Ted 2

Ted 2 : le retour d’un drôle d’animal

L’ours en peluche le moins glamour du cinéma est à nouveau sur les écrans. Avec Mark Wahlberg et Amanda Seyfried.

Jusqu’à il y a trois ans, TED (Technology, Design and Entertainment) faisait référence à une série de conférences œuvrant à la diffusion d’idées innovantes. Puis vint Ted, un ours en peluche qui parle et héros du film éponyme. Au départ, c’était pour Seth MacFarlane, scénariste et réalisateur, un moyen de faire toutes les vannes osées sur les animaux qu’il ne pouvait se permettre dans ses talk-shows Family Guy et American Dad. Le film est hilarant, touchant avec l’animal le plus drôle de tous les temps.

Un succès mondial, qui a rapporté plus de 10 fois son budget. Soit, 549 millions de dollars pour 50 investis. Trois éléments expliquent ce succès : son langage débridé, le ton des vannes et Mark Wahlberg dans le rôle de John, le meilleur ami de Ted.

© YouTube // FilmsActu

En 2010, il avait déjà montré son potentiel comique dans Very Bad Cops, aux côtés entre autres de Will Ferrell. Mais avec Ted, il démontre qu’il en maîtrise tous les attributs : le timing, les mimiques et l’impertinence. 

Ted 2

 
Entre Ted et lui, le lien est authentique, le genre de relation à laquelle s’identifient les garçons, sans laisser les filles insensibles. 

Dans ce deuxième volet, Ted se marie avec Tami-Lynn, sa girlfriend et collègue au supermarché. Lorsqu’ils veulent des enfants (l’occasion de quelques vannes sur les donneurs de sperme), Ted doit prouver devant un tribunal qu’il est humain.

Ted et John s’en remettent à une avocate qui, pour le bonheur de ce dernier, à nouveau célibataire, est jouée par Amanda Seyfried. Avec Ted 2, MacFarlane espère un meilleur accueil critique et commercial que pour son dernier film, Albert à l’Ouest, passablement drôle mais un tantinet forcé.

TOUS LES SUJETS ACTUELS EN UN CLIN D’ŒIL 

> RECEVEZ LA NEWSLETTER ! <
Cliquer pour lire la suite
07 2015 THE RED BULLETIN

Article suivant