Jaguar XKSS

Jaguar XKSS : 
le phoenix renaît de ses cendres  

Texte : Justin Hynes

Neuf voitures originales ont été détruites lors de l’incendie de l’usine Jaguar en 1957. Elles ressuscitent aujourd’hui. À l’ancienne.

Vos chances d’acquérir une Jaguar XKSS, considérée comme la pionnière du supercar, sont plus minces que celles de gagner au loto, c’est dire. Il vous faudra au préalable cocher les six bons numéros rien que pour avoir le droit d’espérer mettre la main sur l’un des seize exemplaires existants. Pour preuve, le mois dernier, la société de vente aux enchères américaine Gooding & Company met en vente la XKSS châssis 716, un tel événement n’a plus eu lieu depuis 2005.  

Cliquer pour lire la suite

Sa mise à prix estimée (on insiste sur estimée) s’élève à 17 millions d’euros. Tout de suite on saisit mieux l’ampleur du défi. Il y a un an, Jaguar décide de lancer une offre alternative low cost en proposant des exemplaires identiques au prix de 1,2 million d’euros. Seul hic, l’édition est limitée à neuf unités et elles ont déjà toutes trouvé acquéreur. Pourquoi neuf seulement ? En 1957, quelques mois avant la course du Mans où cinq Type D conduites par des pilotes indépendants termineront dans les six premières places, Jaguar met fin à la production de modèles sportifs et homologue les 25 Type D restantes en version routière destinées au juteux marché américain.

Au final, seuls 16 exemplaires sortent des ateliers. Les neuf autres partent en fumée lors de l’incendie qui ravage l’usine Jaguar de Coventry (Angleterre) dans la nuit du 12 février 1957. 

Jaguar

Die Legende geht weiter. #Jaguar #XKSS

L’an dernier, près de 60 ans après le feu, le département Jaguar Classic annonce la reprise de la production. Les neuf XKSS manquantes seront remplacées par des copies conformes avec les mêmes finitions : moteur Type D 3,4 litres six cylindres en ligne de 262 chevaux, sièges en cuir au grain identique, boutons du tableau de bord en laiton et compteurs Smith. La boucle est enfin bouclée. Avec un bémol cependant. Les voitures sont conformes à l’originale mais pas aux nouvelles normes de sécurité et d’émission de gaz à échappement. Aussi, chaque propriétaire devra demander une autorisation spéciale pour circuler sur la voie publique ou limiter son utilisation aux circuits ou voies privés uniquement. À 1,2 million d’euros pièce, on imagine aisément que les propriétaires disposent déjà de ces options. 

jaguar.com

Cliquer pour lire la suite
04 2017 The Red Bulletin

Article suivant