Guía de Ámsterdam, vida nocturna

Une nuit à Dam

Texte : Andreas Rottenschlager 
Photo : Dennis Branko

Tournée des clubs à vélo, stripshows chics, concerts dans des églises rock’n’roll et un maire de la nuit qui œuvre pour la fête : le photographe Branko nous livre les meilleurs plans pour une nuit inoubliable à Amsterdam. On le suit…


1 CETTE VILLE EST UNIQUE, ALORS PROFITEZ-EN !

« Bienvenue dans la ville où vous pouvez être qui vous voulez. Amsterdam aime et célèbre sa tolérance. Voilà onze ans que je photographie sa vie nocturne et c’est là un fait indéniable. Que vous soyez rappeur, punk, touriste, homo, hétéro ou ridiculement habillé, vous y passerez un moment agréable grâce à ses 1 500 clubs et bistros. Ici, l’habit ne fait vraiment pas le moine. Les noctambules viennent du monde entier. En plus de sa politique libérale en matière de drogue et son célèbre quartier rouge, il y a la bienveillance de Mirik Milan, notre maire de la nuit. Oui, à Amsterdam un maire de la nuit défend les intérêts des propriétaires de clubs. Milan se bat entre autres pour que la nuit puisse durer plus longtemps. Faire la fête jusqu’à 7 heures du matin ne pose aucun problème. »

2 LE PARADISO : CE GRAND CLASSIQUE LOCAL 

« Ne pas se rendre au Paradiso c’est comme visiter Paris sans voir la Tour Eiffel. Impensable. Situé près de la grande place, Leidseplein, le lieu abritait une église jusqu’en 1968 avant de devenir un haut lieu de la contre-culture. Les Sex Pistols et les Rolling Stones s’y produisent et les hippies y fument leurs joints dans les salles de concert. De nos jours, on peut y assister à deux événements dans la même soirée : un concert live à 21 heures et des sets de DJ’s après minuit. Ne manquez pas celui de Yallow Claw, ses sons dubstep incarnent l’esprit de la ville. »

La fiesta en Ámsterdam

Des fêtardes. « Ici, les filles n’aiment pas trop les frimeurs. »

3 LE VÉLO EST UNE ARME DE SÉDUCTION AUPRÈS DES FEMMES D’AMSTERDAM

« Les Amstellodamoises (oui, les habitantes d’Amsterdam, ndlr) détestent les prétentieux. Mieux vaut donc laisser la grosse bagnole au garage et avoir plutôt une bonne histoire à raconter car ici les videurs sont souvent des videuses, vous aurez ainsi plus de chance de passer. Si vous êtes touriste, n’hésitez pas à parler de votre ville avec un zeste d’exotisme. Enfin, pensez à louer un vélo – le moyen de transport nocturne par excellence – pour conduire votre conquête toute la nuit de club en club. La police vous arrête uniquement si votre phare ne marche pas, pensez à le vérifier avant de partir. » 

Vida nocturna en Ámsterdam

Le club A l’Elephant du Congo. « La nuit, ici, tout le monde se désinhibe », révèle notre expert.

 4. L’ELEPHANT : C’EST ICI QUE L’ON SE LANCE

« Je suis un habitué du club A l’Elephant du Congo récemment rénové et situé au 37 Reguliersdwarsstraat. Auparavant, April, l’un des plus célèbres bars gay de la ville occupait les lieux. Aujourd’hui, la jeunesse branchée y a élu domicile. D’une moyenne d’âge de 25 ans, elle apprécie son ambiance intime loin des gros clubs. Ses murs lambrissés créent l’atmosphère d’un living cosy. Côté musique, on y danse au rythme d’une pop de qualité allant de Pharrell Williams à Lykke Li. Un lieu indiqué pour ceux qui aiment débuter leur soirée en sirotant un verre. Le club est ouvert dès 16 heures. » 

5 CE QU’IL FAUT SAVOIR SUR LE SEXE ET LE JOINT

« Tôt ou tard vous traverserez le quartier rouge d’Amsterdam. Son atmosphère décontractée vous surprendra. Elle s’apparente plus à celle d’un genre de musée à ciel ouvert qu’à celle d’un quartier malfamé. La plus ancienne église de la ville s’y trouve. Les travailleuses du sexe sont syndiquées et la ville combat la prostitution illégale. Le Casa Rosso est réputé pour ses spectacles sexuels et de striptease. Et pour ceux qui ne le savent pas encore, oui on est autorisé à fumer des joints à Amsterdam, dans les fameux coffeeshops, la rue, les parcs mais pas dans les lieux publics, les cafés classiques ni sur un dancefloor (des espaces sont prévus à cet effet). Respectez cette règle et tout ira bien. » 

« Le quartier rouge est un musée à ciel ouvert, on y trouve aussi la plus vieille ÉGLISE de la ville. »
Dennis Branko
Ámsterdam

Sur le dancefloor du Jimmy Woo. Dès minuit, à  Amsterdam, les clubs sont pleins.

6 BITTERZOET, LE CLUB OÙ LA NOUVELLE DONNE MUSICALE SE RÉPAND 

« Comme dans beaucoup de places européennes, deux genres musicaux dominent la scène d’Amsterdam : la house et le hip hop. Depuis 25 ans, la soirée Bassline du Paradiso est le rendez-vous incontournable des fans de rap. J’opterais cependant pour les soirées BBQ du Bitterzoet. Tous les samedis depuis 2007, on peut y écouter les nouveautés de tous les sous-genres musicaux. Quand j’y suis, j’ai souvent recours à l’appli Shazam pour obtenir les infos sur les morceaux. Ces derniers vont du rap west coast aux nouveautés made in Amsterdam. »

 

Vida nocturna en Ámsterdam

Des fans de hip-hop au Paradiso, temple de la vie nocturne.


7. COMMENT BIEN MANGER LA NUIT

« Bad news pour les fêtards gloutons : après minuit vous n’aurez droit qu’à du fastfood indigeste. Le mieux est de prendre un dîner tardif au Cannibale Royale tout près du club Disco Dolly, autre étape de votre nuit. Son steak L’Exceptional, un pavé de 600 grammes de bœuf, est imbattable. »

8 S’IL NE FALLAIT CONNAÎTRE QU’UN SEUL OISEAU DE NUIT À AMSTERDAM, CE SERAIT…

« … Joost van Bellen, icône de la nuit locale. À la fin des années 80, le DJ vétéran à moustache popularise la house à Amsterdam en distillant ses sets au RoXY. Le club a brûlé en 1999. Joost est aujourd’hui l’organisateur du festival de musique Valtifest, devenu un événement annuel majeur. »

Selfie nocturno

Le conseil style des clients du Jimmy Woo. « Tenue correcte non exigée. Soyez qui vous voulez. »

9 JUSQU’AU BOUT DE LA NUIT : OÙ DANSER APRÈS 5 HEURES DU MATIN 

« La plupart des clubs locaux ferment à 5 heures. Mais pour les insatiables, le Disco Dolly ou le Club NYX, possèdent une licence leur permettant d’ouvrir jusqu’à 7 heures. Le NXY est un club d’électro sur plusieurs étages. Le Disco Dolly est musicalement plus éclectique, ses DJ’s passent tout ce qui permet à la fête de ne pas faiblir. Et si à 7 heures vous en voulez encore, faites-vous de nouveaux potes sur la piste pour une troisième mi-temps en privé. En after, tout est possible. »

Vida nocturna en Ámsterdam

A l’Elephant du Congo, le mélange (des genres) prime.

 
10. LAISSEZ LA NUIT VOUS TRANSFORMER

« Ma carrière de chroniqueur des nuits d’Amsterdam débute il y a 11 ans, lorsqu’un ami m’offre un appareil photo Sony DSC-F717 pour remplacer le modèle bon marché que j’utilisais. Observer à quel point les gens sont différents la nuit me fascine. Des individus réservés se désinhibent et montrent leurs émotions. Des instants uniques que j’essaie toujours de capturer. Pour peu qu’on le veuille, la nuit d’Amsterdam libère. Il y a quelques années, un DJ me demande de me jeter dans le public depuis la scène. Le slam m’a toujours terrifié mais je finis par le faire et me laissant allègrement porter par la foule. » 

Cliquer pour lire la suite
02 2016 The Red Bulletin

Article suivant