Le gardien de nos rêves

Texte : Andreas Rottenschlager Photos : Norman Konrad

Hunter Lee Soik est un attrapeur de rêves. Il tient à eux, leur donne parole et image, les met 
en réseau dans 
une banque de données mondiale. Et sauve la prochaine théorie de la relativité.

Minuit a déjà sonné lorsque Hunter Lee Soik referme la porte de sa chambre d’hôtel dans le centre de Berlin et ouvre son bagage : un petit trolley. « Je n’ai pas besoin de plus », confie-t-il en commençant à déballer ses T-shirts, noirs, l’un après l’autre. Soik n’a que des vêtements noirs. « Dans cette valise, dit-il, il y a tout ce que je possède. » Soik, 32 ans, silhouette d’athlète, porte un survêt’ noir. D’une poche à l’autre, de droite à gauche, s’en balance un fil de chargeur. Le câble relie son iPhone 5 (noir) à une batterie de la taille d’un paquet de cigarettes. « Je déteste être dépendant des prises électriques. » L’Américain est un développeur de médias autodidacte. Il a fondé deux sociétés de production, conçu les appli iPad de Stella McCartney et réalisé en 2011 le concept de vidéo backstage pour la tournée commune de Kanye West et Jay-Z. Watch the Throne a rapporté 75 millions de dollars.

Histoire mondiale du rêve

L’idée d’enregistrer les rêves, vieille de 4 700 ans, est déjà présente dans l’épopée de Gilgamesh. L’empereur romain Auguste (14 apr. J.-C.) aurait ordonné à ses citoyens de rapporter tout rêve concernant l’État. En 1900, Sigmund Freud se demandait pourquoi nous oublions nos rêves. Une appli devrait résoudre le problème.

C’est lui qui est désormais depuis des mois en tournée mondiale. Pour présenter Shadow, un programme qui enregistre 
les rêves. D’un point de vue technique, Shadow est un réveil intelligent doté 
d’un logiciel d’enregistrement vocal intégré. Une alarme dont le son augmente progressivement et guide doucement l’utilisateur à travers la phase hypnopompique, frontière entre sommeil et réveil. Immédiatement après avoir éteint le réveil, l’utilisateur peut dicter son rêve sur son Smartphone. Le logiciel de reconnaissance vocale identifie les mots-clés dans le texte transcrit – par exemple « voiture rouge », « rocher », « gros chien » – et lui envoie des photos depuis la banque de données d’images afin de visualiser le rêve. Grâce à Shadow, les utilisateurs peuvent tenir un journal privé ou partager leurs rêves de manière anonyme avec une communauté dans le monde entier. « Pendant plusieurs mois, les tendances générales des rêves seront observées pour la première fois, explique Soik. Les athlètes rêvent-ils différemment des artistes ? Les catastrophes naturelles augmentent-elles le nombre de cauchemars dans les pays concernés ? » Selon Soik, Shadow peut également changer le monde. « Einstein a d’abord pensé sa théorie de la relativité ; Salvador Dali a peint ses toiles au saut du lit ; l’idée d’une résistance pacifique remonte à un rêve de Gandhi et le monstre de Frankenstein trouve son origine dans un cauchemar de Mary Shelley. Le problème est que l’être humain oublie 95 % de ses rêves : une immense quantité de données et d’idées disparaît chaque matin. Et ce sont exactement ces données que Shadow peut sauver. »

L’idée de Soik a reçu un énorme écho médiatique. Depuis qu’il a présenté son projet en octobre dernier sur la plateforme de crowdfunding Kickstarter, plus de 150 articles ont déjà été publiés dans le monde entier à propos de son programme, qui n’existe d’ailleurs pas encore officiellement. Depuis, Soik partage son temps entre les conférences, les avions et les chambres d’hôtel. « Je vis comme un moine », concède l’ingénieur, qui a mis son appartement à New York en location. Il voyage avec quatre T-shirts et deux jeans qu’il lave dans le lavabo de la salle de bain de sa chambre d’hôtel. Pour le petit-déjeuner et le déjeuner, il se prépare un mélange de vitamines. « Ça va plus vite ! » Soik a engagé dans son équipe des chercheurs spécialistes du sommeil de l’Harvard Medical School et du Massachusetts Institute of Technology (MIT). 
Ils alimentent les programmes de mises à jour et de questionnaires qui aideront l’utilisateur à se souvenir de ses songes en détail. À partir du 10 août, Shadow sera disponible gratuitement dans l’iTunes-Store. « Nous attendons un million de téléchargements d’ici la fin 2014. »

« L’être humain oublie 95 % de ses rêves : une immense quantité de données et d’idées disparaît chaque matin »
Hunter Lee Soik

Il est maintenant 3 heures du matin à Berlin. Soik raconte le rêve le plus étrange qu’il ait fait. « J’étais avec Michael Jordan à une fête au Reichstag de Berlin. Nous montions les marches vers la coupole de verre. Au-dessus de nous flottait un hologramme du slam dunk le plus spectaculaire de Michael. Au moment de pénétrer dans la coupole, je me suis réveillé. » Soik fait ce rêve dans la nuit du 11 novembre 2012, à Mexico. Pourquoi retenir cette date ? « Ce songe m’a marqué de manière très singulière. C’est finalement lui qui m’a donné l’idée de cette appli. J’étais curieux de savoir si quelqu’un d’autre sur cette terre avait eu le même rêve. » L’an passé, il a enregistré ce tout premier rêve dans la banque de données de l’application. Au cas où quelqu’un rêverait de faire la fête avec Michael Jordan au Reichstag, à Berlin.

Cliquer pour lire la suite
08 2014 The Red Bulletin France

Article suivant