Arshad Kahn par Jiah Ali

Ils changent le monde : les 4 réal› de Willy 1er, l’e-athlète Hans Sama, la start-up Frichti et la photographe Jiah Ali

Texte : Étienne Caillebotte
Photo : Jiah Ali (Instagram)

Ils changent leur monde et le vôtre à leur façon et à leur échelle : les 4 réalisateurs de WILLY 1er, l’e-athlète Steven «Hans Sama» Liv, les créateurs de la start-up Frichti et Jiah Ali, la photographe qui a immortalisé le vendeur de thé pakistanais Arshad Khan.

Chaque mois, The Red Bulletin vous propose une sélection de Game Changers. Des hommes et des femmes qui, à leur façon et à leur échelle, changent leur monde et le vôtre.

Vous n’avez sans doute jamais entendu parler d’eux. Mais demain, leur travail aura un impact sur votre quotidien. Des anonymes avec un objectif, un rêve, qui pourraient bien marquer la société de leur empreinte. The Red Bulletin vous présente les personnes qui construisent, à leur échelle, le monde de demain.

  • Les 4 réalisatuers de Willy 1er : Ludovic Boukherma, Zoran Boukherma, Marielle Gautier et Hugo P. Thomas : la Nouvelle Vague version millennials
  • Steven « Hans Sama » Liv : le joueur qui vous fera quitter le foot pour l’e-Sport
  • Les fondateurs de la start-up Frichti : Julia Bijaoui et Quentin Vacher, militants du moins cher avec du goût
  • Jiah Ali : la photographe qui change votre vie… au sens propre

1. Ludovic Boukherma, Zoran Boukherma, Marielle Gautier et Hugo P. Thomas : la Nouvelle Vague version millennials

Derrière le long-métrage Willy 1er, il y a quatre réalisateurs qui n’ont pas encore la trentaine. Ludovic Boukherma, Zoran Boukherma, Marielle Gautier et Hugo P. Thomas font partie de la première promotion de l’École de la Cité. Avant d’intégrer la formation de Luc Besson, Ludovic et Zoran ciraient les bancs de la fac Jussieu à Paris, tandis que Thomas suivait un cursus de droit et que Marielle tentait une carrière d’actrice en Italie.

Willy 1er, 4 réalisateurs

Willy 1er, un film écrit et réalisé à 8 mains par Zoran Boukherma, Ludovic Boukherma, Marielle Gautier et Hugo P. Thomas (de gauche à droite).

© Philippe Lebruman

 
En 2014, les quatre apprentis réalisateurs sont touchés par l’histoire de Daniel Vannet. Scotchés devant le journal de France 2, ils découvrent le récit incroyable de ce Nordiste qui a été licencié après avoir été escroqué pendant 23 ans par son patron.

Deux ans plus tard, les quatre jeunes espoirs permettent à Daniel Vannet de prendre sa revanche en lui confiant le rôle principal de Willy 1er, film librement inspiré de sa vie. Réalisé avec un budget microscopique de 500 000 euros, et dépeignant parfaitement la cruauté de la société, le long-métrage réussi le tour de force d’être salué par la critique avec un casting composé d’acteurs amateurs. Les Inrocks parlent d’un premier « film singulier et prometteur » tandis que Télérama juge le film « rythmé et très réussi »

COMMENT ILS CHANGENT LEUR MONDE… ET LE VÔTRE

À moins de 30 ans, la bande des quatre a déconstruit les codes du cinéma en lui appliquant les principes du Do It Yourself, tout en faisant passer un message puissant et social. Assiste-t-on à la naissance d’une Nouvelle Vague version millenials ? On vous laisse juger.

2. Steven « Hans Sama » Liv : le joueur qui vous fera quitter le foot pour l’e-Sport

© Youtube // Hans Sama

À 15 ans, pendant que ses parents préparent le dîner, Steven « Hans Sama » Liv martyrise déjà les meilleurs joueurs d’Europe sur League of Legends depuis sa chambre d’ado.

Hans Sama

© Twitter @HanssamaLoL

 
En 2015, à seulement 16 ans, il intègre la team Millenium, l’une des meilleures équipes française d’e-Sport et dispute les Challenger Series, l’équivalent de la Ligue 2 en football. Son aisance technique fait l’unanimité, à tel point qu’au printemps prochain, il participera aux League Championship Series, la première division européenne de League of Legends. À à peine 17 ans, il  est l’un des rares Français à s’être fait une place dans le circuit très fermé de l’e-Sport. 

Dans League of Legends, Steven « Hans Sama » Liv assume un rôle décisif. Il incarne un personnage qui peut faire basculer à lui seul l’issue du match. La moindre erreur peut être fatale à son équipe entière. Une lourde responsabilité pour un minot de 17 ans. Mais des erreurs, Steven n’en fait pas beaucoup. Grâce à son intelligence de jeu, il est capable d’anticiper les moindres faits et gestes de ses ennemis. Une qualité rare à haut-niveau, même pour des joueurs expérimentés.  

COMMENT IL CHANGE SON MONDE… ET LE VÔTRE

À l’heure où l’e-Sport est en train de devenir un véritable phénomène, Steven « Hans Sama » Liv pourrait bientôt déchaîner autant les passions dans sa discipline qu’Ibrahimovic dans le foot. Son talent et sa rigueur pourraient lui permettre de devenir le visage de la nouvelle génération de pro gamers qui fera que vos enfants préféreront aller voir un match d’e-Sport plutôt qu’aller au stade de foot.  

3. Les fondateurs de la start-up Frichti : Julia Bijaoui et Quentin Vacher, militants du moins cher avec du goût

Dernier jour du week-end... Vous méritez bien THE chirashi by Frichti ! 📸 : @megandcook 💛

A post shared by Frichti : Livreur De Bonheur (@frichtifrichti) on

Julia Bijaoui est diplômée d’HEC, Quentin Vacher est à la tête de Birchbox Europe. Ce couple parisien qui vit à cent à l’heure fait un constat simple : pour bien manger, il faut du temps. En 2015, ils se lancent dans l’aventure de la livraison de repas à domicile en fondant la start-up Frichti.

Comment ils changent leur monde… et le vôtre

En proposant des plats composés de bons produits à un prix abordable, Frichti concurrence presque votre passage au supermarché le soir, quand le frigo est vide. Plus besoin de passer 2 heures à cuisiner en rentrant, ni d’investir une trentaine d’euros dans des pizzas. Un chef formé dans une cuisiné étoilée s’occupe de tout.  


Le concept ? Une plateforme proposant de livrer des plats préparés par des chefs en interne, là où Deliveroo, Allo Resto et consorts n’assurent qu’un rôle d’intermédiaire auprès des restaurateurs. Le succès est immédiat. L’entreprise a d’ores et déjà levé 12 millions d’euros et compte se développer en France et à l’international.

Frichti intègre la quasi-totalité de sa chaîne de valeur – sélection des produits, préparation et livraison – pour contrôler ses dépenses. L’objectif ? Proposer des repas concoctés par des chefs issus de cuisines étoilées à des prix imbattables. En moyenne, une commande vous coûtera entre 8 et 12 euros.

Dans une société où le modèle Uber est érigé comme le degré ultime de l’innovation, Frichti remet l’humain au centre de son dispositif. Le nouvel acteur de la FoodTech revendique plus de 200 employés, quinze mois après son lancement. Des repas moins chers, une qualité « fait maison », et la magie ne s’arrête pas là : ils vous glissent même des petits mots écrits à la main dans votre sac de livraison. 

4. Jiah Ali : la photographe qui change votre vie… au sens propre

Yes he smiles 😄 #sorryladies #jiahsphotography #islamabad #pakistan #chaiwala

A post shared by Jiah Ali (Javeriah) (@jiah_ali) on

Lors d’une balade dans les rues d’Islamabad, la photographe Jiah Ali tombe sous le charme d’un vendeur de thé, et décide de l’immortaliser. En quelques heures, son cliché posté sur Instagram fait le tour du monde.

Comment elle change son monde… et le vôtre

Pour qu’elle puisse changer votre vie, deux choses à faire : la retrouver dans l’un de ses périples au Pakistan, et se placer devant son objectif. Promis, elle s’occupe du reste !


La photo – postée le 14 octobre dernier – génère plus de 29 000 likes et presque 3 000 commentaires. Arshad Khan sort de l’anonymat et devient un phénomène du web. Deux semaines après la mise en ligne du cliché, sa vie est complètement chamboulée. Le désormais ex-vendeur de thé s’est lancé dans le mannequinat. Il est devenu la nouvelle égérie de fitine.pk, un site de vente de vêtements situé à Islamabad. Une belle revanche pour ce membre d’une fratrie de 17 enfants, qui n’avait jamais été à l’école et survivait grâce à des petits boulots.

Ce cliché pourrait faire décoller la carrière de Jiah Ali, dans un pays où les conditions de travail des femmes photographes sont souvent difficiles. Lors d’une interview, la photographe freelance a déclaré : « C’est un tournant dans ma carrière. Les gens m’associent à cette image qui a fait le tour du monde. C’est incroyable et ça impactera mes futurs projets. » 

Cliquer pour lire la suite
11 2016 The Red Bulletin

Article suivant