Degrees North - Freeriden mit dem Motor-Gleitschirm

Degrees North : l’appel de l’inconnu

Texte : Arek Piatek
Photos : Tero Repo

Le film Degrees North relate les aventures freeride du tandem Xavier de Le Rue/Samuel Anthamatten. Aidés d’un paramoteur, ils ont défriché des pistes inexplorées en Alaska.

MOTEURS !

Comment se rendre sur un spot de glisse, inaccessible à pied et en hélico ? Avec un paramoteur, bien sûr ! C’est ce que raconte le film Degrees North, réalisé par le snowboardeur français Xavier de Le Rue et Samuel Anthamatten, un freeskieur suisse. Le photographe Tero Repo a suivi leurs aventures et en a rapporté des images à couper le souffle. « Le tournage en Alaska a duré plusieurs mois. Sur cette photo, Sam et le pilote sont sur un glacier, inabordable même en hélico.  Le tandem décolle d’un plateau périlleux pour une descente. »

Degrees North - Freeriden mit dem Motor-Gleitschirm

LE VENT DU CHANGEMENT

« Le parapente à moteur est un engin extraordinaire. Avec des skis, le décollage est possible même sur la neige. Quelques mètres suffisent, et on part pour trois heures de vol avec un plein de carburant. Mais il devient vite incontrôlable en cas de rafales de vent. Sur la photo de droite, Christophe, notre pilote expérimenté, dépose tour à tour Sam et Xavier sur les versants immaculés de l’Alaska. Ce modèle de paramoteur atteint 70 km/h, mais par – 30 °C, il est recommandé de voler à une vitesse réduite si on veut éviter les engelures au visage. »

« Le paramoteur est à même de décoller partout. Son inconvénient ? On en perd vite le contrôle quand le vent souffle fort. »

© YouTube // TimeLinemissions

Degrees North - Freeriden mit dem Motor-Gleitschirm

À UN SAUT DU BONHEUR

« J’ai fait cette prise de vue aérienne en fixant l’appareil à l’extrémité du parapente. Après s’être détaché, Xavier de Le Rue a sauté en plein vol avant de dévaler la pente. Ce spot ? Un à-pic perdu sur le glacier dit Rainbow, dont l’inclinaison est de 50 degrés. »

Degrees North - Freeriden mit dem Motor-Gleitschirm

SÉCURISER

« Un parapente ne peut pas faire du surplace, ce qui complique l’envol des freeriders qui doivent se détacher à une hauteur élevée et courent le risque de faire des tonneaux à la réception, même si la neige est épaisse et molle. Cette neige de qualité en Alaska n’a pas que des avantages : le “sluff” y est risqué, ces avalanches de poudreuse menacent à tout moment. On voit ici Xavier de Le Rue les éviter habilement. »

« Découvrir, pour un freerider, c’est dégoter des lieux vierges. Pour les atteindre, cela demande parfois d’avoir recours à des moyens inédits. »
Degrees North - Freeriden mit dem Motor-Gleitschirm - Eishotel

À LA PELLE

« On dit que la nécessité est mère de l’invention. Je confirme. La nuit, les sifflements du vent mettaient nos nerfs à rude épreuve. Impossible de fermer l’œil sous la tente, jusqu’à ce que Samuel ait cette idée géniale : creuser une cavité dans la neige où chacun a pu créer sa couchette, à la pelle. Fini le bruit ! Dès la première nuit, le sommeil est devenu enfin réparateur, ça a décuplé notre motivation pour les virées à suivre. » 

Degrees North - Freeriden mit dem Motor-Gleitschirm

ENVOLÉES ALÉATOIRES

« Explorer l’Alaska par les airs exige de la patience. Car les conditions de vol optimales – vent calme, soleil, bonne visibilité – sont rares. Nous avons passé une grande partie de nos journées sous la tente, à monter les images filmées par les GoPro fixées au parapente et à nos casques, et celles prises par les drones. Ici, on voit Christophe, et devant lui, Sam tout excité et impatient de décoller en cette belle journée. »

Cliquer pour lire la suite
01 2016 The Red Bulletin

Article suivant