cela voulait dire que nous nous bagarrions comme des malades.

Vous ne vous supportiez pas ?

Non, il n’y avait aucune mauvaise ­intention derrière tout cela. C’était tout à fait normal pour nous et simplement ­naturel de nous disputer. Lorsque j’ai tourné Il faut sauver le soldat Ryan, une coiffeuse m’a rasé la tête et s’est soudainement mise à rire en disant : « Vous aviez des grands frères ? Votre tête est parsemée de cicatrices. » Car un jour j’ai fait une bataille de polochons avec mon frère, qui m’a frappé avec une telle force que j’ai atterri de l’autre côté de la pièce, dans le radiateur.

Tous les garçons ne sont-ils pas comme cela ?

Je dois dire que lorsque les garçons des classes de mes filles viennent à la maison, ils attrapent tout de suite tous les jouets et se les jettent à la figure. Je n’observe rien de semblable chez mes filles. Elles sont attentives et attachent beaucoup plus de valeur à la coopération. On dirait que c’est programmé génétiquement.

Le monde serait-il meilleur s’il était dirigé par des femmes ?

Dans notre système politique actuel, la réponse serait clairement : « Oui. » Je ne suis pas psy, mais les hommes tendent probablement plus vite à arrêter de parler et à régler leurs différends de manière plus physique. Sauf que ça ne règle pas les problèmes. Évidemment, nous ne voulons pas vivre sur une telle planète.

N’avez-vous pas besoin d’une certaine agressivité pour avoir du succès ?

Il existe d’autres possibilités. Un joueur japonais professionnel de golf m’a donné un conseil formidable. Il m’a dit : « Lorsque tu as atteint le sommet du backswing, alors tu dis : “What the fuck.” – C’est-à-dire que tu dois simplement ­lâcher prise. Car si tu essayes de tout contrôler, tu vas tout gâcher. Relâche tout. » C’était un bon conseil, qui allait merveilleusement avec ma carrière.

« JE PLEURE DANS PRESQUE CHAQUE FILM. JE VIS MES SENTIMENTs À FOND DANS LES CONFLITS Des AUTRES.»
Matt Damon

Vous dites encore “what the fuck” ?

À chaque fois que je me décide pour un film. Il est impossible de savoir comment ça va tourner. C’est un gigantesque travail d’équipe, qui dépend finalement du ­réalisateur. Donc : tu es constamment en train de jouer à la roulette, et ce avec une mise en jeu très élevée. Seul sur Mars, que j’ai tourné avec Ridley Scott, a coûté 110 millions de dollars. Je me rappelle que j’étais assis avec lui sur le plateau du studio quand il m’a dit : « Maintenant tout dépend de toi et de moi. Il va falloir qu’on arrange bien ça. » De quoi te faire très peur.

Matt Damon boxing to get emotional balance

Son unique Oscar, Matt Damon l’a reçu pour le scénario de Will Hunting, coécrit avec Ben Affleck.

On dirait que vous ne faites donc pas entièrement confiance à votre mantra.

Si, si. Tout le monde – tout du moins dans les métiers créatifs – devrait s’y tenir. Il ne faut surtout pas penser au résultat de ton travail. Tu dois simplement te dire : « Ce qui en résultera ne m’intéresse pas pour le moment, je me concentre sur le travail, je fais de mon mieux, avec ce que j’estime être juste et ce que j’aime. » C’est exactement dans ces moments-là que tu peux atteindre quelque chose qui en vaut ­vraiment la peine.

Mais avec cette attitude, vous pouvez également subir un échec.

Bien sûr. Je me suis payé un grand nombre d’échecs. Mais j’ai toujours été fier de mes films, même de ceux qui n’ont pas marché avec le public. Au début de ma carrière, j’ai fait la connaissance ­d’acteurs qui avaient une étiquette. Ils jouaient donc tout le temps les mêmes rôles. Je ne voulais jamais en arriver là, et ça a marché.

« C’est une pulsion tout à fait humaine, mais je la surmonte très vite. Si tu t’abandonnes à cette émotion, elle te bouffe de l’intérieur. La meilleure des vengeances est de mener une belle vie. »
Matt Damon à propos de l'acte de vengeance

Pourtant, vous dépendez aussi d’autres personnes, comme vous le disiez ­auparavant. Que faites-vous quand quelqu’un abuse de votre confiance ? 

Bien sûr que cela peut arriver. Mais ma philosophie a toujours été de rester ouvert et naturel, même au risque d’être frustré ou de me faire avoir. Je ne veux pas constamment devoir être sur la défensive.

N’est-ce pas un peu naïf ?

Je n’aimerais bien évidemment pas me faire avoir deux fois par la même personne. Là, ce serait vraiment de ma faute. Il m’est arrivé de me faire exploiter, et cela ne se reproduira certainement plus. Mais ce n’est pas une raison pour me refermer sur moi-même. 

Si vous vous faites rouler par quelqu’un, est-ce que vous aimeriez vous venger à la manière d’un Jason Bourne ? 

C’est une pulsion tout à fait humaine, mais je la surmonte très vite. Si tu t’abandonnes à cette émotion, elle te bouffe de l’intérieur. La meilleure des vengeances est de mener une belle vie.

#JasonBourne on Twitter

Support #JasonBourne on mission @Water & attend the Vegas premiere w/ Matt Damon! ENTER: http://bit.ly/286qXoC pic.twitter.com/3QOveBzX2y

Avez-vous toujours pensé comme cela ou bien avez-vous dû l’apprendre ?

Jusqu’à un certain point, c’est une question d’expérience de vie. Lorsque j’avais dix-neuf ans, le meilleur ami de mon frère a été assassiné, et je me rappelle très bien du procès. La nuit où les agresseurs ont été condamnés, j’ai eu un moment d’euphorie et ai appelé mon frère : « On les a grillés. » Mais il a simplement répondu : « Qui diable s’en soucie? » Il ne voulait bien sûr pas dire qu’il fallait les acquitter, mais il savait ce qu’il en était. J’avais concentré toute mon énergie sur l’idée que la sentence changerait tout. Mais ce n’était pas le cas. Il n’y a pas eu de moment de douce vengeance. La vie a continué, et je n’avais pas d’autre choix que de surmonter toute ma douleur.

Mais il y a probablement une personne envers qui vous avez des désirs de vengeance bien particuliers…

J’imagine très bien à qui vous pensez.

… à votre ennemi juré depuis des années, l’animateur de talk-show Jimmy Kimmel, avec qui vous vous livrez une querelle médiatisée. Allez-vous enterrer la hache de guerre ?

Non.

Pourquoi êtes-vous inconciliables ?

Parce qu’il veut devenir vice-président des États-Unis maintenant. C’est absolument inadmissible. En plus, il n’a encore opté pour aucun candidat. Imaginez donc Donald Trump et Jimmy Kimmel – ce serait la fin des États-Unis. Je vais lancer une campagne contre lui et faire tout mon possible pour empêcher cela.

Cliquer pour lire la suite
07 2016 The Red Bulletin

Article suivant