„Holy Ship!“-Festivals

Holy Ship !
Teuf en haute mer

Photos : Ian Witlen/theCameraClicks.com

Chaque hiver, le bateau de croisière MSC Divina se transforme en boîte de nuit flottante. À son bord, 4 000 ravers font la teuf 3 jours durant, court vêtus ou déguisés, tandis que la crème des DJ’s joue pour ses fans. Photographe officiel du festival Holy Ship, Ian Witlen explique pourquoi faire la bringue en haute mer est plus fun que sur la terre ferme.

La brochure du bateau de croisière MSC Divina vante une atmosphère familiale, avec ses centres aquatiques et ses temples dédiés au bien-être. Chaque semaine, le colosse – 330 mètres de long, 18 ponts – quitte le port de Miami pour acheminer ses passagers jusqu’aux plus belles plages des Caraïbes.

Mais deux week-ends par an, en hiver, le paquebot de luxe est pris d’assaut par le festival Holy Ship et ses 4 000 visiteurs qui, 3 jours durant, y décrètent l’état d’urgence. Plus de cent DJ’s, dont Robin Schulz, Disclosure et Skrillex, sont chargés de mettre l’ambiance.

Skrillex

« Pendant ce set de Skrillex, un invité est monté sur scène et a demandé sa copine en mariage. »

​Le pont piscine est transformé en dancefloor tandis que les ravers vont et viennent en tenue de plage, entre leur cabine, les clubs et les jacuzzis. Ceux dont l’humeur festive vacille se rabattent sur le casino ou se réfugient au spa afin d’y soigner leur gueule de bois. La destination finale de ce festival électro-aquatique est une île privée idyllique de l’archipel des Bahamas, où les passagers font la fête les pieds dans le sable, aux côtés des stars comme Pharrell Williams.

« Le Holy Ship, c’est une aire de jeux pour adultes, explique le photographe américain Ian Witlen, qui a participé aux sept éditions du festival depuis sa création en 2012. Tu t’en rends compte par exemple au petit-déj, quand tu te retrouves entre une sirène et un pirate, perroquet gonflable perché sur l’épaule, ou quand tu réalises que, oui, tu es encore en train de danser… ou plutôt que tu ne t’es jamais arrêté. »

« Le Holy Ship, c’est une aire de jeux pour adultes. »
Ian Witlen

Au début de sa carrière, il officiait à bord du navire en tant que journaliste photo pour des magazines de musique comme Rolling Stone et Spin. À 32 ans, Ian Witlen est aujourd’hui le photographe officiel de cette teuf nautique géante. Il nous explique en 8 points pourquoi, avant d’embarquer, il vaut mieux emporter dans sa valise un costume de pingouin et un peignoir.

Whirlpool

« Se déhancher sur le son du duo Galantis ou chiller dans l’une des 12 piscines du navire : le Holy Ship offre l’embarras du choix. »

1 JOUER À LA COURSE EN SAC AVEC LES STARS 

« Dans les festivals lambda, obtenir un autographe d’un DJ comme Skrillex relève du coup de chance. Tu dois attendre la fin du concert en espérant qu’il s’arrête un moment devant la barrière de sécurité. Puis il file en coulisse ou reprend la route pour monter sur une autre scène. Ça ne se passe pas comme ça au Holy Ship. À part l’hélico, il n’y a aucun moyen de rejoindre la terre ferme. La plupart du temps, les DJ’s restent à bord du navire tout au long du festival et s’installent dans des cabines au milieu des autres passagers. Tu les croises aux concerts de leurs collègues, au buffet pizza ou, comme Fatboy Slim, à la course en sac. »

« TU RÉALISES QUE TU ES ENCORE EN TRAIN DE DANSER OU PLUTÔT QUE TU NE T’ES JAMAIS ARRÊTÉ. »
Ian Witlen

2 OUBLIER SON SMARTPHONE

« En haute mer, il n’y a aucun réseau. Même quand le bateau jette l’ancre aux Bahamas, tu as intérêt à laisser ton smartphone en mode vol : avec un téléphone américain, un mégaoctet de transfert de données coûte 20 dollars. Depuis l’année dernière, certaines zones du bateau sont équipées d’un réseau Wi-Fi. C’est pratique, mais la plupart des passagers savourent cette abstinence numérique. Ça saute particulièrement aux yeux pendant les concerts : tu ne vois presque personne brandir son portable au-dessus des autres spectateurs pour filmer le show. »

Fatboy Slim

« En 2015, c’est Fatboy Slim qui a inauguré le festival le soir de l’appareillage du navire au port de Miami. »

3 LA FÊTE NE S’ARRÊTE JAMAIS

« En eaux internationales, il n’y a pas de problème de voisinage, ni de couvre-feu. Les teufeurs ne sont pas là pour rester au lit. Les cinq scènes du bateau sont occupées 20 heures par jour. Ceux qui en ont encore sous le pied à 6 heures du mat peuvent continuer à danser à la cantine, un lieu ouvert H24 où, à cette heure-là, tu trouves toujours quelqu’un qui improvise une fête avec sa sono portable. On peut aussi s’incruster dans une des teufs privées que les passagers organisent dans leur cabine, transformant leur chambre à coucher en mini-boîte de nuit. »

« Aux Bahamas, les ravers accèdent par Ferry à la plage où des festivités. »
Ian Witlen

4 VIVRE PLUS SAINEMENT – ENFIN SI ON VEUT

« Il y a 4 ans, après un de ses concerts, la DJ Gina Turner a invité le public à participer à ses sessions de yoga. Au début, il n’y avait pas grand monde qui se déplaçait, mais aujourd’hui, jusqu’à 200 personnes délaissent l’after pour une séance matinale de yoga sur le pont supérieur. Le MSC Divina dispose aussi de terrains de basket, de volley, de tennis, et d’un centre dédié au bien-être. Croyez-moi : après une nuit arrosée, il n’y a rien de mieux que de se prélasser en peignoir après un bon massage aux pierres chaudes. »

Tommy Trash

« Les fêtes de Tommy Trash sont les plus déjantées du bateau. Ici, le DJ australien en train de mâcher une main en mousse. »

5 LES STARS DONNENT DE LEUR PERSONNE

« En 2014, Pharrell Williams était la guest star du festival. Il est arrivé sur l’île en hélico et s’est produit dans le cadre de la fête organisée sur la plage. Sa prestation à bord du bateau juste après était, elle, vraiment spéciale : il s’est pointé dans un des clubs du navire en demandant à ne pas être filmé. Puis il a branché son smartphone sur la table de mixage et a présenté des titres inédits de son futur album pas encore disponible dans les bacs, notamment Girl, et aussi la version brute de Happy. D’autres DJ’s, comme Skrillex, se prêtent également au jeu : ils débarquent à l’improviste dans les clubs et prennent place derrière les platines. »

« CEUX QUI EN ONT ENCORE SOUS LE PIED À 6H DU MAT PEUVENT PROLONGER LA FÊTE DANS LEUR CABINE. »
Ian Witlen

6 ÉCHAPPER AU FASTFOOD

« On peut commander une pizza ou un hot-dog à toute heure du jour et de la nuit. Mais ceux qui souhaitent éviter la malbouffe du festivalier trouvent refuge au restaurant gastronomique. Le port du maillot de bain n’y est pas admis, on y fait la conversation sur une musique d’ambiance décente. Ce restau est l’endroit idéal pour échapper un instant à la frénésie des fêtes. Une seule exception : la traditionnelle soirée déguisée dite de « l’arche de Noé », lors de laquelle le restaurant est pris d’assaut par une armée de requins et de pingouins. On s’y sent comme Alice au pays des merveilles à l’heure du thé. »

7 LAISSER SA TENTE À LA MAISON

« Le moment le plus pénible d’un festival de musique : ouvrir la bonne tente à la nuit tombée. À bord d’un bateau, trouver le chemin qui mène à sa cabine n’est pas forcément facile, mais au moins, on n’est pas plongé dans l’obscurité. Autre avantage : ce n’est pas un bus plein à craquer qui nous achemine vers notre humble demeure, mais l’ascenseur. Une fois qu’on a goûté au confort d’un bateau de croisière, on se rend vite compte que les vertus régénératrices d’une tente sont relativement limitées. Les 1 700 cabines du navire certes étroites, sont équipées de lits et de douches. Les plus exigeants d’entre nous peuvent jeter leur dévolu sur la suite de luxe Sophia Loren et sa piscine privée, personnellement aménagée par l’actrice. »

„Holy Ship!“-Festivals

« Le port du bikini et des lunettes de soleil est de rigueur, de jour comme de nuit. »

8 VOYAGER LÉGER

« La tenue de rigueur au festival Holy Ship est le maillot de bain et le bikini, du matin au soir, et du soir au matin. De nombreuses piscines sont accessibles la nuit. Les ravers en profitent pour piquer une tête avant de repartir à l’assaut du dancefloor sans avoir à se changer. Dans les festivals en plein air, la nuit, il vaut mieux ne pas avoir oublié sa petite laine. Quand tu commences à frissonner sur le pont, il suffit de passer à l’intérieur où les clubs surchauffés n’attendent que toi. »

Cliquer pour lire la suite
02 2016 The Red Bulletin

Article suivant