5 des plus grandes raclées du football

Texte : Hugh Morris
Photos : Bob Thomas/Popperfoto/Getty Images

Peut-on positiver après une dérouillée de 32 à 0 ?

Le vrai passionné de ballon rond distingue bien une victoire d’une dérouillée. La victoire s’obtient au bout d’un match généralement très disputé, entre deux adversaires au niveau équivalent. Un match tourne à la dérouillée lorsque l’une des deux équipes démoralisée par un score fleuve, jette l’éponge.

Nous avons cherché à savoir qu’elles étaient les plus grandes raclées de l’histoire du football et si l’équipe humiliée s’en était relevée.

Nous en avons sélectionné cinq dont un incroyable 149 à 0.

Cliquer pour lire la suite

Arbroath 36 - 0 Bon Accord,
1885

Selon la légende, en 1885, Bon Accord, autrefois une équipe de la ville fière et sportive d’Aberdeen, se présente pour un match de premier tour de Coupe d’Écosse sans équipement. On est loin de 2017 et d’un problème de chaussures non homologuées, non, nous sommes à la fin du XIXe siècle, à une époque où l’absence de tenue appropriée implique de jouer en costume trois-pièces et chapeau. Cela explique pourquoi Bon Accord encaisse 15 buts en première mi-temps et 21 de plus en seconde période.

L’histoire a retenu les noms des onze bourreaux d’Arbroath dont John Petrie, 18 ans, qui ce jour-là inscrit 13 buts. En revanche, côté Bon Accord elle n’a retenu que celui du malheureux portier, Andrew Lornie. Et il serait injuste de le rendre seul responsable de ce naufrage.

Moralité : la victoire 36 – 0 d’Arbroath entre dans le Livre Guinness des records jusqu’en 2002. Grâce à la correction reçue, Bon Accord accède à une célébrité dont elle se serait bien passée.

AS Adema 149 - 0 SO L’Emyrne,
2002

En 2002, la finale du championnat de Madagascar tourne à la farce.

© Besoccer/YouTube

149 à 0, soit un but toutes les 36 secondes. Comment est-ce possible ? Même un Andrew Lornie l’aurait évité. Mais ce qui rend le score encore plus incroyable, c’est qu’il se produit lors de la finale d’un championnat, même si ce n’est que celui de Madagascar. Nous avons cependant omis un détail exigeant des excuses auprès de nos lecteurs. Si la rencontre figure bien dans le Livre Guinness des records comme étant la plus lourde défaite (détrônant celle d’Arbroath contre Bon Accord), le score pose problème car le SOE a volontairement concédé la défaite pour protester contre une décision d’arbitrage jugée douteuse au cours d’un match joué au début du tournoi. L’équipe décide alors d’inscrire contre son camp le plus de buts possible et offrir une victoire de 149 à zéro à l’AS Adema, histoire de donner une leçon aux arbitres.

Moralité : le SO l’Emyrne a été à juste titre durement rappelé à l’ordre pour atteinte à l’esprit du sport.

Australie 31 - 0 American Samoa,
2001

Auteur de 13 buts lors du match, Archie Thompson reste sur le banc le match suivant. Injuste !

© YouTube // AFP

En 2001, l’Australie est euphorique. Elle écrase les Tonga 22 – 0 en match éliminatoire de Coupe du monde. Lors de leur rencontre suivante face aux Samoa américaines, les Socceroos sont les grands favoris. De fait, les Aussies mènent 16 – 0 à la mi-temps. Et au coup de sifflet final, Archie Simpson – prêté au PSV où il fera deux apparitions – totalise 13 réalisations battant le record de buts inscrits en rencontre internationale.

À la décharge des Samoa américaines, seul un de ses vingt joueurs originaux a pu être aligné suite à un problème de passeport. C’était tout de même le gardien de but…

Moralité : le score de 32-0 a été revu à la baisse suite à un recomptage officiel rendant un peu de fierté aux Samoa américaines en réduisant légèrement le lustre de la victoire.

Brésil 1 - 7 Allemagne,
2014

La demi-finale de la Coupe du monde 2014 a été vite pliée.

© Sports/YouTube

L’élimination du Brésil, pays hôte, par l’Allemagne fut un spectacle cruel. Même en l’absence de leur pépite Neymar Jr., et du patron de leur défense, Thiago Silva, les Canarinhos étaient loin de s’imaginer un tel scénario. Au bout de 29 minutes les visiteurs menaient déjà 5 – 0 et il faut attendre la 51e minute pour voir les Brésiliens placer un tir cadré. L’humiliation sera totale. Par la suite l’Allemagne remporte la coupe du monde et le Brésil perdra le match pour la troisième place 3 – 0 face aux Pays-Bas.

Moralité : le coup de sifflet final de l’arbitre abrège le calvaire et c’est toujours ça de pris.

Manchester United 9 - 0 Ipswich Town,
1995

Pour Kenny Dalglish la victoire de United 9 – 0 contre Ipswich ne rapporte pas plus que les trois points.

© redmanit/YouTube

La plus large victoire en Premier League revient à Manchester United. En mars 1995, les Red Devils courent après Blackerburn alors leader du championnat avec trois points d’avance. Roy Keane ouvre le score, Andy Cole inscrit un quintuplé complété par un but de Paul Ince et deux signés Mark Hughes. Malheureux, Ipswich finit la saison bon dernier.

Moralité : le championnat échappe à United au profit de Blackburn sacré avec un petit point d’avance. L’entraîneur Kenny Dalglish rappelle que « 9 – 0 ou 1 – 0, c’est toujours trois points au classement ». C’est clair.

Cliquer pour lire la suite
04 17 The Red Bulletin

Article suivant