montmartre

Montmartre loin des sentiers battus

Texte/ Photos: Selin Verger

Situé dans le nord de Paris, Montmartre accueille plus de 10 millions de touristes chaque année. Vous avez envie de fuir les hordes de vacanciers tout en découvrant ce quartier artistique et historique ? Nous vous avons concocté un tour en 10 étapes à l’écart de la foule mais au cœur de ces vieilles rues et ruelles.

Montmartre, tout d’abord un petit village hors de la ville, puis annexé par Paris, est aujourd’hui une partie intégrante de la capitale. Nombre de personnes et personnages mythiques y ont vécu et marqué le quartier de leurs empreintes. Ce petit tour (1740 mètres) original vous fera découvrir le quartier.

monmartre

Un condensé de Montmartre en 10 étapes.

1. ​Abbesses, au plus proche de l’enfer

La balade commence à la PLACE DES ABBESSES. Vous pouvez y accéder par la station du même nom. C’est d’ailleurs l’arrêt de métro le plus profond de Paris avec ses 36 mètres sous terre. Au début du XXe siècle, les Parisiens avaient peur de pénétrer dans cette bouche de métro la jugeant trop profonde et donc trop proche de l’enfer. Le groupe d’électro français Birdy Nam Nam lui a même consacré une chanson : Abbesses.

Rendez-vous au SQUARE RICTUS. Sur votre gauche apparaîtra le mur des Je t’aime. Cette phrase est écrite 1 000 fois dans 300 langues différentes, lesquelles reconnaissez-vous ?

2. ​L’épicerie « Maison Collignon » d’Amélie Poulain

En sortant du square, empruntez sur votre droite la rue des Abbesses, puis le passage des Abbesses. Juste avant les marches s’étend sur votre droite le JARDIN DES ABBESSES (ouvert de 15 heures à 19 h 30 en hiver et 20 h 30 en été). Ce lieu discret et calme abritait l’abbaye de Montmartre jusqu’à la révolution.

Après avoir gravi les marches vous verrez l’épicerie du Fabuleux destin d’Amélie Poulain au 56 rue des trois frères, qui se nomme aujourd’hui suite au succès du film éponyme « MAISON COLLIGNON ». Vous souvenez-vous de cet épicier peu aimable qui traumatisait le jeune vendeur joué par Jamel Debbouze ? Des affiches du film en tapissent à présent les murs. Le propriétaire, Ali, a même sorti un CD où on peut l’entendre chanter et parler de sa vie d’épicier. 

3. Le Bateau-Lavoir, rendez-vous chez Picasso
Wallace
Fontaines de Wallace

Érigées par le richissime Sir Richard Wallace pour venir en aide aux plus démunis, les quatre femmes représentent la charité, la bonté, la sobriété et la simplicité.

Longez l’épicerie sur la rue des trois frères, après une dizaine de mètres montez les quelques marches sur votre droite. 

La jolie place arborée Émile-Goudeau abrite aussi le fameux atelier Le Bateau-Lavoir. Cette maison compte 25 ateliers dans lesquels ont travaillé des artistes de grands renoms comme Paul Gauguin, Henri Matisse, Jean Cocteau et bien sûr sans oublier son habitant le plus connu Pablo Picasso. Ce dernier est arrivé en 1904 et y a gardé un atelier jusqu’en 1912. Le visiteur peut admirer la façade qui a survécu à un incendie (1970) endommageant gravement l’atelier.

N’hésitez pas à vous ravitailler à la fontaine de Wallace, l’eau est potable.

4. Le Moulin de la Galette et ses irréductibles propriétaires

Tournez à gauche dans la rue d’Orchampt. La maison qui se situe au bout, au niveau du virage, se trouve la demeure de Dalida, (chanteuse et actrice française d’origine italienne née en Égypte) qui s’est suicidée dans cette demeure en 1987. Continuez, la rue se resserre, puis débouche sur la rue Lepic.

En face de vous s’érige le MOULIN DE LA GALETTE. C’est le seul moulin encore en état de marche sur les 14 que comptait la butte de Montmartre au XVIIIe siècle. Les propriétaires, les Debray, ont transformé l’établissement en bal, ce qui a donné naissance au fameux tableau de Renoir, Moulin de la Galette. La légende raconte que lors du siège de Paris par l’armée impériale russe en 1814, le père Debray a ouvert le feu sur un officier. En représailles, les Russes l’auraient tué, coupé son corps en quatre morceaux et accroché les morceaux à chaque aile.

Continuez tout droit dans la rue Girardon, à la prochaine intersection sur votre droite se trouve la place Marcel Aymé avec au fond la statue du PASSE MURAILLE. Elle représente le héros de la nouvelle fantastique du même nom. Ce dernier a le don de passer à travers les murs, jusqu’au jour où il reste bloqué.

5. Villa Léandre, un air de campagne

Revenez sur vos pas et descendez l’avenue Junot. Sur cette étape se trouve trois des (officiellement) 135 médaillons  symbolisant le méridien de Paris. Ces petits cercles marquent le tracé qui traverse la France du nord (Dunkerque) au sud (Perpignan). Il s’agit de petits cercles métalliques incrustés dans le trottoir avec l’inscription du scientifique Arago. Les trouverez-vous ?

Sur votre gauche, dans le virage, se cache une petite impasse nommée VILLA LÉANDRE. Ces maisons rappellent le style anglo-saxon. La villa au numéro 10 porte même l’inscription Dowing Street, lieu de résidence du Premier ministre britannique, qu’elle essaie d’imiter. Asseyez-vous quelques instants sur une des bornes blanches et profitez du calme. 

6. Saint-Denis, le martyr de Paris

En sortant de la villa Léandre continuez votre promenade sur l’Avenue Junot, puis tournez à la première occasion à droite dans la rue Simon Dereure. Vous trouverez ici un autre médaillon Arago.

Au bout de la rue se situe le SQUARE SUZANNE BUISSON qui abrite une fontaine surplombée de la statue de Saint Denis portant sa tête dans ses mains. Patron de la ville, il est le premier évêque de Paris. Ce personnage a bien existé, mais il est entouré de légendes. Le mythe raconte que vers 250 apr. J.-C. les Romains décapitent le religieux. Denis ramasse sa tête et marche avec jusqu’au lieu de sa sépulture, actuellement la ville de Saint Denis au nord de Paris. Sur le passage, il s’hydrate dans cette fontaine et poursuit son chemin. La statue commémore ce moment. 

7. Là où Dalida et Kevin Costner se rencontrent

Ressortez par le même endroit du Square. Quelques marches sur votre droite mènent à l’ALLÉE DES BROUILLARDS. Le nom vient probablement des vapeurs d’eau produites par l’abreuvoir non loin de là. C’est un des rares lieux pittoresques qui a su résister aux flux touristiques. Sur votre droite se dresse le CHÂTEAU DES BROUILLARDS. Cette folie (nom donné aux maisons de plaisance de Montmartre) fut construite en 1772 sur les ruines d’une ferme et d’un moulin. À cette époque le terrain vague était encore entouré de cabanes en tôles et de chalets en bois. En 2012, il était en vente pour près de huit millions d’euros, piscine et jacuzzi au sous-sol inclus. Prêts à casser votre tirelire ?

Puis, vous arriverez sur la PLACE DALIDA, nommée d’après la célèbre chanteuse lors du 10e anniversaire de son décès. Dos à la statue, vous ferez face à la rue de l’Abreuvoir qui monte vers le point culminant de la Butte. Vous pouvez aussi apercevoir les coupoles  de la basilique du Sacré Cœur.

La maison sur votre droite a servi de demeure à Ethan Renner interprété par Kevin Costner dans le film d’action franco-américain 3 Days to Kill (2014).

8. Entre vignes et cimetière

Longez la rue de l’Abreuvoir et descendez la première à gauche dans la rue des Saules. À l’intersection se dresse la petite MAISON ROSE. Cette ancienne habitation a gardé tout son cachet du temps où Montmartre était encore un village. Elle servait d’approvisionnement en eau à la population. Elle y abrite aujourd’hui un restaurant.

Sur votre droite, vous apercevrez les VIGNES DE MONTMARTRE. Sur ces 2 000m2, la mairie du XVIIIe arrondissement produit entre 500 et 600 litres de vin par an, soit entre 1 100 et 1 300 bouteilles. Les bouteilles sont vendues aux enchères à chaque mois d’octobre.

Juste en face de la vigne se situe le LAPIN AGILE. Cette maison construite à la fin du XVIIIe siècle est un cabaret depuis 1869. Toutefois son activité a beaucoup baissé.

Le mur derrière vous abrite l’un des trois cimetières du quartier, le CIMETIÈRE SAINT-VINCENT. Construit après le cimetière du Calvaire, suite à l’encombrement de ce dernier, il compte environ 900 tombes, dont un bon nombre d’artistes de renom comme Marcel Aymé (écrivain, 1902-1967, voir 4). Vous y accédez en faisant le tour par la gauche. 

9. Les folies de Montmartre

Revenez sur vos pas. Remontez la rue des Saules jusqu’à l’intersection de la rue Norvins. À droite, en face de vous, se trouve le premier CHÂTEAU D’EAU de Montmartre construit en 1831 pour pallier aux difficultés d’approvisionnement en eau de la butte. Cette tour est facilement reconnaissable à sa forme octogonale. Vous pouvez entrer à l’intérieur du bâtiment qui sert de galerie et de lieu de vente du vin de Montmartre soit par devant, soit en longeant la grille vers le bas. Rentrez dans le jardin et vous verrez l’une des plus importantes urnes de Paris. Cet édifice est géré par la confrérie bachique de Montmartre. Hélas, les jours d’ouverture sont rares.

Juste en face, dans la rue Norvin se situe la FOLIE SANDRIN, construite à la fin du XVIIe siècle quand Montmartre était encore un village. En 1806, le docteur Prost l’acquiert et la transforme en clinique psychiatrique. Il expérimente alors des traitements novateurs très populaires auprès des patients, dont certains artistes. L’un d’entre eux était l’écrivain Gérard de Nerval. Un jour, on le vit tirant un homard en laisse. Suite aux stupéfactions, il répondit : « En quoi un homard est-il plus ridicule qu’un chien, qu’un chat, qu’une gazelle, qu’un lion ou toute autre bête dont on se fait suivre ? J’ai le goût des homards qui sont tranquilles, sérieux, savent les secrets de la mer, n’aboient pas… »

10. Les foules du Sacré Cœur
Iya Traoré

Né en 1986 en Guinée Conakry, il se passionne pour le foot depuis l’âge de 10 ans. Après une courte carrière au PSG junior, il se reconvertit en freestyler. Aujourd’hui il fait partie du paysage de Montmartre.

À présent, continuez à monter la rue Norvins. Attention, les foules touristiques que vous avez esquivées jusqu’à présent sont particulièrement intenses ici. Nous avons malgré tout jugé qu’il serait dommage de rater cette dernière station. Vous arriverez à la PLACE DU TERTRE, où de nombreux artistes dressent chaque jour leur chevalet pour peindre – tous styles confondus – ou caricaturer les touristes. Cette place est l’ancien centre du village de Montmartre. Aujourd’hui, les brasseries recouvrent son bitume. Après avoir fait une fois le tour, montez et tournez à droite dans la rue du Mont Cenis. On ne peut apercevoir la tour Eiffel que de la butte au niveau de la grille sur votre droite. Longez la rue et vous verrez…

… la BASILIQUE DU SACRÉ CŒUR au sommet de la butte. Construite à la fin du XIXe siècle, c’est le deuxième lieu religieux le plus visité de France après la cathédrale de Notre-Dame avec environ dix millions de touristes par an. Cette colline a toujours été un lieu de culte. Déjà au temps  des Romains, des temples dédiés à Mercure se trouvaient sur ces hauteurs. Profitez des marches pour vous reposer de cette balade, admirer la vue sur Paris. Arrivez-vous à reconnaître le centre Pompidou, Notre-Dame, le toit du Panthéon, les HLM du quartier chinois au sud de la ville ?

Et si vous avez de la chance vous aurez droit au spectacle de football acrobatique d’Iya Traoré, un footballeur reconverti en street-acrobate. 

TOUS LES SUJETS ACTUELS EN UN CLIN D’ŒIL   

> RECEVEZ LA NEWSLETTER ! <
Cliquer pour lire la suite
07 2015 The Red Bulletin

Article suivant