Tom Hardy, actor de Legend

Tom Hardy: « sois un homme comme une mère »

Texte : Rüdiger Sturm
Photo : Jeff Vespa/ Getty Images

À l’affiche de Legend de Brian Helgeland, Tom Hardy joue le rôle de deux gangsters acharnés, les frères Kray, dans le Londres des années 60. Dans le civil, il lui est essentiel de se soucier des autres pour être un homme bon.

THE RED BULLETIN : Pour quelle raison portez-vous tous ces bracelets ?

TOM HARDY: En l’honneur d’organisations comme Help for Heroes (association britannique de soutien aux blessés de guerre, ndlr). Beaucoup de mes amis sont militaires.

« Les guerriers sont des gens à part, et je me sens un peu coupable de ne pas en être un. »
Tom Hardy

Certains d’entre eux ont perdu des parties de leur corps ou sont très éprouvés mentalement. Ils luttent pour notre liberté. Les guerriers sont des gens à part, et je me sens un peu coupable de ne pas en être un. C’est important de savoir qu’ils existent. Et nous ne devons pas leur tourner le dos.  

Mais tout le monde a peur de la violence.

Je ne peux parler qu’en mon nom. L’art naît souvent de l’obscurité. Mon job, c’est de tout savoir sur un personnage, même abominable.

Tom Hardy, Anglais de 38 ans, habitué aux rôles musclés, est en total respect face aux guerriers du monde réel.

© YouTube / StudioCanal UK

Vous avez donc fait beaucoup de recherches sur la nature de la violence.

La véritable violence est à la fois objective et prosaïque. Lorsqu’un acte de violence est commis, vous êtes choqué et il surgit le plus souvent de nulle part. Mais les auteurs d’actes violents peuvent également être très paradoxaux. Prenez par exemple Ronnie Kray dans Legend, l’un des jumeaux gangsters que j’incarne (film en salles le 27 janvier, ndlr). Quand il ne prenait pas ses pilules, il avait de sacrés accès de rage. Mais il pouvait aussi être très drôle. C’était un individu ultra chaleureux.

Est-ce qu’être violent, jusqu’à un certain niveau, est une marque de virilité ? 

Chacun doit accepter sa virilité. Mais il n’est pas question de machisme. Vous pouvez donc être également comme une mère, et vous faire du souci pour quelqu’un. C’est une question de considération, de patience, de compréhension. Et si vous atteignez cet état, le jour de votre mort, quelqu’un se retournera et dira : c’était un brave homme.

« La véritable violence est à la fois objective et prosaïque. »
Tom Hardy

Comment peut-on être brave dans le monde du travail ? 

En se respectant mutuellement. Vous devez respecter votre collègue, si vous savez qu’il exerce son métier depuis longtemps. Vous savez que ce type n’est pas somnambule. Vous vous dites : j’aide ce gars, peu importe ce qu’il lui faut. J’essaie de lui faciliter le travail. Mais c’est donnant donnant : vous aidez l’autre et l’autre vous aide.

Et c’est comme cela que l’on gagne les batailles d’une carrière ? 

Comme cela, et avec de la discipline et en jaugeant la pression que vous vous mettez, à vous et votre talent. Il faut aussi savoir que l’on peut faire des conneries, avoir l’air bête et échouer. Mais il faut recommencer. On ne peut pas gagner un combat si on n’a jamais été mis K.-O. d’abord. On ne peut pas savoir ce que gagner signifie si on ne sait pas ce qu’est perdre.

Cliquer pour lire la suite
02 2016 The Red Bulletin

Article suivant