Bibi Bourelly

Envie de changer le monde ? On vous montre comment…

Texte : Étienne Caillebotte
Photo : David Livingston

ILS CHANGENT LES RÈGLES DU JEU : l’ex-flic écolo Richart Sowa, la songwriteuse Bibi Bourelly, le scientifique musclé Ross Edgley et le psychologue précoce Ciro Ortiz.

Chaque mois, The Red Bulletin vous propose une sélection de Game Changers. Des hommes et des femmes qui, à leur façon et à leur échelle, changent leur monde et le vôtre.

Vous n’avez sans doute jamais entendu parler d’eux. Mais demain, leur travail aura un impact sur votre quotidien. Des anonymes avec un objectif, un rêve, qui pourraient bien marquer la société de leur empreinte. Nous vous présentons les personnes qui construisent, à leur échelle, le monde de demain.

  • RICHART SOWA – le Robinson Crusoé du recyclage 
  • BIBI BOURELLY – la hit makeuse qui bouscule les codes 
  • ROSS EDGLEY – le scientifique bodybuildé
  • CIRO ORTIZ – psychologue pour adultes à mi-temps 
le Robinson Crusoé du recyclage 
Richart Sowa

© Youtube // Coolest Thing

Qui a dit qu’il fallait être riche pour posséder une île privée ? Certainement pas Richart Sowa, un artiste originaire de Middlesbrough, en Angleterre. L’homme de 61 ans a construit une île artificielle au large de Cancún (Mexique).

Comment il change le monde

Pendant que les pouvoirs publics s’entêtent à reconditionner, recycler ou détruire les déchets, Richart Sowa s’en sert pour s’émanciper et créer son propre habitacle ecofriendly. Un véritable pied de nez à la société de consommation qui pourrait en inspirer d’autres.

 
Sa particularité ? Elle est entièrement composée de matériaux recyclés. Un virage étonnant pour un homme qui a été policier pendant 13 ans avant de s’intéresser aux enjeux écologiques. 

Richart Sowa a travaillé pendant 7 ans pour créer son petit coin de paradis. Il a utilisé plus de 150 000 bouteilles plastiques pour faire flotter l’édifice. Désormais habitable, l’île lui permettra bientôt d’être auto-suffisant en nourriture. Car oui, aussi bizarre que cela puisse paraître, un écosystème s’est formé dans ce temple du « Do It Yourself ». 

la hit makeuse qui bouscule les codes 
Bibi Bourelly

© Youtube // BibiBourellyVEVO

Son nom ne vous dit peut-être rien, mais cette Berlinoise est à l’origine du très énervé Bitch Better Have My Money de Rihanna. Un morceau écrit en 3 heures qui a convaincu la superstar et propulsé Badrilla ‘Bibi’ Bourelly sous le feu des projecteurs.

Comment elle change le monde

Oubliez les schémas classiques de l’esthétique du hip hop. Ces clips remplis de testostérone où un rappeur bodybuildé s’entoure de jolies filles en bikini. Tout comme Shay ou Rihanna, Bibi Bourelly reprend le pouvoir, et change les codes de la féminité en reprenant à son compte l’imagerie masculine.

 
En quelques semaines, la songwriteuse aux origines marocaines et haïtiennes passe du Gymnasium à Hollywood. Désormais âgée de 22 ans, celle qui se définit comme une « city bitch » a déjà collaboré avec Lil Wayne, Usher ou Nas. Une petite revanche sur la vie, après avoir perdu sa mère à l’âge de 6 ans. Jamais vraiment intéressée par l’école, Badrilla passe plus de temps dans un tour bus à suivre son père (Jean-Paul Bourelly, un guitariste de jazz-fusion) que dans une salle de classe.

Bien qu’elle ait écrit l’un des plus gros tubes de 2015, Bibi Bourelly n’est pas une « faiseuse de hits » destinée à rester dans l’ombre. Souvent comparée à Amy Winehouse, l’étoile montante du RnB et ne compte pas faire de la figuration. Dans Free The Real – son premier EP paru en 2016 - la Berlinoise parle d’ambition, d’émancipation et d’égalité homme-femme avec une rage de vaincre qui la caractérise. 

le scientifique bodybuildé
Ross Edgley

Ross Edgley, c’est un homme qui a couru un marathon en tractant une voiture d’1,4 tonne. Un homme qui a réussi à s’entraîner pendant 24 heures sans s’arrêter, ou qui a couru un triathlon en portant un tronc d’arbre de 45 kilos. Ross Edgley n’est ni fou, ni une version remasterisée d’Hercule, c’est bel et bien un scientifique du sport.

Comment il change le monde

Ross Edgley connaît si bien ses limites qu’il est capable d’aller au-delà. Ses exploits surhumains sont le fruit d’un entraînement rationalisé et d’un effort maîtrisé de A à Z. Qui sait, peut-être qu’en suivant sa méthode de training, vous serez capables d’améliorer vos performances dans vos disciplines respectives. 


Pourtant, rien ne le destinait à suivre un parcours académique. International dans l’équipe de water-polo britannique, Ross ne peut pas participer aux JO à cause de sa taille. Déçu, mais pas revanchard, il met sa carrière en suspens pour décrocher un diplôme à Loughborough University. Il devient coach et nutritionniste et co-fonde The Protein Works, une marque de nutrition sportive.

Oubliez le cliché du scientifique à lunettes qui ne quitte jamais son laboratoire. Ross utilise des méthodes « musclées » pour tester les limites de son corps. Son objectif ? Prouver au monde que la science sous-estime les capacités physiques de l’être humain. 

psychologue pour adultes à mi-temps 
Ciro Ortiz

#emotionaladvicekid

A post shared by C I R O O R T I Z (@emotionaladvicekid) on

La vérité sort de la bouche des enfants, paraît-il. En tout cas, elle semble sortir de celle de Ciro Ortiz, un gamin de 11 ans originaire de Brooklyn.

Comment il change le monde

Vous pensiez que la vie était compliquée ? Stressante ? Votre propre enfant a peut-être un conseil à vous donner. Qui a dit que seuls les adultes avaient des choses à enseigner ? Mieux vaut parfois regarder le monde à travers les yeux d’un enfant. Une vision simple, tolérante, et sans artifices de notre société.


Chaque dimanche, entre 12 et 14 heures, le jeune garçon installe son « cabinet » à la station Bedford Avenue. En échange de 2 dollars, il prend le temps d’écouter les passants et délivre des « conseils affectifs ». Une initiative pleine de bons sentiments de la part de celui qui se fait appeler « emotionaladvicekid » sur son compte Instagram.

Tous les sujets sont abordés dans le cabinet de Ciro. Du problème de couple au stress du quotidien, en passant par l’élection de Donald Trump. Malgré son jeune âge, le jeune garçon affiche une maturité qui force le respect. Et pour cause, il a ressenti le besoin d’aider les autres après avoir été lui-même victime de harcèlement scolaire.

Cliquer pour lire la suite
02 2017 The Red Bulletin

Article suivant